Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

dimanche 27 février 2011

ELECTION CANTONALE, SAVOIE, CHRISTINE LAGARDE, HERVE GAYMARD, SAVOIE INDEPENDANTE, BRIGADIER CANTONAL, SENAT SOUVERAIN DE SAVOIE, O.N.U,










SPOLIATIS ARMA SUPERSUS

Cliquez sur l’horloge :

Calendrier et horloge de l'EdM

L'ÉCHO des MONTAGNES vous demande avec insistance de cliquez sur le lien ci-dessous, pour pouvoir lire intelligemment ce qui suit et ne pas être emmerder par les jérusalistes qui essayeront quand même, voir le dossier de CRICRI LAGARDE de BILDERBERG.

LIBERTE DE LA PRESSE, LIBERTE D'EXPRESSION, LIBERT...

Le parti "SAVOIE INDEPENDANTE" nous prie d'insérer sa profession de foi pour les élections cantonales de 2011.




PROFESSION DE FOI DU PARTI "SAVOIE INDÉPENDANTE"


Aux urnes Savoisiennes et Savoisiens!


Le parti politique "SAVOIE INDÉPENDANTE", dont M. Frédéric BERGER est le président-fondateur depuis 1992 , qui a participé à de nombreuses élections cantonales et législatives ,est en ordre de marche pour les cantonales 2011.

Le parti présente 19 candidates ou candidats en SAVOIE avec suppléantes ou suppléants
et
17 candidates ou candidats en HAUTE-SAVOIE avec suppléantes ou suppléants.

Les candidates ou candidats portent le nom de "BRIGADIER CANTONAL" et font le porte à porte et les marchés tous les jours dans leur secteur et des réunions privés, afin que les renseignements généreux des forces d'occupation ne soient pas au courant.
Ils expliquent le programme et la manière de voter qui est une première: il s'agit de voter d'une manière à respecter les forêts en ne publiant aucun bulletin de vote qui est un gaspillage environnemental.
Donc les électrices et électeurs sont appelés à découper chez eux un papier du format bulletin de vote et d'y inscrire "SAVOIE INDÉPENDANTE"
et non le nom du brigadier cantonal, et ceci dans les 2 SAVOIE, mais aussi dans toute la FRANCE BANANIERE, par les Françaises et Français intègres qui soutiennent le combat de la SAVOIE et qui ont en marre de voir des milliards d'euros allés aux banques et de favoriser le crédit mutuel par CHRISTINE LAGARDE DE BILDERBERG et de voir le prix du pain, du gaz, de l'électricité, de tout, augmenter!!!!!!

Dans chaque bureau de vote, le brigadier cantonal surveillera le dépouillement avec ses colistiers, caméra en main ou autre instrument de captage d'images
et comptabilisera les bulletins "SAVOIE INDÉPENDANTE".
Le bureau de vote de BOZEL sera surveillé de près car il y a deux ROLLAND, pour que les voix de Serge n'aille pas sur Vincent, par exemple, vu les magouilles des français UMP d'occupation!

Ensuite le Sénat Souverain de SAVOIE se réunira pour officialiser les résultats et mettre en place le " conseil des brigadiers cantonaux" et cela sera une première étape démocratique de la SOUVERAINETÉ RENAISSANTE de la SAVOIE pour l 'O.N.U..

Programme:

Le Conseil des Brigadiers Cantonaux aura pour première mission de récupérer les 68 millions d'euros que la FRANCE, force d'occupation doit au "département de la SAVOIE".
Le chiffrage de la HAUTE-SAVOIE n'est pas encore parvenu, mais pour la "HAUTE-SAVOIE" la FRANCE doit rembourser la T.V.A des résidents savoisiens travaillant en SUISSE et payé par la SUISSE à l'état français d'occupation, et qui se chiffre par centaine de millions d'euros!!!Où est cet argent, CRI CRI, chez BEN ALI, chez BOUDEF, CHEZ MOUBARACK?

Les 68 millions d'euros sont dus au non respect des engagements de la FRANCE pour partager la charge des prestations qui relèvent de la solidarité nationale dite française et ceci en vertu d'une loi constitutionnelle de décentralisation.
Hervé GAYMARD, le menteur, ne réclame pas cette somme d'argent à CRI CRI LAGARDE DE BILDERBERG (qui d'ailleurs la donner au COUAC 40) par solidarité UMP Parisienne, car HERVE GAYMARD fait parti du "SIÈCLE" et préfère honorer les parisiens que la SAVOIE, par solidarité sionisto-maçonnique -gouvernemental -dictatorial- bananière -française!

Pour GAYMARD, les SAVOISIENNES et les SAVOISIENS ne lui servent qu'à arrondir ses grands fins de mois.
Cette somme d'argent récupérée permettra d'aider les chômeurs, les personnes âgées dépendantes, les jeunes , d'installer des services publics de proximité et ceci immédiatement.

Ensuite ce Conseil aura pour mission de récupérer les tonnes d'or de l'état de SAVOIE, volées par la FRANCE et entreposées dans les caves de la BANQUE de FRANCE.
Cela permettre à la BANQUE de la SAVOIE d'émettre la livre savoisienne, indexée sur l'or. Pour mémoire la CHINE n'a qu'une tonne d'or de réserve........!
Par contre la SAVOIE possède beaucoup de gisements aurifères.

VOTEZ SAVOIE INDÉPENDANTE

TOT DRET.
Ardi ! Zefans, grè penna, SAVOIA!!!!

