Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

lundi 31 mai 2010

BILDERBERG, BARCELONNE, ESPAGNE, MAÎTTRE DU MONDE, ILLUMINATI, SIONISME, IRAN


L'ÉCHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, ce qui est un droit constitutionnel et international, continue sa lutte contre les sionistes
, qui appliquent les Protocoles de TORONTO, notamment les BILDERBERG, qui se réunissent en ESPAGNE, les 3, 4,5, et 6 juin 2010, pour décider de la guerre contre l'IRAN et de l'aide financière à ISRAËL, en faillite!!!



LIBERTE d'EXPRESSION, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER, CENSURE, SAVOIE, CORSE, TRAITE ANNEXION, GENDARMERIE, JUSTICE, COLUCHE, RESTO DU COEUR,


Bilderberg participants du 3 au 6 juin 2010 dans cet hôtel de luxe au sud de

BARCELONNE, en ESPAGNE. 
 
(
BEL Davignon, Etienne F. Honorary Chairman, Bilderberg Meetings; Vice Chairman,

Suez Tractebel
 
DEU Ackermann, Josef Chairman of the Management Board and the Group Executive 
Committee, Deutsche Bank AG
 
USA Alexander, Keith B. Director, National Security Agency
 
GRC Alogoskoufis, George Member of Parliament
 
USA Altman, Roger C. Chairman and CEO, Evercore Partners, Inc.
 
GRC Arapoglou, Takis Chairman and CEO, National Bank of Greece
 
TUR Babacan, Ali Minister of State and Deputy Prime Minister
 
GRC Bakoyannis, Dora Minister of Foreign Affairs
 
NOR Baksaas, Jon Fredrik President and CEO, Telenor Group
 
PRT Balsemão, Francisco Pinto Chairman and CEO, IMPRESA, S.G.P.S.; Former Prime 
Minister
 
FRA Baverez, Nicolas Partner, Gibson, Dunn & Crutcher LLP
 
ITA Bernabè, Franco CEO Telecom Italia SpA
 
SWE Bildt, Carl Minister of Foreign Affairs
 
SWE Björklund, Jan Minister for Education; Leader of the Lìberal Party
 
CHE Blocher, Christoph Former Swiss Counselor; Former Chairman and CEO, EMS Group
 
FRA Bompard, Alexandre CEO, Europe 1
 
USA Boot, Max Jeane J. Kirkpatrick Senior Fellow for National Security Studies, Council

on Foreign Relations
 
AUT Bronner, Oscar Publisher and Editor, Der Standard
 
FRA Castries, Henri de Chairman of the Management Board and CEO, AXA
 
ESP Cebrián, Juan Luis CEO, Grupo PRISA
 
BEL Coene, Luc Vice Governor, National Bank of Belgium
 
USA Collins, Timothy C. Senior Managing Director and CEO, Ripplewood Holdings, LLC
 
GRC David, George A. Chairman, Coca-Cola Hellenic Bottling Co. (H.B.C.) S.A.
 
GRC Diamantopoulou, Anna Member of Parliament
 
ITA Draghi, Mario Governor, Banca d'Italia
 
USA Eberstadt, Nicholas N. Henry Wendt Scholar in Political Economy, American 
Enterprise Institute for Public Policy Research
 
DNK Eldrup, Anders President, DONG Energy A/S
 
ITA Elkann, John Chairman, EXOR S.p.A.; Vice Chairman, Fiat S.p.A.
 
DEU Enders, Thomas CEO, Airbus SAS
 
ESP Entrecanales, José Manuel Chairman, Acciona
 
AUT Faymann, Werner Federal Chancellor
 
USA Ferguson, Niall Laurence A. Tisch Professor of History, Harvard University
 
IRL Gleeson, Dermot Chairman, AIB Group
 
USA Graham, Donald E. Chairman and CEO, The Washington Post Company
 
NLD Halberstadt, Victor Professor of Economics, Leiden University; Former 
Honorary Secretary General of Bilderberg Meetings
 
NLD Hirsch Ballin, Ernst M.H. Minister of Justice
 
USA Holbrooke, Richard C. US Special Representative for Afghanistan and Pakistan
 
NLD Hommen, Jan H.M. Chairman, ING N.V.
 
INT Hoop Scheffer, Jaap G. de Secretary General, NATO
 
USA Johnson, James A. Vice Chairman, Perseus, LLC
 
USA Jordan, Jr., Vernon E. Senior Managing Director, Lazard Frères & Co. LLC
 
FIN Katainen, Jyrki Minister of Finance
 
USA Keane, John M. Senior Partner, SCP Partners; General, US Army, Retired
 
USA Kent, Muhtar President and CEO, The Coca-Cola Company
 
GBR Kerr, John Member, House of Lords; Deputy Chairman, Royal Dutch Shell plc
 
DEU Klaeden, Eckart von Foreign Policy Spokesman, CDU/CSU
 
USA Kleinfeld, Klaus President and CEO, Alcoa Inc.
 
TUR Koç, Mustafa V. Chairman, Koç Holding A.S.
 
DEU Koch, Roland Prime Minister of Hessen
 
TUR Kohen, Sami Senior Foreign Affairs Columnist, Milliyet
 
USA Kravis, Henry R. Senior Fellow, Hudson Institute, Inc.
 