Frédéric BERGER, président de "SAVOIE INDÉPENDANTE"



jeudi 24 février 2011

FRANC-MACON, LE SIECLE, OPUS DEI, CAC40, DEPUTE, SENATEUR, JOURNALISTE, MINISTRE, CORRUPTION, DICTATURE, SAVOIE, TRAITE DE TURIN, RESISTANCE, LIBERTE

SPOLIATIS ARMA SUPERSUS

Cliquez sur l’horloge :

Calendrier et horloge de l'EdM

L'ECHO des MONTAGNES vous demande avec insistance de cliquez sur le lien ci-dessous, pour pouvoir lire intelligemment ce qui suit et ne pas être emmerder par les jérusalistes:

LIBERTE DE LA PRESSE, LIBERTE D'EXPRESSION, LIBERT...


LE SIÈCLE


L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous donne les noms, les professions, les adresses des membres du SIÈCLE, où le mélange des genres est la devise de la maison.

Vous y verrez des ministres, des industriels du CAC 40 , des journaleux, le tout pour se mettre d'accord sur les lois maçonniques à faire en respectant les ordres du NOUVEL ORDRE MONDIAL.


Profitez de cette aubaine pour faire vote fichier et de leur écrire, avant censure.

Le Siècle
23 Février 2011


Le Siècle est un club les médias français, l'élit(r)e politique et économique se rencontrent et dînent dans le luxe. Ce qu'ils disent ou avec qui ils discutent est bien gardé secret. Ce manque de transparence est une menace pour la démocratie et doivent être publicité.


La liste ci-jointe comprend des membres de plusieurs journalistes célèbres, des politiciens et chefs de grandes entreprises. La liste est un document interne qui prévoit adresses postales et numéros de téléphone personnels.
La publication de la liste aidera les protestations contre les personnes qui dirigent la république bananière française et qui contribuent à la destruction de l'héritage de la Résistance:

--nos acquis sociaux,
-- la sécurité,
notre système de retraite, nos services publics,

--la liberté

--la souveraineté de la SAVOIE,



Les citoyens SAVOISIENS et Français sont invités à utiliser ces données pourcontacter les membres du Siècle pour protester contre leur décisions et demontrer qu'ils sont surveillés par le peuple comme c'est nécessaire dans
une véritable démocratie.


Aux élections cantonales françaises ne votez plus UMPS, mais "SAVOIE INDÉPENDANTE", en glissant dans les urnes un bulletin où vous aurez inscrit: "SAVOIE INDÉPENDANTE"!

Écoutez les peuples libres arabes qui vous montrent, en sacrifiant leur vie, aujourd'hui le chemin de la LIBERTÉ!!!


Cliquez sur le lien et vous saurez tout sur le SIÈCLE:

le-siecle.zip

Diffusez autour de vous, c'est le chef du parti politique, SAVOIE INDEPENDANTE et rédacteur en chef de votre journal préféré qui vous le demande au nom

de la RÉSISTANCE et de la LIBERTÉ.









FRANCOIS FILLON, AMIANTE, MICHEL LANGINIEUX, CENSIER, SORBONNE NOUVELLE, SENATEUR, JUGE, RECTORAT, MEDECIN, DOMINIQUE DE VILLEPIN, BERGER FREDERIC

SPOLIATIS ARMA SUPERSUS

Cliquez sur l’horloge :

Calendrier et horloge de l'EdM


L'ECHO des MONTAGNES vous demande avec insistance de cliquez sur le lien ci-dessous, pour pouvoir lire intelligemment ce qui suit et ne pas être emmerder par les jérusalistes:

LIBERTE DE LA PRESSE, LIBERTE D'EXPRESSION, LIBERT...

MICHEL LANGINIEUX, LE COMBATTANT CONTRE L'AMIANTE
suite et pas fin

Cette lettre date d'octobre 2004, comme quoi.............


"NON" de Fillon à l'euthanasie.
"OUI" à l'amiante.
Ce Ministre de l'Education Nationale laisse en 2004, en danger Censier la Sorbonne,
Faculté dans la capitale, les faits en main (voir mon "SOS" joint du 5 octobre 2004).
Cruelle politique qui se mêle d'éducation à sa façon : confusion totale.
"Un débat responsable", demande-t-il. Pourquoi faire ? Conserver nos mourants,
partants, en souffrance, et exposer nos étudiants ? L'amiante tue, que diable.
"C'est pour mieux te conditionner mon enfant" ! But principal de cette forme "d'éducation
gavage d'oies" : un cheltel mené nationalement au doigt et à l'oeil, dans l'ordinaire
médiocrité "il faut, il ne faut pas" ! Qui va devoir réveiller ce pays qui dort debout,
pris dans ses images de marque, abandonné à une mainmise absurde ?
François Fillon, ministre hautement responsable d'Education, s'accorde le droit
de donner la mort à la jeunesse. En tout bien, une brutalité d'une inconscience rare.
Ne réfléchit-il donc jamais ? Ou manque-t-il, simplement, d'un minimum de
conscience ?
"Des ministres au travail" demande le Chef d'Etat. Mais le "faire" ici, dans cette société,
consiste à faire semblant ! Plus et encore. La frime. Sans discernement. Tous dedans !
Mentir, casser, salir, prétendre. Laisser périr. Faire périr. Ainsi, le Chef de la diplomatie
qui entretient des rapports étroits avec les écraseurs de vie, apportant "son savoir
faire". N'est-ce pas assez de mots, de discours délirants ?
Moment parfait pour épingler ce Premier ministre immobile, en apportant les faits.
La morgue apathétique de l'exécutif n'est plus tolérable !!!
Confronterons les masques de ces personnages encastrés, sous
une tenacité sans faille, simplement par respect absolu de la santé et la vie.
Le ministère de l'Education nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche,
fut depuis 1997, très renseigné par mes soins. Lui-même dénonça cette affaire d'empoisonnement
le 6 juillet et le 17 décembre 1999 par son CCHS (Le Comité Central Hygiène et Sécurité). Sans
suivi aucun. Les noms de MM. Leutrat, Dhooge et Mme Chiezal, responsables de l'hygiène et
de la sécurité de Censier sortirent OFFICIELLEMENT. Le ministère se dédouanait !
Mais persister à parler pour ne rien dire ni accomplir, devint le tour de passe-passe coutumier.
Rien n'a bougé depuis 11 ans !!! Censier est en danger depuis sa construction, et les officiels mentent.
Outre les responsables de Cabinet, Eléonore Hirt, et Hervé Célestin, les noms de Dominique
de Villepin, Serge Lepeltier Ministre de l'écologie, et Dupré La Tour pour M. Chirac, président
de la République, se voient soulignés, il y a 7 ans. J'avais, à l'époque, alerté tout le monde,
y compris sa Sainteté le Pape, devant l'indifférence, l'incompétence, et l'ironie générales.
La vie humaine n'est que sous-produit pour ceux qui n'offrent que le peu d'existence
d'un spectacle hors-pair, mensonger, le peu d'existence de leurs personnes.
La Sénatrice Marie-Claude Beaudeau avait soulevé l'absence de médecine de prévention
à l'Education nationale, face aux médecins Richard et Raix de Jussieu, Plantureux de Censier.
Surtout, Marie-Hélène Gibert, Médecin Conseil du Rectorat, qui s'est tue des années durant
alors qu'elle venait, tranquillement, à nos CHS Sorbonne Nouvelle.
Monsieur Fillon ne sait pas prévenir. Que fait-il dès lors à son poste ? Il prend des vacances
chez les dictateurs amis des élites. Payé pour donner le change. Et de bonnes explications.
En réalité, il ment. Monsieur Fillon manque de civisme, de compassion, de sens. Il a réponse
à tout, certes, sans jamais appréhender la simple splendeur d'être humain.
Quelque chose lui échappe constamment. La vérité, et sa prise en charge.
Ce pays n'est plus que pays d'opérette, tenu par des niais suffisants qui ne cessent de ronfler
et de faire semblant. Grand bien leur fasse. Ils paieront le prix. Et le font payer à tout le monde.
Dieu nous protège à l'avenir, de la pourristrature juridique, médicale et administrative.
De l'incurie des pouvoirs publics où fort peu assument leurs responsabilités.
À l'évidence, il n'y a personne ... Ici.
D'où les dégâts qui ne font que croître.
Michel Langinieux



JULIAN ASSANGE, EXTRADITION, LONDRES, SUEDE, WIKILEAKS,

SPOLIATIS ARMA SUPERSUS

Cliquez sur l’horloge :

Calendrier et horloge de l'EdM

L'ECHO des MONTAGNES vous demande avec insistance de cliquez sur le lien ci-dessous, pour pouvoir lire intelligemment ce qui suit et ne pas être emmerder par les jérusalistes:

LIBERTE DE LA PRESSE, LIBERTE D'EXPRESSION, LIBERT...


EXTRADITION DE JULIAN ASSANGE

Le tribunal londonien de Belmarsh a estimé jeudi que le fondateur de WikiLeaks Julian Assange pouvait être extradé vers la Suède, où la justice veut l’entendre dans le cadre d’une enquête pour agressions sexuelles à l’encontre de deux femmes lors d’un séjour dans le pays l’été dernier.

Les deux jeunes femmes affirment avoir été victimes l’une d’agression sexuelle, l’autre de viol de la part de Julian Assange. Les faits allégués sont suffisamment graves pour justifier une extradition, et la procédure suivie par les autorités suédoises est correcte, a déclaré le juge Howard Riddle.

Les avocats de Julian Assange ont annoncé jeudi leur intention de faire appel aussitôt après la décision du tribunal.

L’Australien âgé de 39 ans, actuellement assigné à résidence en Grande-Bretagne, a toujours démenti les accusations à son encontre, soulignant qu’on cherchait à le discréditer après la révélation par WikiLeaks de milliers de documents confidentiels.

Selon les avocats de Julian Assange, la procédure ouverte par le parquet de Stockholm est entachée depuis le début d’irrégularités. Les conseils de Julian Assange redoutent que leur client, une fois extradé en Suède, soit remis aux États-Unis.

Les avocats de l’Etat suédois, de leur côté, ont fait valoir que la justice a tenté à plusieurs reprises d’entendre Julian Assange quand celui-ci se trouvait encore en Suède. Le fondateur de WikiLeaks, ajoutent-ils, n’a pas donné suite à ces demandes d’interrogatoire.

Avis l'Écho des MONTAGNES publiera prochainement des dossiers secrets..............

mercredi 23 février 2011

DOMINIQUE STRAUSS-KAHN, C.I.A., HI JINTAO , CRIF, FMI, CHINE, O.N.U, PRESIDENTIELLE, DSKGATE,MARTINE AUBRY, PS, UMP, NICOLAS SARKOSY, UMP,G 20,















SPOLIATIS ARMA SUPERSUS

Cliquez sur l’horloge :

Calendrier et horloge de l'EdM


L'ÉCHOdes MONTAGNES vous demande avec insistance de cliquez sur le lien ci-dessous, pour pouvoir lire intelligemment ce qui suit et ne pas être emmerder par les jérusalistes:

LIBERTE DE LA PRESSE, LIBERTE D'EXPRESSION, LIBERT...