INT Kroes, Neelie Commissioner, European Commission
 
GRC Kyriacopoulos, Ulysses Chairman and Board member of subsidiary companies 
of the S&B Group
 
FRA Lagarde, Christine Minister for the Economy, Industry and Employment
 
INT Lamy, Pascal Director General, World Trade Organization
 
PRT Leite, Manuela Ferreira Leader, PSD
 
ESP León Gross, Bernardino General Director of the Presidency of the Spanish 
Government
 
DEU Löscher, Peter CEO, Siemens AG
 
GBR Mandelson, Peter Secretary of State for Business, Enterprise & Regulatory 
Reform
 
INT Maystadt, Philippe President, European Investment Bank
 
CAN McKenna, Frank Former Ambassador to the US
 
GBR Micklethwait, John Editor-in-Chief, The Economist
 
FRA Montbrial, Thierry de President, French Institute for International Relations
 
ITA Monti, Mario President, Universita Commerciale Luigi Bocconi
 
ESP Moratinos Cuyaubé, Miguel A. Minister of Foreign Affairs
 
USA Mundie, Craig J. Chief Research and Strategy Officer, Microsoft Corporation
 
CAN Munroe-Blum, Heather Principal and Vice Chancellor, McGill University
 
NOR Myklebust, Egil Former Chairman of the Board of Directors SAS, Norsk Hydro ASA
 
DEU Nass, Matthias Deputy Editor, Die Zeit
 
NLD Beatrix, H.M. the Queen of the Netherlands 
 
ESP Nin Génova, Juan Maria President and CEO, La Caixa
 
FRA Olivennes, Denis CEO and Editor in Chief, Le Nouvel Observateur
 
FIN Ollila, Jorma Chairman, Royal Dutch Shell plc
 
GBR Osborne, George Shadow Chancellor of the Exchequer
 
FRA Oudéa, Frédéric CEO, Société Générale
 
ITA Padoa-Schioppa, Tommaso Former Minister of Finance; President of Notre Europe
 
GRC Papahelas, Alexis Journalist, Kathimerini
 
GRC Papalexopoulos, Dimitris Managing Director, Titan Cement Co. S.A.
 
GRC Papathanasiou, Yannis Minister of Economy and Finance
 
USA Perle, Richard N. Resident Fellow, American Enterprise Institute for Public 
Policy Research
 
BEL Philippe, H.R.H. Prince 
 
PRT Pinho, Manuel Minister of Economy and Innovation
 
INT Pisani-Ferry, Jean Director, Bruegel
 
CAN Prichard, J. Robert S. President and CEO, Metrolinx
 
ITA Prodi, Romano Chairman, Foundation for Worldwide Cooperation
 
FIN Rajalahti, Hanna Managing Editor, Talouselämä
 
CAN Reisman, Heather M. Chair and CEO, Indigo Books & Music Inc.
 
NOR Reiten, Eivind President and CEO, Norsk Hydro ASA
 
CHE Ringier, Michael Chairman, Ringier AG
 
USA Rockefeller, David Former Chairman, Chase Manhattan Bank
 
USA Rubin, Barnett R. Director of Studies and Senior Fellow, Center for 
International Cooperation, New York University
 
TUR Sabanci Dinçer, Suzan Chairman, Akbank
 
CAN Samarasekera, Indira V. President and Vice-Chancellor, University of Alberta
 
AUT Scholten, Rudolf Member of the Board of Executive Directors, Oesterreichische 
Kontrollbank AG
 
USA Sheeran, Josette Executive Director, UN World Food Programme
 
ITA Siniscalco, Domenico Vice Chairman, Morgan Stanley International
 
ESP Solbes, Pedro Vice-President of Spanish Government; Minister of Economy and 
Finance
 
ESP Sophia, H.M. the Queen of Spain 
 
USA Steinberg, James B. Deputy Secretary of State
 
INT Stigson, Bjorn President, World Business Council for Sustainable Development
 
GRC Stournaras, Yannis Research Director, Foundation for Economic and Industrial 
Research (IOBE)
 
IRL Sutherland, Peter D. Chairman, BP plc and Chairman, Goldman Sachs International
 
INT Tanaka, Nobuo Executive Director, IEA
 
GBR Taylor, J. Martin Chairman, Syngenta International AG
 
USA Thiel, Peter A. President, Clarium Capital Management, LLC
 
DNK Thorning-Schmidt, Helle Leader ofThe Social Democratic Party
 
DNK Thune Andersen, Thomas Partner and CEO, Maersk Oil
 
AUT Treichl, Andreas Chairman and CEO, Erste Group Bank AG
 
INT Trichet, Jean-Claude President, European Central Bank
 
GRC Tsoukalis, Loukas President of the Hellenic Foundation for European and 
Foreign Policy (ELlAMEP)
 
TUR Ugur, Agah CEO, Borusan Holding
 
FIN Vanhanen, Matti Prime Minister
 
CHE Vasella, Daniel L. Chairman and CEO, Novartis AG
 
NLD Veer, Jeroen van der Chief Executive, Royal Dutch Shell plc
 
USA Volcker, Paul A. Chairman, Economic Recovery Advisory Board
 
SWE Wallenberg, Jacob Chairman, Investor AB
 
SWE Wallenberg, Marcus Chairman, SEB
 
NLD Wellink, Nout President, De Nederlandsche Bank
 
NLD Wijers, Hans Chairman, AkzoNobel NV
 
GBR Wolf, Martin H. Associate Editor & Chief Economics Commentator, The Financial
Times
 
USA Wolfensohn, James D. Chairman, Wolfensohn & Company, LLC
 
USA Wolfowitz, Paul Visiting Scholar, American Enterprise Institute for Public 
Policy Research
 
INT Zoellick, Robert B. President, The World Bank Group
 
GBR Bredow, Vendeline von Business Correspondent, The Economist (Rapporteur)
 
GBR McBride, Edward Business Editor, The Economist (Rapporteur)
 
 
• AUT Austria 
• BEL Belgium 
• CHE Switzerland 
• CAN Canada 
• DEU Germany 
• DNK Denmark 
• ESP Spain 
• FRA France 
• FIN Finland 
• GBR Great Britain
• GRC Greece 
• IRL Ireland 
• INT International 
• ITA Italy 
• NOR Norway 
• NLD Netherlands 
• PRT Portugal 
• SWE Sweden 
• TUR Turkey 
• USA United States of America

CIA, AMBASSADE DE FRANCE, EUROPE, SAVOIE, PARIS, FREDERIC BERGER, PROTOCOLES DE TORONTO, ESPION, ILLUMINATI








LIBERTE d'EXPRESSION, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER, CENSURE, SAVOIE, CORSE, TRAITE ANNEXION, GENDARMERIE, JUSTICE, COLUCHE, RESTO DU COEUR,


L'ÉCHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, ce qui est un droit constitutionnel et international, continue sa lutte contre les sionistes, qui appliquent les Protocoles de TORONTO, notamment la C.I.A., où se trouvent les "skools and bones, symbole des illuminati

L'une des antennes de la C.I.A, la plus complète Europe, se trouve à l'ambassade Paris dirigé par un adjoint spécial de l'ambassadeur, l'ancien combattant Eugen F. Burgstaller. Outre le bureau de Burgstaller, la station comprend également trois autres unités bien définies - les rapports du Bureau régional,le régional de soutien administratif, et de l'American Section de liaison - ainsi que d'un petit groupe de télécommunications.

Voici le nom des espions d la CIA en poste en FRANCE est basé à l'ambassade:
AMERICAN EMBASSY
2 Avenue Gabriel
75008 Paris
265-7460

ACON, WILLIAM J.

AMIANO, SUZANNE K.

BAIRD, DOROTHY H.

BERG, JOHN W.

BERGER, MICHAEL JAY

BONIN, DONALD C.

BOVEE, HOWARD W.

BOWMAN, DONALD E.

BURGSTALLER, EUGEN F.

CAMPBELL, NANCY M.

CERRA, RONALD L.

CESSNA, LINDA C.

CHOUKALOS, DALE

COLE, BARBARA R.

CORRIGAN, JAMES L.

COVIELLO, JOSEPH LOUIS

CRAWFORD, SETH T.

CUSICK, CHARLES J.

DER-VERTANIAN, ANNA

DONOVAN, ANN C.

DORVAL, NANCY E.

DOWNEY, SALLY MARIE

DUBERMAN, DAVID DUNN,

EDWARD PAUL

EATON, JOAN C.

FARRELL, NANCY A.

FARRELL, SYLVESTER L.

FISHER, MARGARET V.

FLING, GRAHAM J. III

FORD, NANCY FRIEND, JULIUS W. Jr.

GELINAS, PAUL R.

GEORGE, CLAIR ELROY

HARWOOD, PAUL VINCENT

HEALEY, DONALD 1.


HOLT, PETER G.

JETON, FRANCIS JOHN

KAHANE, RICHARD A.

KEMERY, RAYMOND F.

KENNEY, JOHN H.

KIRBY. JOHN THOMAS

KOPLOWITZ, WILFRED D.

LANDRETH, RODNEY N. II

LAX, MORRIS H.

McBRIDE, MICHAEL G.

MILLER, JUDITH A.

MONTGOMERY, HUGH

MURPHY, DAVID E.

MURPHY, JAMES G.

MURPHY, JAMES M.

NICKERSON, DAVID

NYHUS, PAUL GRAHAM

PARKE, MARGARET

PLATT, JOHN C. III

POLTAR, ROBERT S.

RACKHAM, JOHN SCOTT

SABOE, DONALD L.

SALTSMAN, JOSEPH IRL

SELSKY, OLEG N.

SEVIER, LEWIS V.

SHEA, JOHN J.

SLIFER, HARRY SEGER Jr.

STARR, GAIL A.

TACCONELLI, DOMINIC J.

VIDAL, EVALENA S.

VREELAND, FREDERICK DALZIEL

WILLCOX, JOHN M.

WILLIAMS, GARY M.



PALESTINE, GAZA, ISRAËL, PIRATE, ASSASINAT KOUCHNER, NICOLAS SARKOSY, PARTI ANTI SIONISTE, YAHIA GOUASMI, HUMANITAIRES, CRIF, PS, PC,NPA, les VERTS,








L'ÉCHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, ce qui est un droit constitutionnel et international, continue sa lutte contre les sionistes
, qui appliquent les Protocoles de TORONTO.



LIBERTE d'EXPRESSION, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER, CENSURE, SAVOIE, CORSE, TRAITE ANNEXION, GENDARMERIE, JUSTICE, COLUCHE, RESTO DU COEUR,




HUMANITAIRES ASSASSINES

Dans la nuit du 30 au 31 mai 2010, une flottille apportant de l’aide humanitaire à
la population de Gaza, a été attaquée par la marine de l’entité sioniste. Il est fait état,
selon les sources, de 19 à 23 morts et de nombreux blessés. La censure imposée par
l’armée sioniste bloque pour l’ instant d’autres précisions.
Il s’agit de la part d’Israël, d’un acte de piraterie caractérisé, d’une agression d’un
convoi humanitaire, dans les eaux internationales. La préméditation est évidente ; un
camp d’internement pour les participants du convoi avait même été ouvert en Israël.
Cette agression confirme une fois de plus la vraie nature du sionisme et de son
entité en Palestine. Se considérant au-dessus de tout droit international, le sionisme tente
de survivre par l’agression permanente. Israël constitue, aujourd’hui, le plus grand
danger de guerre pour le monde.
Partout, la protestation la plus vive contre cette agression doit se faire entendre.
Le Parti Anti Sioniste appelle tous ses adhérents et ses sympathisants à se joindre en
France, à toutes les manifestations organisées pour dénoncer ce crime d’Israël. Nous
appelons également nos militants et sympathisants à dénoncer le lobby sioniste présent
dans la quasi-totalité des partis politiques français, dont le refus à dénoncer clairement
Israël et le sionisme fait d’eux des complices du crime qui vient de se produire.

Humanitaires assassinés par Israël : Le CRIF donne le La
(Thèmes et variations)

L’humanitaire selon le CRIF :

Le Président du CRIF, Richard Prasquier, a le cynisme de contester le caractère
humanitaire de la flottille attaquée dans les eaux internationales par la marine sioniste et
causant la mort de 20 personnes, au moins. Porte-parole de l’Ambassade d’Israël à Paris,
le Président du CRIF se donne le droit de définir ce qui est humanitaire. Alors posons-lui
les questions suivantes :
- L’opération « Plomb durci » contre Gaza en Décembre 2008 était-elle
humanitaire ? Le CRIF l’a approuvée et soutenue.
- Le blocus de Gaza est-il humanitaire ? Le CRIF l’approuve.
- La journée de soutien à l’armée sioniste (TSAHAL) organisée, chaque année, à
Paris (France), est-elle humanitaire ? Le CRIF la soutient et y participe
activement.
Le CRIF n’est que le porte-parole de l’Ambassade sioniste à Paris, destiné à
contrôler la classe politique française et à diffuser la propagande d’Israël. En soutenant
tous les crimes de l’entité sioniste Richard Prasquier est tout à fait dans son rôle : celui
d’un sioniste israélien installé à Paris.