SAGA DE DSK ou le DSKGATE

Hier nous vous avons parlé de la plainte au pénal contre DSK.
Aujourd'hui l'Écho des MONTAGNES va vous redonnez les raisons pour lesquelles DSK ne se présentera pas aux élections présidentielles françaises. Son pote et complice NICOLAS SARKÖSY de NAGY-BOCSA est dans le coup, ainsi que MARTINE AUBRY-BROCHEN,BARACK OBAM et le président chinois, HU JINTAO, démocrate comme KADHAFI, BEN ALI et MOUBARACK.

Tous ces démocrates se reçoivent, donc qui se ressemble s'assemble, donc les UMP sont bien des dictateurs sanguinaires, conclusion pour les français :ne votez plus UMP, sinon vous votez dictature!

Voila les raisons pour lesquelles DSK ne sera pas candidat à la présidentielle 2012:


- En 2012 les Chinois, qui financent les déficits Européens et US vont probablement prendre le contrôle du FMI - Selon Fillon, la France est en faillite - Suite aux usages en cours DSK n'est pas intervenu dans son pays d'origine .

Il est probable que les Chinois à la tête du FMI vont être beaucoup moins laxistes avec la France et, face aux déficits, imposer une politique comme il en a été imposé à l'Argentine ou à la Russie pendant leurs crises avec dégraissages massifs de fonctionnaires, réduction des retraites, etc... De ceci, DSK qui connait les tenants et aboutissants va-t-il accepter de passer du mauvais côté du bâton ? Ce serait réducteur sur son CV; mieux vaut une Présidence Européenne ou une Direction à l'ONU par exemple. A suivre donc!

" Les Chinois annoncent la fin de l'occident à DSK. Lors d'un débriefing du dernier G 20 (G= Grand Architecte de l'Univers= FRANC-MAÇON), avec ses proches à Paris, Dominique Strauss-Kahn a insisté sur l'arrogance croissante de Pékin. « La parenthèse occidentale s'est refermée », lui a assené à Séoul le ministre des Finances chinois qui souhaite son remplacement à la tête du FMI, en 2012, par un représentant d'un pays émergent."

Maintenant qui est DSK,l' a(r)gent trotskiste de la CIA?

Rappelez -vous le portrait brossé par THIERRY MEYSSAN:

5 octobre 2007
Gouvernance globale Dominique Strauss-Kahn, l’homme de « Condi » au FMI
par Thierry Meyssan*

Dominique Strauss-Kahn est un homme aimable et cultivé. Il s’est
construit une image positive d’homme de gauche soucieux du bien être des
plus démunis. Mais alors, comment est-il devenu directeur général du
Fonds monétaire international, l’organisation internationale qui a
institutionnalisé le pillage des pays du Sud ? Thierry Meyssan répond en
révélant tout ce que la presse mainstream vous a caché depuis des années
sur les relations de DSK avec les États-Unis.


La nomination triomphale de Dominique Strauss-Kahn à la direction
générale du Fonds monétaire international (FMI), le 28 septembre 2007, a
donné lieu à deux messages contradictoires. D’un côté la presse
occidentale exalte la capacité du bloc atlantiste à imposer son candidat
face à celui de la Russie, Josef Tosovsky ; d’autre part, elle affirme
que la principale mission de M. Strauss-Kahn sera d’associer plus
largement les pays du Sud aux décisions, c’est-à-dire de mettre fin à la
domination du bloc atlantiste.

Avec chauvinisme, la presse française se félicite que des Français se
trouvent aujourd’hui à la tête de quatre grandes organisations
internationales. En effet, outre Dominique Strauss-Kahn au FMI, Pascal
Lamy dirige l’Organisation mondiale du Commerce (OMC), Jean Lemierre
préside la Banque européenne de reconstruction et de développement
(BERD), et Jean-Claude Trichet la Banque centrale européenne (BCE). Mais
doit-on mettre ces quatre institutions sur le même plan ? Et surtout,
doit-on se réjouir d’une situation qui, loin de manifester la place de
la France dans le monde, illustre l’intégration des élites françaises
dans la mondialisation, c’est-à-dire leur acharnement à détruire leur
pays, en tant qu’État-nation, un cadre politique qu’ils jugent dépassé ?

Le dernier exploit en date laisse songeur : le FMI est une des
organisations internationales la plus critiquée dans le monde. Il a
abondamment financé l’installation de dictatures dans les pays du Sud,
notamment en Argentine, au Brésil, en Indonésie, au Nigéria, aux
Philippines, en Thaïlande etc… En outre, ses exigences soudaines de
remboursement immédiat de prêts ont contraints des États à sacrifier
leur avenir en dévaluant et en fermant écoles et hôpitaux. Ses
adversaires l’accusent donc d’avoir provoqué, par l’oppression et la
famine, des centaines de millions de morts en un demi-siècle,
c’est-à-dire bien plus que les agressions militaires des États-Unis
durant la même période. De son côté, le FMI considère au contraire que
ses politiques « d’ajustement structurel » loin d’avoir provoqué ces
catastrophes y ont mis fin. Des « Prix Nobel » d’économie aussi divers
que le néo-keynésien Joseph Stiglitz ou le libertarien Milton Friedman
ont accusé le FMI d’être le grand organisateur des déséquilibres
Nord-Sud. En effet, l’action principale du FMI aura été de financiariser
l’économie mondiale, permettant ainsi aux spéculateurs du Nord de
s’enrichir en exploitant le travail, plus encore que les ressources, des
pays du Sud. S’il n’était la vénération que la société de consommation
voue à ses banquiers, il y a longtemps que le FMI aurait été déclaré
organisation criminelle. Pourtant, c’est bien cette institution que le
socialiste Dominique Strauss-Kahn a ambitionné de diriger, et c’est bien
M. Strauss-Kahn qui a obtenu le soutien appuyé des grands argentiers de
la planète, pressés de toutes parts par les multinationales les moins
scrupuleuses.