UMP/CRIF :

Le porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefèvre, tout en déplorant les victimes de
l’agression israélienne (il ne pouvait pas faire moins !) a osé évoquer les « provocations »
en parlant du convoi humanitaire destiné à la population de Gaza. On remarquera dans
ses propos que l’aide aux victimes civiles d’Israël est rapidement assimilée à une
provocation .On constatera aussi l’alignement de M. Lefèvre, porte-parole de la majorité
Sarkozy-Kouchner, sur la position du CRIF. Et si on nommait M.Prasquier porte-parole
du gouvernement ? Cela aurait au moins le mérite de la clarté et éviterait à Frédéric
Lefèvre de répéter les propos du CRIF.

Parti Socialiste :

Au PS, dont les liens avec le sionisme sont allés jusqu’à offrir en 1956 la bombe
atomique, les réactions à l’agression israélienne contre le convoi humanitaire se veulent
plus fermes. Il est vrai que lorsqu’on gère le Ministère de la parole dans l’opposition, on a
les coudées plus franches ! Ainsi Benoit Hamon, porte-parole du PS, réclame une réunion
extraordinaire à l’ONU et évoque sans le condamner le blocus de Gaza. Tout cela n’a
jamais empêché le PS de soutenir toutes les formes de coopération entre la France,
l’Union européenne et l’entité sioniste. Jamais les dirigeants socialistes n’ont condamné
l’origine coloniale et la politique d’usurpation d’Israël. Il est vrai que Shimon Pères est
membre de l’Internationale Socialiste comme Tony Blair, Strauss-Kahn et Martine
Aubry !

PCF ou l’art de noyer le poisson :

Dans un communiqué, Marie-George Buffet, secrétaire nationale du PCF n’a pas
de mots assez durs pour condamner l’agression israélienne contre le convoi humanitaire,
demander la fin du blocus de Gaza…Tout cela devant se conclure par une résolution du
Conseil de Sécurité de l’ONU. Vielle tactique du PCF au sujet de la Palestine : dureté
dans le langage pour mieux conduire les sympathisants dans l’impasse des Nations Unies
dont l’inefficacité n’est plus à démontrer. Pendant ce temps, on ne parle pas de la nature
d’Israël (entité sioniste), de son idéologie d’Apartheid et de domination, et surtout de
l’existence d’un lobby sioniste en France. Il est vrai que depuis très longtemps, le thème
du lobby sioniste est tabou au PCF…On imagine aisément pourquoi.

Les Verts :

De leur côté, Les Verts, par la voix de Djamila Sonzogni, ont également
condamné l’agression et découvrent avec stupeur qu’Israël s’affranchit du Droit
International. Ces Verts semblent ignorer que toute l’histoire du sionisme (colonisation,
confiscation de terres, purification ethnique, assassinats de leaders palestiniens hors
d’Israël) s’est faite contre et en dehors de toute notion de droit international ! Par ailleurs
Madame Djamila Sonzogni souhaite que l’Union européenne face pression sur Israël
…Sauf que les Verts, nombreux au Parlement européen, devraient connaître les
nombreux liens qui unissent les dirigeants de l’Union européenne à Israël. Ces liens
s’appellent tout simplement le lobby sioniste, que les Verts, curieusement, ne voient
jamais !

NPA :
Se voulant plus « révolutionnaire » que tous les autres, le Parti de Besancenot
condamne, bien-sûr, l’agression israélienne en ajoutant à sa condamnation la rupture des
relations entre la France, l’Europe et Israël. C’est, sans doute, dans ce but que le NPA a
souvent agressé des militants antisionistes avant d’appeler à voter, au deuxième tour de
toutes les élections, pour les candidats sionistes du PS. Et demain, si l’occasion se
présente, il appellera à voter Strauss-Kahn…
Ce tour d’horizon des réactions des principaux partis français à l’agression
israélienne démontre une chose : du discours nettement pro-sioniste de l’UMP, au bla-bla
révolutionnaire de Besancenot, il y a un point commun : le refus de voir, de désigner et de
combattre le lobby sioniste en France dont le pivot est, entre autres, le CRIF. Il ne s’agit
pas seulement d’une incapacité à voir le lobby, mais il s’agit surtout de leur soumission au
dit lobby, que les partis se disent de droite ou de gauche. Voilà pourquoi, il a toujours été
difficile de construire en France un puissant mouvement de soutien au peuple palestinien.
Les récents évènements et ceux à venir obligeront chacun à choisir nettement son camp :
aux cotés des oppresseurs-même appelés « sionistes de gauche » ou « démocrates », ou
aux côtés des victimes qui luttent pour leur liberté et leur dignité.

Pour notre part le choix est fait depuis le début : dénoncer et combattre le
sionisme et son lobby en France.

Le Président,
M. Yahia Gouasmi


Le Président,
M. Yahia Gouasmi

dimanche 30 mai 2010

FÊTES DES MERES, SAVOIE INDEPENDANTE, ANNEXION, TRAITE de TURIN, ABROGATION, FABRICE BONNARD, FREDERIC BERGER






LIBERTE d'EXPRESSION, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER, CENSURE, SAVOIE, CORSE, TRAITE ANNEXION, GENDARMERIE, JUSTICE, COLUCHE, RESTO DU COEUR,



L'ÉCHO des MONTAGNES souhaite à toutes les mères du monde entier, un bonne fête.
Je vous rappelle par la même occasion qu'en mai 1977, Thérèse et moi, nous nous sommes présentés aux élections législatives de la SAVOIE, après avoir crée la parti SAVOIE INDÉPENDANTE, parti politique qui existe toujours.