Si l’on laisse de côté l’intérêt personnel de Dominique Strauss-Kahn,
qui devient ainsi le haut-fonctionnaire le mieux payé de Washington avec
un salaire annuel de base de 461 510 dollars net d’impôts, l’on doit se
poser la question de ses objectifs politiques. Pour y répondre, jettons
un coup d’œil sur sa biographie et découvrons-y ce que la presse
mainstream cache depuis des années : ses liens avec les principaux
dirigeants de l’administration états-unienne.

Issu d’une famille aisée de gauche, « DSK » a été élevé au Maroc, puis à
Monaco. Il reçoit une éducation juive —plus séfarade qu’ashkénaze—, à
laquelle il accorde plus d’importance au plan culturel que religieux. Il
est diplômé de Sciences-Po Paris, ancien élève d’HEC, licencié en droit
et agrégé de sciences économiques. Il se destine à être avocat
d’affaires.

Il entre en 1976 au Parti socialiste où il milite au Cères, le courant
social-étatiste animé par Jean-Pierre Chevènement. Il ne tarde pas à
s’en séparer pour se rapprocher de Lionel Jospin et Jean-Christophe
Cambadélis, les deux meilleurs élèves français d’Irving Brown, l’agent
de liaison de la CIA avec la gauche ouest-européenne [1]. Jospin et
Cambadelis sont issus d’un petit parti trotskiste (les « Lambertistes »)
traditionnellement lié à la CIA. Avec une centaine de camarades, ils ont
infiltré le PS et ont réussi à prendre les renes.

Il entre en 1986 à l’Assemblée nationale à la faveur du scrutin
proportionnel alors brièvement mis en place. Il choisit de s’implanter,
en 1988, dans une circonscription du Val-d’Oise, à Sarcelles, qui abrite
une forte communauté juive. Il s’y fait élire en faisant jouer le
réflexe identitaire. Il devient président de la Commission des finances
de l’Assemblée, puis, en 1991, ministre délégué à l’Industrie et au
Commerce extérieur auprès du ministre de l’Économie Pierre Bérégovoy.
Tout oppose les deux hommes : « DSK » est un brillant dilettante vivant
au milieu des grandes fortunes comme un poisson dans l’eau, tandis que
« Béré » est un pénible tâcheron partagé entre ses idéaux ouvriers et
son besoin de reconnaissance personnelle par le monde de la finance.
« DSK » s’amuse de se dire socialiste tout en faisant le contraire,
tandis que « Béré » a des états d’âme.

Alors qu’il est ministre délégué à l’Industrie, il a connaissance des
problèmes rencontrés par son ami Jean Peyrelevade à la tête du Crédit
Lyonnais. Il intervient personnellement pour favoriser diverses
opérations hasardeuses réalisées en faveur de son ami Franck
Ullman-Hamon. Cet homme d’affaires est connu pour avoir par ailleurs
réalisé diverses interventions en Amérique latine pour le compte
d’Israël et pour être actionnaire-fondateur du magazine Marianne de
Jean-François Kahn. Les montages de M. Ullman-Hamon avec les filiales du
Crédit lyonnais coûteront plusieurs dizaines de millions de francs au
contribuable français.

À la même époque, Dominique Strauss-Kahn épouse à la synagogue —en
troisièmes noces— une star d’une rare beauté, Anne Sinclair, la
journaliste préférée des Français. Le couple choisit de tenir la presse
à l’écart de la cérémonie, mais de donner de l’éclat à la fête au sein
de la communauté juive, où ils s’affirment comme des personnalités
brillantes. Leurs deux témoins de mariage sont le professeur de
philosophie Élisabeth Badinter (héritière du Groupe Publicis et épouse
du Garde des Sceaux Robert Badinter) et la journaliste Rachel Assouline
(épouse du patron de presse Jean-François Kahn).

En 1987, il se démarque de François Mitterrand, il conduit une
délégation du Parti socialiste en Israël et se rend à la mairie de
Jérusalem qu’il considère comme capitale de l’État hébreu. En 1991, il
participe à un voyage de solidarité en Israël, organisé par le Conseil
représentatif des institutions juives de France (CRIF) en pleine Guerre
du Golfe.

En 1994, usant de sa qualité d’ancien ministre de l’Industrie, il créé
le Cercle de l’Industrie auquel il parvient à faire adhérer en six mois
48 des 50 plus grands patrons français. La moitié d’entre eux au moins
payent une cotisation annuelle de 200 000 F pour que leurs intérêts
soient défendus à Bruxelles. Il laisse la présidence de cette
association patronale à Raymond Lévy (ex-Pdg de Renault) et en assure la
vice-présidence. Incidemment, le même Raymond Lévy sera nommé à la tête
du Consortium de réalisation, chargé de liquider les placements pourris
du Crédit Lyonnais et, au passage, d’étouffer les affaires
Ullman-Hamon.
Simultanément, DSK devient consultant auprès des mêmes patrons ou avocat
d’affaires et établi son bureau dans les locaux du Cercle. La Cogema, la
Sofres et EDF, entre autres, lui versent des émoluments exorbitants pour
quelques conseils ou un mot transmis à un grand de ce monde. Cette
activité peu contraignante lui assure des revenus de plus de 2 000 000 F
par an [2].
Par la suite, il donne des cours à l’université, à Stanford et
Casablanca, sans compter des conférences ici et là, toujours royalement
payées.
Précisément, aux États-Unis Stanford est le bastion des Républicains.
C’est là qu’ils ont leur propre centre de recherches, la Hoover
Institution [3]. À l’époque, le prévôt de Stanford —c’est-à-dire la
personne qui négocie l’engagement de Dominique Strauss-Kahn— n’est autre
que Condoleezza Rice [4]. Sur place, Dominique Strauss-Kahn fait la
connaissance de George P. Schultz et des universitaires qui formeront le
vivier de l’administration Bush.

En 1995, il rédige la partie économique du programme électoral de Lionel
Jospin, candidat à la présidence de la République, Propositions pour la
France. Il défend alors le principe de la « taxe Tobin » sur les
transactions en devises, dont il affirmera plus tard qu’elle est
impraticable.

Député de Sarcelles, il en est aussi brièvement le maire, avant d’en
confier les clefs à son fidèle François Pupponi. Le temps de « jumeler
la plus juive des communes françaises avec la plus française des
communes d’Israël », Netanya.

De 1997 à 1999, il est ministre de l’Économie et des Finances. Il pilote
le passage à l’euro et la privatisation de France-Télécom. Surtout, il
fait entrer la France dans le processus de financiarisation de
l’économie en multipliant les mesures démagogiques sectorielles.
L’adoption de la semaine de 35 heures diminue considérablement le nombre
d’heures travaillées ; tandis que l’exonération de charges sociales sur
les stock-options déplace les revenus des cadres du travail vers la
finance. Il résulte de cette politique que le début de décroissance de
la production française est compensée, au plan statistique, par un
développement des profits financiers. Cependant, en fin de compte, le
pouvoir d’achat des classes moyennes s’effrite sensiblement.

Dominique Strauss-Kahn fréquente les cercles les plus prestigieux du
pouvoir. Dès 1993, on le voit au Forum de Davos. Anne Sinclair
l’introduit au Siècle, l’association la plus mondaine de Paris. Puis,
Antoine et Simone Veil le font entrer au Club Vauban. En 2000, l’OTAN
l’invite au Club de Bilderberg où il retrouve Pascal Lamy et Jean-Claude
Trichet qui occupent avec lui aujourd’hui de prestigieux fauteuils dans
les institutions internationales.

Dominique Strauss-Kahn est piégé par son perpétuel mélange des genres
entre engagement politique et lobbying rémunéré. Il fait l’objet d’une
mise en examen dans une affaire concernant la principale mutuelle
étudiante, la MNEF, puis dans une autre relative à la caisse noire de la
compagnie pétrolière nationale Elf. Les magistrats estimeront en
définitive que ses activités étaient licites, à défaut d’être morales.
Cependant les instructions pénales et une commission d’enquête
parlementaire mettront en évidence ses méthodes peu orthodoxes. Lionel
Jospin, lorsqu’il était ministre de l’Éducation, avait modifié par
décret le taux des remboursements effectués à la MNEF par la Sécurité
sociale, transformant la Mutuelle en véritable pompe à finances pour le
compte du PS. Puis, il avait étendu les activités de la MNEF dans les
campus toujours pour détourner plus d’argent. Dominique Strauss-Kahn
lui-même recevait des émoluments considérables pour des prestations
imaginaires. Plus tard, il avait fait prendre en charge le salaire de sa
secrétaire au Cercle de l’Industrie (ou à son cabinet, il n’est guère
possible de différencier) par le groupe Elf.

Derrière des manières policées, un goût prononcé pour la bonne chère et
les belles femmes (même les mineurs...ça c'est de mon cru;...), Dominique Strauss-Kahn est un tueur :
lorsqu’apparaît, à titre posthume, l’enregistrement vidéo du promoteur
immobilier Jean-Claude Méry mettant en cause Jacques Chirac, on ne tarde
pas à découvrir qu’il est un des organisateurs de ce mauvais coup.

Ses démêlées avec la Justice l’écarteront un temps de la scène
politique. Pendant sa traversée du désert, son épouse, Anne Sinclair,
fera preuve de sang-froid et de dignité, plaidant auprès du public en sa
faveur par sa seule attitude.

Opérant son grand retour, en 2001, après avoir bénéficié de non-lieux,
il prend en mains le développement de la Fondation Jean-Jaurès, le
partenaire de la National Endowment for Democracy (NED) pour la gauche
française [5]. La chose est d’autant plus aisée que, depuis Stanford, il
connaît la nouvelle conseillère nationale de sécurité des États-Unis
Condoleezza Rice, et que c’est la sœur adoptive [6] de celle-ci,
Mardeleine Albright qui dirige le National Democratic Institute (NDI),
organisme tampon de la NED chargé d’acheminer les subsides du
département d’État US dans les caisses du Parti socialiste français.

En 2003, le German Marshall Fund of the United States, une des
principales officines atlantistes, crée un Forum sur le commerce et la
pauvreté. DSK devient l’un des six administrateurs, rémunéré comme
toujours [7]. Il y écrit, ou tout au moins signe, divers rapports en
faveur du libre-échange absolu.

La même année, il contraint un expert du Parti socialiste, Pascal
Boniface, à démissionner. Ce spécialiste en relations internationales a
eu le toupet de souligner que le soutien aveugle du parti à Israël est
idéologiquement incohérent et électoralement contre-productif alors que
le PS doit ambitionner de réunir derrière lui les six millions de
Français de culture arabe.
En outre, Dominique Strauss-Kahn pilote la création du Cercle Léon Blum,
au sein du PS, dont l’objectif est de veiller au soutien du parti au
mouvement sioniste.