Clic sur la photographie pour l'agrandir, merci:


Chères Amies, Chers Amis, Chers patriotes, vous pouvez constatez que depuis 1977 la situation politique et juridique de la souveraineté de mon pays la SAVOIE a évolué:
j'avais écrit à l'époque "traite caduc", or aujourd'hui ce traité est ABROGE et ceci grâce à l'action du bâtonnier de la SAVOIE, FABRICE BONNARD, qui a prouvé juridiquement que ce traité était abrogé.
A toutes les mamans LA SAVOIE INDÉPENDANTE envoie ce jolie bouquet de fleurs, crée par Dame Nature, par DIEU, et par la SAVOIE.








Thérèse, princesse e CHAMPAGNY LE HAUT EN SAVOIE, vous interprète une des plus belles chansons pour nos mamans:

jeudi 27 mai 2010

EUROPE, DRAPEAU , APOCALYPSE DE SAINT JEAN, VIERGE MARIE, COUR EUROPEENNE DES DROITS DE l'HOMME, SAVOIE, CORSE


L'ÉCHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, ce qui est un droit constitutionnel et international, continue sa lutte contre les sionistes, qui appliquent les Protocoles de TORONTO.


LIBERTE d'EXPRESSION, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER, CENSURE, SAVOIE, CORSE, TRAITE ANNEXION, GENDARMERIE, JUSTICE, COLUCHE, RESTO DU COEUR,



Le drapeau européen, illégal selon la Cour Européenne!



Voilà la conséquence, pour l’instant quasiment secrète, de l’arrêt du 3 novembre 2009 : pour interdire les crucifix dans les écoles publiques italiennes, la Cour européenne des droits de l’homme a du retenir un principe de droit ne visant pas spécifiquement la représentation du Christ : « l’exposition obligatoire d’un symbole d’une confession donnée dans l’exercice de la fonction publique relativement à des situations spécifiques relevant du contrôle gouvernemental viole l’article 9 de la Convention de sauvegarde des Droits de l’Homme et des Libertés fondamentales et l’article 2 de son protocole additionnel n°1 ».

La Cour précise dans son arrêt que "la liberté négative (...) s’étend aux pratiques et aux symboles exprimant (...) une croyance, une religion ou l’athéisme, que si le symbole du crucifix a une pluralité de significations parmi lesquelles la signification religieuse est prédominante, la Cour considère que la présence du crucifix dans les salles de classe va au-delà de l’usage de symboles dans des contextes historiques spécifiques. Elle a d’ailleurs estimé que le caractère traditionnel, dans le sens social et historique, d’un texte utilisé par les parlementaires pour prêter serment ne privait pas le serment de sa nature religieuse".

A noter encore que la Cour considère que "le devoir de neutralité et d’impartialité de l’État est incompatible avec un quelconque pouvoir d’appréciation de la part de celui-ci quant à la légitimité des convictions religieuses ou des modalités d’expression de celles-ci."

Elle contredit ainsi l’arrêt du Conseil d’État italien du 13 février 2006 qui rejetait le recours "au motif que la croix était devenue une des valeurs laïques de la Constitution italienne et représentait les valeurs de la vie civile", faisant ainsi droit aux arguments de la requérante : "Les dispositions en cause sont l’héritage d’une conception confessionnelle de l’État qui se heurte aujourd’hui au devoir de laïcité de celui-ci et méconnaît les droits protégés par la Convention" et que "Les dispositions en cause sont l’héritage d’une conception confessionnelle de l’État qui se heurte aujourd’hui au devoir de laïcité de celui-ci et méconnaît les droits protégés par la Convention."

Négligeant l’appel à la prudence du Gouvernement italien qui, considérant "qu’il n’ a pas de consensus européen sur la manière d’interpréter concrètement la notion de laïcité" demandait à la Cour de s’abstenir "d’interdire la simple exposition de symboles" ce qui "conduirait à des conséquences imprévisibles", la Cour a ni plus ni moins interdit dans les établissements publiques et notamment dans le domaine de l’éducation les symboles ayant une signification religieuse quand bien même ces symboles auraient d’autres significations. De plus, elle déni aux états un pouvoir d’appréciation sur ces symboles.

Le drapeau européen

- Volontairement religieux

Il est maintenant reconnu, même par Wikipédia que l’emblème a été conçu par l’Autrichien Arsène Heitz, modeste fonctionnaire et catholique fervent. Selon ses dires, il s’est inspiré de la médaille miraculeuse de la rue du Bac (Paris). Celle-ci représente la Vierge avec la corona stellarum duodecim ou couronne de 12 étoiles qu’évoque l’Apocalypse de Saint Jean : « Un signe grandiose est apparu dans le ciel, une femme revêtue du soleil, la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de 12 étoiles » , Apocalypse 12,1.

- Faussement laïc

S’il était initialement convenu de laisser croire au vulgum pecus que le drapeau européen n’aurait eu d’autre signification qu’une étoile par état-membre, c’est en réalité pour occulter sa signification véritable, réservée aux initiés, jugeant eux, très pertinent d’arborer une emblème religieuse, en parfaite adéquation avec le projet de dictature futuriste à l’apparence trompeuse de "démocratie autoritaire" dans la lignée de l’ordre cistercien et dans la logique du choc des civilisations.

- De troubles références

Ainsi, le baron Paul Michel Gabriel Lévy, ancien cadre des services secrets belges, chargé, en dirigeant l’opération Samoyède, dès les années 1930 de protéger les moyens de communications le temps de l’occupation à venir (quand son ami Paul-Henri Spaak déplaçait l’armée belge pour faciliter l’invasion de la Wehrmacht), libéré du camp de Breendonk en 1941 par l’occupant, puis nommé directeur de la Communication du Conseil de l’Europe s’enorgueillit d’avoir choisi le symbole de la Vierge de l’Apocalypse comme emblème de l’Europe. Non sans une certaine ironie, il s’amuse d’avoir donné le change en organisant un concours folklorique, puis d’avoir fait croire que le dessin du drapeau aurait été l’œuvre de son bibliothécaire, Arsène Heitz.

Pour les initiés, le discours est tout autre : il est très fier de d’expliquer la signification symbolique religieuse de son choix, et accessoirement de révéler d’avoir disposé à chaque évènement majeur de la construction européenne des références religieuses et autres symboles occultes :

- le drapeau a été adopté le jour de la fête de l’Immaculée Conception, (même s’il fut nécessaire e tricher quelque peu sur les dates)

- La Convention européenne des droits de l’Homme fut signée dans la salle du Palais Barberini dont le plafond est orné du symbole de la Vierge de l’Apocalypse.

- L’explication du symbole est donnée par le narrateur dans son interview officielle. Le baron Lévy a pris soin de se faire filmer devant la cathédrale de Cologne, lieu de naissance de la maçonnerie germanique, dont le saint patron est saint Jean, auteur de l’Apocalypse, inventeur de la Vierge du même nom et dont les armoiries représentent une staviska composée de quatre compas... Comprenne qui doit comprendre.

- Illégal en droit européen

Si ces recherches ne présentaient hier que des intérêts politiques, historiques ou philosophiques, l’arrêt de la Cour du 3/11/2009 leur donne soudain un intérêt juridique considérable : aucun juge ne pourra sérieusement prétendre que le drapeau européen n’est pas un symbole religieux. Il sera même facile de démontrer que s’il est parvenu à représenter autre chose, l’Europe, dans l’imaginaire collectif, ce n’est que le fruit d’une manipulation assez minable, digne de la fabrication de faux miracles (n’oublions pas le procès en canonisation du collaborateur et agent américain Robert Schuman voir à ce sujet l’excellent dossier de François Asselineau ).

En réalité, le drapeau européen est authentiquement un symbole religieux et frauduleusement un symbole politique. Le discours du baron Lévy établit sans aucun doute qu’il a été choisi à dessein pour sa signification religieuse. Il tombe donc sans contestation possible sous le coup de l’interdiction visée par l’arrêt du 3 novembre 2009, qui n’impose d’ailleurs pas que la signification religieuse soit volontaire.

- Contraire à la Constitution française

Subsidiairement, ce symbole religieux contrevient aussi au principe constitutionnel de laïcité du 1er alinéa de l’article 1 : "La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale."

- Illégal car contraire à la loi de 1905 sur la laïcité

Enfin, le symbole de la Vierge de l’Apocalypse contrevient à la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l’État, ses articles 2 : "La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte (...)" et 28 : "Il est interdit, à l’avenir, d’élever ou d’apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l’exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions."

CONCLUSION

Sur ces fondements, les républicains attachés au principe de la laïcité - et plus largement les citoyens attachés au respect du droit - doivent envisager sérieusement de contraindre s’il le faut par la Justice à faire disparaître le symbole incriminé des édifices publics, des lieux d’enseignement publics, des manuels scolaires, des sites Internet gouvernementaux, des apparitions officielles des membres du gouvernement et du Président de la République.

Ces procédures pourront à la fois faire l’objet d’une question préjudicielle de constitutionnalité devant le Conseil Constitutionnel et d’une question préjudicielle de conventionalité devant la Cour européenne des droits de l’homme.

Évidemment, tout ceci pourrait être évité en revenant simplement à la raison, au respect du droit et des principes démocratiques, dont celui des peuples à disposer d’eux-mêmes qui se traduit inévitablement par la seule solution qui vaille :

LA SORTIE DE L’UNION EUROPÉENNE, SELON LA VOLONTÉ POPULAIRE, ÉCLAIRÉE PAR L’INSTINCT DE SURVIE DES SAVOYARDS et DES CORSES!


Le drapeau eurpéen représente les douzes saloparts et non les 28 états européens!!

BENJAMIN NETANYAHU, DAVIDGOR LIBERMAN, CRIMINEL, ISRAËL, CRIF, SOS RACISME, MRAP, PARTI ANTI SIONISTE, YAHIA GOUASMI, FREDERIC BERGER






L'ÉCHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, ce qui est un droit constitutionnel et international, continue sa lutte contre les sionistes
, qui appliquent les Protocoles de TORONTO.



LIBERTE d'EXPRESSION, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER, CENSURE, SAVOIE, CORSE, TRAITE ANNEXION, GENDARMERIE, JUSTICE, COLUCHE, RESTO DU COEUR,



Deux criminels de guerre israéliens à Paris.


Le jeudi 27 mai prochain, une manifestation aura lieu devant le siège de l’OCDE :
2, rue André Pascal Paris XVIe, pour protester contre la venue de Benjamin Netanyahu
et de Davidgor Liberman.
La récente adhésion de l’entité sioniste à l’OCDE est une preuve supplémentaire
de la sionisation des gouvernements européens. Cette adhésion, prélude à l’adhésion
d’Israël à l’Union Européenne (ou à ce qu’il en restera après la crise actuelle), est en fait
une approbation donnée par l’Union Européenne à la politique de l’état sioniste
(agressions et crimes de guerre contre la population civile de Gaza, création du mur de
séparation, confiscation de terres, assassinats ciblés avec des passeports de pays membres
de l’OCDE, etc.). C’est aussi un pas de plus vers la guerre que prépare Israël contre le
front de la Résistance (Iran, Syrie, Liban, Palestine), l’Europe se trouvant totalement
impliquée dans un conflit voulu par le sionisme.
Aujourd’hui, en Europe, et tout particulièrement en France, le combat contre le
lobby sioniste est un combat pour l’indépendance nationale et pour le refus de cautionner
cet état d’apartheid, de spoliation et d’agression qu’est Israël.
Le Président,
M. Yahia Gouasmi

CRIF, ISRAËL, MARTINE AUBRY, PARTI ANTI SIONISTE, YAHIA GOUASMI, HAÏFA, NAZISME, HITLER, FREDERIC BERGER, PROTOCOLES DE TORONTO






L'ÉCHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, ce qui est un droit constitutionnel et international, continue sa lutte contre les sionistes
, qui appliquent les Protocoles de TORONTO.



LIBERTE d'EXPRESSION, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER, CENSURE, SAVOIE, CORSE, TRAITE ANNEXION, GENDARMERIE, JUSTICE, COLUCHE, RESTO DU COEUR,




Un socialiste français visite Haïfa.


Selon la Voix du Nord du 16/05/2010, une délégation du CRIF conduite par M.
Charles Sulman, actuellement Président de sa branche régionale, a visité l’entité sioniste
en compagnie de M. Yves Durand, Député-maire de Lomme (département du Nord). Cette
délégation a visité la ville de Haïfa d’où, 60 000 Palestiniens ont été expulsés en 1948,
ainsi que la ville de Safed dont la population arabe expulsée en 1948, n’a jamais été
autorisée à revenir.
Comme quoi le droit au retour des sionistes, c’est d’abord l’expulsion des Palestiniens de
chez eux. A noter que Safed est jumelée avec Lille dont le Maire est la socialiste Martine
Aubry. Tous ces socialistes du Nord n’ont aucune gêne à maintenir des liens avec Israël :
fondé sur la purification ethnique et sur la spoliation des terres.
Ils n’hésitent pas, comme cela est le cas pour cette délégation, à visiter des villes
débarrassées de leurs habitants palestiniens depuis longtemps.
Nous avons déjà expliqué les liens étroits qui unissent les socialistes français au sionisme :
même idéologie colonialiste (cf. les répressions socialistes pendant la guerre d’Algérie) et
même soumission à la grande finance internationale (Cf. M. Strauss-Kahn), qu’ils ne
prennent même plus la peine de dissimuler, aujourd’hui. Voilà pourquoi ces socialistes
peuvent marcher dans des villes de Palestine, où les sionistes ont fait couler tant de sang
palestinien.
Ces visites ont également pour but de venir en aide économiquement à Israël.
Elles sont généralement suivies d’accords, dits, de coopération signés par le Conseil
Régional et permettant à l’économie sioniste de prendre pied dans la Région. Non sans
quelques subventions de ladite Région et au détriment de l’activité locale. Il s’agit, en fait,
d’apporter un peu d’oxygène à l’économie d’un état colon qui ne se survit que par la force
militaire, par l’aide du gouvernement américain et par la puissance de son lobby
notamment … dans le Nord Pas-de-Calais.
A l’heure où l’usure de Sarkozy semble donner quelques espérances aux
socialistes (en particulier à M. Strauss-Kahn), le lobby sioniste va chercher forcément un
remplaçant parmi la fausse opposition, c’est-à-dire le PS ou mieux dit, le parti sioniste.
Il y a déjà longtemps que dans le Nord, berceau du socialisme français, le PS n’est
plus le parti de la justice et des opprimés. La forte abstention populaire lors des dernières
élections régionales le confirme amplement. Il faut que tous les citoyens épris de justice
réagissent à cette collaboration entre les élus locaux et Israël.
Le Président,
M. Yahia Gouasmi

NUCLEAIRE, ISRAËL, INSPECTION, PARTI ANTI SIONISTE, YAHIA GOUASMI, IRAN






L'ÉCHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, ce qui est un droit constitutionnel et international, continue sa lutte contre les sionistes
.



LIBERTE d'EXPRESSION, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER, CENSURE, SAVOIE, CORSE, TRAITE ANNEXION, GENDARMERIE, JUSTICE, COLUCHE, RESTO DU COEUR,



Inspection nucléaire en Israël.



Depuis que l’AIEA, à la demande des pays arabes soutenus par d’autres nations, a
inscrit sur son agenda l’adhésion de l’entité sioniste au Traité de Non Prolifération, le seul
problème nucléaire de la région (et du monde, par conséquence), le nucléaire israélien a
acquis une centralité que le sionisme avait toujours réussi à éviter, jusqu’à présent.
Quelles que soient les manœuvres des USA et de l’Union Européenne pour retarder
l’échéance, le danger du nucléaire sioniste ne pourra plus être occulté à l’opinion
mondiale. Aujourd’hui, on peut affirmer qu’une majorité de Français considère qu’Israël
constitue le risque majeur de conflits nucléaires. Une étape importante a donc été franchie.
Encore faut-il que la pression ne se relâche pas et que tous les antisionistes
authentiques (et non ces officines qui « roulent » pour Israël et ne voient jamais le lobby
sioniste en France) aient des idées claires à ce sujet.
Le nucléaire israélien c’est le chantage permanent au service de la pire idéologie de
domination. Qui, à part Israël, a menacé le monde d’un holocauste nucléaire, au cas où son
pouvoir serait défait ?
Aucune autre puissance nucléaire, même aux pires moments de la guerre froide, n’a osé
tenir un tel langage. Qu’aurait dit l’opinion mondiale par exemple, si le pouvoir blanc et
d’apartheid d’Afrique du Sud avait possédé le nucléaire, et menacé le monde d’un
embrasement ? On imagine facilement l’indignation qu’une telle situation aurait
provoquée.
Alors survient une question : pourquoi le nucléaire israélien a-t-il été si
longtemps, un sujet tabou pour les gouvernements américains et occidentaux ? Pourquoi
un tel silence complice, face à une telle menace ? La réponse est facile à trouver. Elle
réside dans la soumission de ces gouvernements au lobby sioniste international. C’est un
gouvernement socialiste français qui a offert (même pas vendu, ce qui serait déjà immoral)
en 1956, la bombe atomique à Israël, en échange de sa participation à l’expédition
coloniale au Canal de Suez. Par la suite, les Etats-Unis devaient prendre le relais et on ne
compte plus les matières et technologies nécessaires à l’arme atomique qui ont « disparu »
ou se sont « égarées » en provenance des USA. Des complicités à si haut niveau et depuis
si longtemps, ne peuvent pas s’expliquer sans l’existence d’un puissant lobby qui a, de fait,
le pouvoir aux Etats-Unis et en Europe occidentale.
Voilà pourquoi la question du nucléaire israélien est si « sensible ». Non
seulement parce qu’elle pourrait obliger Israël à se soumettre au droit international et à
subir des inspections - ce qui est insupportable et impensable pour les sionistes qui se
considèrent au-dessus de tout droit - mais surtout, parce que le nucléaire israélien peut
mettre à nu tout le lobby sioniste qui fonctionne depuis au moins soixante ans, aux USA et
en Europe. Ce serait une longue chaîne de complicités qui seraient dévoilées devant
l’opinion.
C’est un effet boomerang de la politique sioniste vis-à-vis de l’Iran : à force de
montrer du doigt le nucléaire civil iranien, beaucoup de gouvernements ont été obligés de
s’intéresser au nucléaire israélien, qui lui, est militaire. Juste retour des choses qui illustre,
une fois de plus, le fameux « deux poids, deux mesures » et les soixante ans d’illégalité de
l’Etat d’Israël !
L’onde de choc du nucléaire israélien est déjà en train de se propager aux USA et
en Europe occidentale. Il devient, chaque jour, plus difficile de convaincre l’opinion qu’il
faut sanctionner l’Iran, sans vouloir reconnaître l’existence de l’arsenal atomique sioniste.
Et il devient également, chaque jour plus difficile, de cacher aux Français, l’existence, ici-
même en France, d’un lobby sioniste jusqu’aux plus hautes sphères de l’Etat.
Il ne faut pas permettre au sionisme et à son entité, d’entraîner le monde dans une
catastrophe nucléaire. C’est à Tel-Aviv et non à Téhéran, qu’il faut envoyer les
inspecteurs !
Le Président,
M. Yahia Gouasmi

O.C.D.E.,ISRAËL, GAZA, PROTOCOLES DE TORONTO, PARTI ANTISIONISTE, YAHIA GOUASMI,






L'ÉCHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, ce qui est un droit constitutionnel et international, continue sa lutte contre les sionistes
.



LIBERTE d'EXPRESSION, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER, CENSURE, SAVOIE, CORSE, TRAITE ANNEXION, GENDARMERIE, JUSTICE, COLUCHE, RESTO DU COEUR,

Ainsi, Israël est devenu membre de l’OCDE (Organisation de Coopération et de
Développement Economique). Cet organisme européen, issu du plan Marshall et créé dans
le contexte de la guerre froide, a donc décidé, à l’unanimité, de tenter de « légitimer »
l’entité sioniste et donc d’insulter l’opinion publique arabe et anti sioniste.
Cette adhésion intervient après l’agression contre la population civile de Gaza, toujours
maintenue en ghetto par un blocus israélien. Elle intervient après la publication du rapport
Goldstone. Celui-ci dénonce les crimes de guerre israéliens commis lors des opérations
militaires à Gaza, après la volonté d’intensifier la colonisation, malgré l’indignation de
l’opinion mondiale. Cette décision sera lourde de conséquences.
L’OCDE intègre un état en guerre permanente avec ses voisins. On peut dire que
l’Europe a maintenant, de fait, une frontière avec le Liban et la Syrie. Dans le cadre de
l’OCDE, cette frontière se veut économique mais elle est déjà, en réalité, politique et
militaire. Maintenant, toute guerre menée par Israël, sera officiellement une guerre de
l’OCDE et donc, de l’Union Européenne. Le lobby sioniste est parvenu à enchaîner
l’Europe au destin d’un état artificiel fondé sur le racisme, l’apartheid, la colonisation et la
purification ethnique (expulsion permanente des populations palestiniennes).
L’OCDE intègre également, un état dont une partie importante de l’économie
provient de territoires occupés (occupation condamnée par les Nations Unies), d’où les
Palestiniens ont été expulsés. Cet aspect de la question est apparue lorsqu’il s’est agit
d’étudier les statistiques portant sur l’économie israélienne. Cela n’a pas gêné les membres
de l’UNESCO et l’ambassadeur israélien auprès de l’UNESCO à trouver une solution :
« produire d’ici un an, des statistiques séparées sur la part des colonies, dans l’économie
israélienne ». Ainsi, par un artifice comptable, (des statistiques sur une feuille volante, par
exemple) l’OCDE entérine la politique de colonisation menée par Israël.
Pendant ce temps, Gaza est toujours transformé en ghetto et prison à ciel ouvert et
la colonisation, massive, cynique, se poursuit en Cisjordanie. Cette adhésion, au moment
même où Obama est obligé de faire semblant de hausser le ton envers Netanyahou, illustre
bien le partage des rôles entre l’USraël et l’Europe sionisée.
Les sionistes se sont réjouis bruyamment, de l’adhésion d’Israël à l’OCDE. Mais,
leur joie pourrait être de courte durée car maintenant, beaucoup d’Européens -notamment
de Français- vont ouvrir les yeux sur une réalité géopolitique : l’Union européenne a une
frontière avec la Palestine occupée, le Liban et la Syrie menacée d’agressions.Directement ou indirectement, l’Union européenne est perçue par l’opinion arabo-
musulmane, comme partie prenante du conflit au Proche-Orient et de tous les conflits à
venir. Cela n’ira pas sans conséquence politique, économique ou autres.
Tous les amis de la Palestine, tous les patriotes français, tous les anti sionistes
doivent, non seulement, dénoncer cette adhésion, mais bien expliquer autour d’eux, que
nous avons fait un pas de plus vers une guerre qui n’est pas la nôtre. Nous laissons aux
spécialistes (historiens, diplomates, chercheurs) le soin d’établir et de commenter les
bénéfices que le sionisme a su tirer à chaque fois des guerres des autres (Déclaration
Balfour en 1917, Etat d’Israël en 1948). Inlassablement, il faut expliquer que le sionisme
pousse les Européens (dont les Français) à la guerre. Et cette guerre n’est pas la nôtre !
Les Français et les Européens ne veulent pas mourir pour Tel-Aviv !