En 2004, il déclare lors d’une interview sur France-Inter : « Je
considère que tout juif de la diaspora et de France doit apporter son
aide à Israël. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il est important
que les juifs prennent des responsabilités politiques. En somme, dans
mes fonctions et dans ma vie de tous les jours, à travers l’ensemble de
mes actions, j’essaie d’apporter ma modeste pierre à la construction
d’Israël. » [8]

En 2005, il lance les clubs « À gauche en Europe » (AG2E) en faveur du
« oui » au référendum d’approbation du projet de Traité constitutionnel
européen. Il travaille alors en lien avec le Policy Network
(Grande-Bretagne) et la Fondation Friedrich-Ebert (Allemagne). Mais les
Français votent « non ».

En 2007, alors que l’écrivain Claude Ribbe ouvre un débat sur les
conséquences sociales actuelles de l’esclavage et de la colonisation,
DSK participe activement à la création du Conseil représentatif des
noirs de France (CRAN), une organisation qui bénéficie de conseils
techniques de spécialistes israéliens et reproduit le modèle du Conseil
représentatif des juifs de France (CRIF) [9]. À défaut de trouver un
écho parmi les noirs de France, cette initiative sera une réussite
médiatique, comme l’avait été quelques années plus tôt la création de
SOS Racisme pour stopper la structuration des beurs.

Lorsque s’ouvre la compétition au Parti socialiste pour désigner le
candidat à l’élection présidentielle de 2007, Dominique Strauss-Kahn
apparaît à la fois comme le candidat le mieux placé face à son rival
déclaré, l’ancien Premier ministre Laurent Fabius, et comme le candidat
officiel des États-Unis pour la gauche française.
Ainsi, il donne un entretien à la revue néo-conservatrice Le Meilleur
des mondes, dans lequel il brocarde la politique arabe de la France et
plaide pour un rapprochement avec Washington et Tel-Aviv [10].

Tout semble réglé à l’avance. Les cotisations d’adhésion au Parti
socialiste ont été réduites à un montant négligeable de sorte que les
quelques milliers de membres de parti lambertiste ont pu acquérir des
cartes, juste pour participer au vote de désignation interne du
candidat. La manœuvre a été organisée par le lieutenant de DSK,
Jean-Christophe Cambadelis, lui-même ancien dirigeant de ce parti et que
nous avons déjà présenté à propos de ses relations avec la CIA.
Pourtant, contre toute attente, c’est un outsider, Ségolène Royal, qui
est désigné. C’est qu’à Washington on a un autre projet : placer Nicolas
Sarkozy à l’Élysée. Pour cela, il convient d’installer face à lui un
concurrent peu crédible. En échange de son retrait silencieux, DSK sera
largement récompensé par la direction générale du FMI.

Peu après son accession à la présidence de la République, Nicolas
Sarkozy présente la candidature de DSK à Washington, et Condoleezza Rice
lui apporte son soutien. Tout en participant à la création de l’European
Council on Foreign Relations (E-CFR) [11], il sillonne le monde,
officiellement pour convaincre les États du Sud de soutenir également sa
candidature. En réalité, leur vote importe peu, puisque les USA et
l’Union européenne ont à eux seuls 48 % des voix. La campagne de DSK est
payée par la France et organisée par l’agence de relations publiques TD
International. Ce que le cabinet de M. Strauss-Kahn minimisera en
prétendant ne travailler qu’avec la correspondante française de
l’agence. TD International « vendra » à la presse la légende d’un DSK
désœuvré, téléphonant au Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude
Juncker lors d’un colloque à Yalta, lequel lui aurait suggéré
d’ambitionner le FMI. En réalité, Dominique Strauss-Kahn et Christine
Ockrent participaient au Yalta European Seminar, moyennant un
défraiement de 7 000 euros chacun indirectement versés par George Soros.
Ce colloque avait pour but de soutenir la « révolution orange » et
l’arrimage de l’Ukraine à l’OTAN. Or, TD International est une officine
de la CIA, notamment chargée de la construction de l’image publique de
la « révolution orange ». Elle est dirigée par William A. Green III, un
célèbre agent qui n’était ni plus ni moins que le chef de poste du
stay-behind en France et qui fut expulsé en 1995 pour des motifs d’une
extrême gravité qui ne furent jamais dévoilés au public.

Hugo Chavez, le président de la République bolivarienne du Vénézuela,
quant à lui, n’a pas été convaincu par le show de Dominique
Strauss-Kahn. Il a confirmé le retrait de son pays du FMI « avant qu’ils
ne nous pillent » et invité tous les États du Sud qui le peuvent à faire
de même.


[1] Selon les propos d’Irving Brown
lui-même, rapportés dans Éminences
grises, par Roger Faligot et Rémi
Kauffer, Fayard 1992. Sur le réseau
US, voir « Stay-behind : les réseaux
d’ingérence américains », par
Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 20
août 2001.

[2] « Dominique Strauss-Kahn,
1993-1997, profession – conseil »,
par Laurent Mauduit, Caroline Monnot
et Martine Orange, Le Monde, 11
décembre 1999. « Influents dans le
monde de l’entreprise », par
Bérengère Mathieu de Heaulme, Le
Figaro, 22 janvier 2002.

[3] « La Hoover Institution,
archives réservées aux
Républicains », Réseau Voltaire, 26
octobre 2004.

[4] « La fulgurante intégration de
Condoleezza Rice », par Arthur Lepic
et Paul Labarique, Réseau Voltaire,
8 février 2005.

[5] « La NED, nébuleuse de
l’ingérence démocratique », par
Thierry Meyssan, Réseau Voltaire,
22janvier 2004.

[6] Op. cit.

[7] « Le German Marshall Fund, un
reliquat de la Guerre froide ? »,
Réseau Voltaire, 5 octobre 2004.

[8] Cité in Encyclopédie politique
française, Tome 2, Facta éd., 2005.

[9] Les Nègres de la République, par
Claude Ribbe, Jean-Paul Bertrand
éd., 2007.

[10] « MM. Sarkozy et Strauss-Kahn
affichent leurs allégeances », par
Cédric Housez, Réseau Voltaire, 7
novembre 2006. Article plagié
depuis. La position de Dominique
Strauss-Kahn est partagée par le
premier secrétaire du PS, François
Hollande, voir « France : le Parti
socialiste s’engage à éliminer les
diplomates pro-arabes », Réseau
Voltaire, 9 janvier 2006. Les propos
imputés à M ; Hollande dans ce
dernier article ont fait l’objet
d’un démenti de l’intéressé, mais
ont été maintenus sur le site
internet du CRIF.

[11] « Création accélérée d’un
Conseil européen des relations
étrangères », Réseau Voltaire, 3
octobre 2007.
Thierry Meyssan





mardi 22 février 2011

DOMINIQUE STRAUSS-KAHN, CHRISTIAN COTTEN, CHRISTIAN BASANO, KOWEÏTGATE, TEMPÊTE DU DESERT, KOWEÏT, PETROLE


SPOLIATIS ARMA SUPERSUS

Cliquez sur l’horloge :

Calendrier et horloge de l'EdM


L'ECHO des MONTAGNES vous demande avec insistance de cliquez sur le lien ci-dessous, pour pouvoir lire intelligemment ce qui suit et ne pas être emmerder par les jérusalistes:

LIBERTE DE LA PRESSE, LIBERTE D'EXPRESSION, LIBERT...



Communiqué de presse - 21 février 2011
À l'attention des lecteurs de Politique de Vie


Dominique Strauss-Kahn mis en cause devant le TGI de Paris pour son implication dans une escroquerie internationale à 22 milliards de dollars

Le 20 septembre 2010, Maître Dominique Kounkou, avocat de Christian Basano, assignait l'Agent Judiciaire du Trésor (AJT) pour faute lourde de l'État devant le TGI de Paris, dans une affaire complexe d'escroquerie internationale, dans laquelle M. Dominique Strauss-Kahn fut un acteur particulièrement impliqué comme Ministre de l'Industrie du gouvernement Cresson en 1991.

L'on trouvera ci-dessous le texte de l'assignation, actuellement en instance devant la Première Chambre du TGI de Paris. Une enquête approfondie devra être diligentée par ce Tribunal dans les prochains mois. Les conclusions en réponse de l'AJT dans cette affaire sont attendues à la prochaine audience du 16 mars prochain. Texte complet de l'assignation en téléchargement ci-dessous.

Christian Cotten, Président de Politique de Vie.

politiquedevie@orange.fr - Tél. : 06 89 52 06 41

Christian Basano, expert-compatble, vice-président de Politique de Vie : 06 13 25 37 66 - basa888@gmail.com

Texte complet de l'assignation à télécharger ici en pdf
http://www.politiquedevie.net/pdf/ASSIGNATIONAJTDSKBASANO.pdf



MICHELE ALLIOT-MARIE, FRANCOIS FILLON, AFFAIRES ETRANGERE, SAVOIE, TRAITE DE TURIN, ECHO DES MONTAGNES, SAVOIELEAKS, EGYPTE,MAROC, TUNISIE,JORDANIE,







SPOLIATIS ARMA SUPERSUS

Cliquez sur l’horloge :

Calendrier et horloge de l'EdM

L'ECHO des MONTAGNES vous demande avec insistance de cliquez sur le lien ci-dessous, pour pouvoir lire intelligemment ce qui suit et ne pas être emmerder par les jérusalistes:

LIBERTE DE LA PRESSE, LIBERTE D'EXPRESSION, LIBERT...
Ier message à l'attention de Michèle Alliot-Marie, ministre des Affaires qui lui sont étrangères et aux forces d'occupation en SAVOIE; message tiré du "Savoieleaks":
Un matin, un paysan Savoisien aperçoit sa poule sur le terrain de son voisin français...
Elle pond son œuf et le français le ramasse.
Le Savoisien sort de la maison en vitesse et demande au français de lui redonner l'œuf.
Celui-ci refuse car, dit-il, l'œuf a été pondu sur sa propriété et lui appartient donc.
Les deux hommes argumentent pendant un bon moment, jusqu'à ce que le Savoisien propose une solution :
- Bon, écoute... Nous, en Savoie, quand on a un litige qu'on peut pas régler et qu'on n'a pas de juge pour trancher, on utilise la méthode des couilles dures.
- C'est quoi ça ?!? demande le français.
- Bon, mais c'est donc simple. Je te tonne un coup de pied dans les couilles et je calcule combien de temps ça te prend pour te relever. Ensuite, tu me donnes un coup de pied dans les couilles et tu calcules combien de temps ça me prend pour me relever. Celui qui s'est relevé le plus vite a gagné.
Le français accepte. Le Savoisien s'en va mettre ses bottes de construction, prend un élan en courant et donne un bon coup de pied dans les couilles du français .

Le pauvre gars tombe par terre et hurle de douleur…. Il lui faut plus de trente minutes pour s’en remettre.
Lorsqu'il réussit finalement à se relever, il dit : "A mon tour maintenant".
Le Savoisien répond :
- Bon, allez, c'est bon. Tu peux l'garder ton œuf !


Moralité : Faut pas nous faire chier en SAVOIE !!!!



2ème message: Qui a payé les vacances en Égypte, au MAROC, en TUNISIE, en JORDANIE?

Réponse,clic sur le texte pour l'agrandir: