Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

lundi 31 août 2009

H1N1, PROPAGANDE, EXTERMINATION, GENOCIDE, FRIC DES JUIFS SIONISTES, CRIF,


L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, continue sa lutte contre le faux virus H1N1, mais vrai pompe à fric pour les juifs sionistes du monde entier, qui appliquent les Protocoles des SAGES de SION et de TORONTO, en voulant massacrer 1 milliard d'habitants sur la Terre.

L'ECHO des MONTAGNES vous prouve que vos chefs d'états vous mentent avec leurs organes de presse sionistes aux ordres et vice-versa!!!!!!

Que fait le CRIF, pourquoi ne porte-t-il pas plainte? On s'interroge à l'ECHO des MONTAGNES quant au rôle du patron banquier juif du CRIF, RICHARD PAS COEUR DE LYON PRASQUIER???????
Le brevet du vaccin contre le H1N1 a été déposé longtemps avant la propagation du virus de la grippe porcine, en 2007!! Curieux, non?
inv
Accordez une attention particulière aux souches (séquençage) du H1N1 du brevet de 2007. Bientôt chez vous !


Ceci est ma réponse à John Perna au sujet d’un dépôt de Demande de Brevet US, dont l’un des aspects concerne le vaccin contre la grippe porcine (H1N1). La demande de brevet a été enregistrée longtemps avant que la grippe porcine mexicaine supposée est apparue comme nouvelle souche d’un virus provenant d’une « ferme porcine » au Mexique.


Dans le billet de John copié sous ma réponse, il pensait que la demande de brevet pour le vaccin H1N1 datait de 2008, peu avant l’émergence de la grippe porcine au Mexique.


Je m’y connais en matière de brevets, aussi j’ai jeté un œil au site des Brevets et Marques déposées pour les Etats-Unis pour vérifier si ce qu’il avançait était correct et j’ai découvert qu’il se trompait. La demande originale avait en réalité été enregistrée en 2007. Longtemps avant que le virus ne soit classifié comme l’émergence « d’une nouvelle souche virale » au Mexique, dans ce cas précis savoir "hacker" est utile pour sauver le monde (oups) !

COMMUNICATION AVEC JOHN PERNA :

"John,

Veuillez envoyer ceci à tous vos contacts et groupes de médias.


Vous vous trompez sur la date d’enregistrement. Il ne s’agit pas du 28/08/08 mais du 28/08/07, soit un an avant ! C’est un coup encore plus fumant que ce que vous pensiez …


La date de 2008 est celle de l’acceptation finale de l’examen de la Demande de Brevet. La date d’enregistrement (date de réception au bureau du PTO) est plus ancienne d’un an jour pour jour. J’ai mis les liens ci-dessous du Bureau Américain des Brevets et des Marques Déposées pour vérifier cela. Je peux également télécharger n’importe laquelle des sections ou copier ces pages et je vous recommande fortement d’en faire autant. (Le brevet pourrait être classé top secret par décret et retiré).


Voici le lien vers le bureau des Brevets des Etats Unis pour voir le brevet : http://appft.uspto.gov/netacgi/nph-Parser?Sect1=PTO2&Sect2=HITOFF&p=1&u=/netahtml/PTO/search-bool.html&r=3&f=G&l=50&co1=AND&d=PG01&s1=Kistner.IN.&OS=IN/Kistner&RS=IN/Kistner


Et oui, le virus de la grippe porcine HIN1 est listé « parmi de nombreux autres » dont extrait de la Demande de Brevet : [0056] « Un vaccin peut être utilisé entre autres comme injection prophylactique contre une maladie liée à un virus. Parmi les intégrations particulièrement préférées, la composition ou vaccin comprend plus d’un antigène, p. ex. 2, 3, 4, 5, 6, 7 ou 8, en particulier de différentes souches de virus, sous-types, ou types tels que la grippe A et la grippe B, sélectionnés en particulier à partir d’un ou plus des sous-types humains de H1NI1, H2N2, H3N2, H7N7, H1N2, H9N2, H7N2, H7N3, H10N7, des sous-types de la grippe porcine H1N1, H1N2, H3N1 et H3N2, des sous-types de la grippe canine ou équine H7N7, H3N8 ou des sous-types aviaires H5N1, H7N2, H1N7, H7N3, H13N6, H5N9, H11N6, H3N8, H9N2, H5N2, H4N8, H10N7, H2N2, H8N4, H14N5, H6N5, H12N5. »

Ce qui m’intéresse également, ce sont tous les autres vaccins viraux listés mais non encore sortis, vous voyez ce que je veux dire ? !!

Vous aimeriez peut-être donner cela à quelques spécialistes pour qu’ils le commentent immédiatement.


Le lien suivant est le plus important. Il montre que la demande originale a été enregistrée le 28/08/2007.


Partez de là : http://portal.uspto.gov/external/portal/pair et quand vous arrivez sur la page de recherche, assurez-vous que « n° de la demande (application number) » soit coché, et indiquez dans la ligne de recherche le numéro suivant : 60/966,724


Quand la page s’ouvre, cliquez sur l’onglet « Image File Wrapper », puis sélectionnez « Specification » et allez à la page 13 des spécifications. Là vous verrez les références virales des virus telles que notées ci-dessus et la date qui correspond est le « 28/08/07 », longtemps avant que le virus n’ait été promu « nouvelle souche mortelle » apparu dans une ferme porcine au Mexique.


Et pour finir, mon opinion personnelle sur le sujet : Ils peuvent prendre leur vaccin et se le mettre dans le C…, et ce qui ne rentre pas, ils peuvent l’utiliser pour faire de même avec le ministère US de la propagande et leurs P……. de tête parlante dans les médias inféodés qui ont fait circuler la panique de la grippe porcine".

De plus les sionistes juifs israéliens font du trafic d'organe, en mutilant les corps d'enfants palestiniens. Si ces corps sont atteints du virus H1N1 que vont faire les juifs?

Dernière question, à 1 million de shekels : est-ce bien kasher de greffer l’organe d’un goy sur un juif ? Que dit la Torah ? Que disent les rabbins ? Un juif avec un foie ou un rein de goy pourra-t-il ressusciter lorsque l’heure aura sonné ? Grave question.

VALERIE HOFFENBERG, SIONISTE, PALESTINE, ISRAËL, NICOLAS SARKOSY, ANTISEMITISME


L'ÉCHOdes MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous livre le sionisme suivant:

Sarkozy nomme une sioniste de choc pour s’occuper de la paix au Proche-Orient !



Valérie Hoffenberg, UMP et directrice pour la France de l’American Jewish Committee, principal lobby sioniste américain, vient d’être chargée par sarkozy de veiller au processus de paix au Proche-Orient. La "messe" est dite.

L’Agence france presse (AFP) annonce en effet que Nicolas Sarkozy a nommé la conseillère UMP de Paris Valérie Hoffenberg "représentante spéciale de la France pour la dimension économique, culturelle, commerciale, éducative et environnementale du processus de paix au Proche-Orient".

"Egalement directrice pour la France de l’American Jewish Committee, une association juive très influente aux Etats-Unis, Mme Hoffenberg sera notamment chargée de prendre "toutes les initiatives concrètes" susceptibles de créer "un climat favorable à la paix dans les domaines économique, culturel, éducatif et environnemental", indique la lettre de mission du chef de l’Etat."

"Comme le rappelle le courrier de Nicolas Sarkozy, rendu public par la présidence, Valérie Hoffenberg a notamment participé à Bethléem (Cisjordanie) à la création d’un parc industriel réunissant entreprises publiques et privées.

La représentante spéciale sera placée sous l’autorité du ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner", précise l’AFP.

On voit ce que vaut "le processus de paix" à la sauce sarkozienne !

De plus regardez cette vidéo et vous comprendrez que NICOLAS SARKOSY est un vrai sioniste, qui ne connait pas le mot antisémite, qui signifie contre les fils de "SEM"!





American Jewish Committee (comité des américains juifs), aussi connu sous les initiales AJC, a été « fondé en 1906 avec le but de regrouper toutes les composantes juives américaines pour défendre le droit des juifs du monde entier» .[1] C'est l'une des plus vieilles organisation de défense des juifs des États-Unis

Selon un communiqué du CRIF : “Le Président de la République, qui effectue une visite de travail aux Etats-Unis les 6 et 7 novembre, a invité le président du CRIF, Richard Prasquier. Le Mercredi 7 novembre au matin, le président français, aux ordres du CRIF,rencontrera également les organisations juives américaines conduites par Richard Sideman et David Harris, respectivement président et directeur exécutif de l’American Jewish Committee, qui lui remettront le prix « Light Unto The Nation ».

Plusieurs ministres accompagnent Nicolas Sarkozy : Bernard Kouchner, ministre des Affaires Etrangères et Européennes ; Christine Lagarde, ministre de l’Economie, des Finances et de l’Emploi ; Rachida Dati, ministre de la Justice et Garde des Sceaux et Rama Yade, secrétaire d’Etat chargée des Affaires étrangères et des Droits de l’Homme. Sont également du voyage le président de l’Assemblée Nationale, Bernard Accoyer, la directrice de l’AJC France, Valérie Hoffenberg, et de nombreux dirigeants d’entreprises.

mercredi 26 août 2009

FRANC-MACON, JUSTICE, TUTELLE, ALZHEIMER, MAFIA, AVOCAT, HUISSIER, STRING, CHAUSSURE

L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous a déjà prouvé ses écrits concernant la connivence justice-franc-maçon-avocat, connivence qui aboutit à l'INJUSTICE, car l'INJUSTICE est un métier qui rapporte gros financièrement.

Les justiciables con-tribuables ont en assez de cette justice sioniste franc-maçonnique, preuve en est après la chaussure, c'est le jet de string à la figure d'un juge qui symbolise ce mécontentement.


Mais l'affaire est plus grave, c'est pourquoi dans notre lutte contre les francs-maçons, oublieux de leurs idéaux, nous vos donnons la preuve suivante, concernant la complicité des juges-avocats franc-maçon au détriment du justiciable non franc-maçon.
Que cette preuve épistolaire puisse vous servir à vous battre vous et les votres contre le système pourrie franc-maçonnique.Pour vos aider l'ECHO DES MONTAGNES met à votre disposition sur demande, la liste de ces juges et avocats francs-maçons.

Voici la lettre:




A :

Madame Michèle Alliot-Marie

Secrétariat particulier du garde des sceaux

Ministère de la Justice

13, place Vendôme

F-75001 – PARIS Lettre recommandée + AR

Le 26 Août 2009

Madame,

Face aux comportements abjectes qui ruinent à la fois l’honneur de l’institution judiciaire française, ainsi que l’existence de milliers de justiciables, nos associations et collectifs tiennent à dénoncer ce qui suit avec fermeté et indignation, tout en plaçant en vous leur espoir ultime d’un non moins ultime redressement de cette situation.

Lors de votre récente prise de fonction au Ministère de la Justice, vous avez qualifié votre nouveau poste de « superbe challenge ».

Vous avez même ajouté : « C'est un ministère essentiel pour la cohésion des Français, pour l'avenir de la France. Je souhaiterais le faire mieux connaître et mieux reconnaître par l'ensemble des Français ». Et aussi : « Mon ambition, c'est de redonner à la Justice toute sa place dans la société. Les règles de droit sont ce qui permet aux Français de vivre ensemble, elles sont le ciment de la société ».

A titre de citoyens français au nom desquels les jugements des tribunaux sont rendus, et aussi à titre de victimes desdits jugements, dont l’inéquité parait étonnement flagrante et médiatisée, notre collectif en appelle à votre noble ambition en espérant que celle-ci ne se limitera à votre double mise en garde : « Je souhaite que les magistrats voient leur autorité reconnue. Je n'admettrai aucune attaque contre un magistrat, y compris émanant d'un avocat ».

Nous ne doutons pas que votre noble ambition soit de rappeler aux français que la respectabilité ne se décrète pas, mais plutôt qu’elle se mérite.

C’est pourquoi il nous apparaît fondamental, et plus que jamais, de porter à votre connaissance non seulement les agissements iniques et indignes d’une part non négligeable des magistrats, mais encore leur ampleur et leur fréquence connues du public et largement médiatisées.

- 2 -

Votre louable ambition de faire « mieux connaître » rapidement et « mieux reconnaître » la justice de notre pays nous incite à vous saisir de nos doléances, ne doutant pas que vous saurez ainsi restituer à la France la légitimité de son magistère sur les droits de l’homme et les valeurs universelles.

Face à une situation judiciaire et humaine plus qu’alarmante et largement portée à la connaissance du public, vous n’ignorez pas que celle ci plonge les citoyens français dans des souffrances extrêmes, ainsi que leurs familles, lorsque les uns et les autres sont notoirement dépouillés par un système judiciaire et tutélaire totalement corrompu.

Des milliers de membres de nos associations et collectifs, victimes de l’institution judiciaire, affirment que les manipulations d’un « système » sont d’essence criminelle, sans effusion de sang, parce que perpétrées sur le papier, et dont le bilan est vertigineux.

L’un des nombreux moyens techniques de cette corruption active, et même créative, se révèle par l’utilisation systématique de « signes » aussi étranges qu’étrangers à la vraie justice, apposés dans les jugements ou les conclusions d’avocats ; à savoir :

- Des étoiles * * * alignées ou en triangle, qui trouvent leur signification dans le dictionnaire français :

Signe en forme d'étoile qui indique un renvoi ou auquel on attribue un sens convenu.

Egalement dans l’encyclopédie Wikipédia : « Un usage similaire des astérisques est fait lorsqu'un mot de passe ou un code secret est affiché au fur et à mesure de sa saisie par un utilisateur, afin d'empêcher les regards indiscrets d'en prendre connaissance ».

- Mais encore :

Des arobases @ dont il est à remarquer que certains « grands Maîtres » le portent sur leur habit de cérémonie.

Des arobases @ brodés sur les cordons des maîtres webmaster se retrouvent mis en scène sur les pages de garde des conclusions d’avocats ou entre les paragraphes.

Pour les initiés que nous ne sommes pas, un arobase inversé face à un miroir, fait apparaître un 6 …. Chiffre que nous retrouvons dans nombre de dossiers et dont nous n’ignorons pas la signification (6 6 6).

Ou encore : a d t t t v v v a a a p r r r

Mais aussi :. 3 points en forme d’équerre

Tous ces symboles nécessitent une police d’écriture différente de celle employée dans le corps des documents !

De même, nombre de fautes d'orthographe ou de calcul qui ne doivent rien à un analphabétisme supposé des magistrats ou des avocats, truffent maints documents judiciaires.

- 3 -

Tous ces symboles prouvent indéniablement qu’il existe une justice parallèle, secrète, qui échappe aux justiciables ordinaires que nous sommes.

Pour s’en convaincre définitivement, il suffit de se reporter aux nombreux dossiers dont sont saisis nos associations et collectifs ci-dessus référencés.

Les victimes ici regroupées constatent dans leurs documents la présence de maints symboles ésotériques nécessitant un changement de police de caractère en cours de frappe, et manifestement placés à des fins très précises ;

Les victimes EXIGENT que ces symboles soient dénoncés et interdits car non seulement ceux-ci sont inconnus du Législateur, mais encore le révulse indubitablement.

Les règles de droit se trouvent violées, confisquées, et le contradictoire, base fondamentale du droit français dans tout procès, n’est pas respecté.

Les « justiciables - victimes » EXIGENT également :

- L’obligation pour tout magistrat de se retirer lorsqu’il existe une quelconque connexion avec les parties.

- La création d’une Commission parlementaire dans les meilleurs délais, à des fins d’indemnisation de toutes les victimes de jugements rendus sous influence réelle ou supposée.

- Ladite Commission doit avoir pour but d’examiner, dans des délais très courts, les dossiers transmis par nos associations et collectifs, et ce en présence de nos membres,

- La radiation des professionnels du droit - magistrats, avocats, notaires, experts, liquidateurs, huissiers, etc... - impliqués dans ces trafics d’influence et réseaux de corruption.

A défaut d’une réponse positive à cette démarche citoyenne, nous constituerions et diffuserions rapidement un fichier des noms de tous les professionnels du droit relevant de la suspicion, avec les références des affaires dans lesquelles ils sont directement ou indirectement impliqués ;

Il nous importerait en effet de dévoiler nous-mêmes ces détenteurs obscurs de pouvoirs illégaux et de les poursuivre pénalement.

La responsabilité de l’Etat français se verrait alors engagée par nos associations et collectifs.

Vous souhaitant une bonne réception de la présente qui vous est adressée par voie postale recommandée pour mieux nous en assurer la réception, et que nous accompagnons d’exemples probants illustrant nos allégations,

Nous vous prions de croire Madame, en l’expression de nos sentiments citoyens déterminés."

L'ECHO des MONTAGNES se demande donc si la chaussure et le string ne remplaceraient pas mieux cette justice corrompue?

mardi 25 août 2009

ALZHEIMER, TUTELLE, MAFIA, BANQUES, NOTAIRES





L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous livre la sagga, en plusieurs épisodes, de la mafia des tutelles, des captages d'héritages, de la conivence entre ministères, banques et notaires, le tout sous dénominateur commun de la franc-maçonnerie, ou du moins des francs-maçons oublieux de leurs idéaux.

Bien sur les sionistes profiteurs ne sont pas loin non plus et protègent toutes ces crapules par leurs lois, leur police, leurs tribunaux et leur gendarmerie, le tout aux ordres.

La maladie d'Alzheimer permet à ces vautours de s'enrichir en captant les héritages vite fait bien fait, au nez et à la barbe des ayant droits, qui découvrent les comptent en banques et les biens spoliés.
La maladie d'Alzheimer est devenue une industrie lucrative pour ces voraces sans foi ni loi, qui profitent pécuniairement du désarroi causé par cette maladie au sein des familles, prises au dépourvu avec somation de mettre leur malade dans les centres spécialisés.
Cela ne vous rappelle pas quelque chose???????????????? Comme par hasard les victimes âgées isolées de la canicule provoquée par le système HAARP aux ordres des sionistes? Victimes recensées, fichées et suivies pour mieux les spolier..

Voici le dossier ROUSSEL (à suivre):
Nous vous donnons comme preuve aujourd'hui le dossier des consorts ROUSSEL, suivis par d'autres dossiers, tous victime de cette mafia:

Clic sur les textes pour les agrandir!





La lettre adressée au Président NICOLAS SARKÖSY de NAGY-BOCSA est restée sans réponse, ce qui prouve qu'il est complice en fonction de l'adage populaire "qui ne dit rien, consent"!

TRAFIC d'ORGANES, TRAFIC d'ENFANTS PALESTINIENS, GAZA, TSAHAL, GENOCIDE, SUEDE

L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, pense que les sionistes sont pire que les pires nazis, car:
Ces sionistes sont vraiment ignobles! Non seulement ils tuent, mais ils font commerce des restes!
inv
Ils assassinent de jeunes Palestiniens pour extraire leurs organes et les revendre au marché noir. Telle est l’accusation portée à l’encontre des soldats israéliens par le plus grand quotidien suédois. Un réquisitoire accablant qui a déclenché l’ire du régime de Tel Aviv et relancé le débat sur la liberté d’expression et les conséquences politiques de l’investigation journalistique.


Lundi 17 août, le journal populaire Aftonbladet, proche du parti social-démocrate, publia un article retentissant du photojournaliste Donald Boström. Intitulé « Nos enfants sont pillés de leurs organes », le papier relate les témoignages de familles palestiniennes affirmant avoir récupéré, auprès de l’armée israélienne, les corps de leurs défunts, la poitrine recousue. Abattus par Tsahal, certains d’entre eux avaient été auparavant kidnappés par des militaires. Les proches des victimes se disent prêts à faire exhumer les dépouilles afin de confirmer leurs accusations. Une photo jointe à l’article montre un jeune homme dont le torse est effectivement recousu sur toute la longueur. Un cas particulier est abordé dans le reportage : celui d’un résident de Cisjordanie, Bilal Ahmed Ghanem, tué en 1992 à l’âge de 19 ans et rendu à sa famille, cinq jours plus tard, avec des traces de couture sur le corps. Israël rejette ces accusations, confirmant tout au plus effectuer, comme le voudrait la procédure militaire, des « autopsies de routine » sur le corps de Palestiniens retournés à leurs proches. Dimanche 23 août, le journal suédois enfonce le clou dans un nouveau reportage, détaillant le cas de Bilal


Face au scandale provoqué par ces révélations, les autorités israéliennes ont exprimé avec véhémence leur indignation : Danny Ayalon, vice-ministre des Affaires étrangères, crie à l’antisémitisme et en appelle, via le réseau Internet Twitter, au gouvernement suédois pour condamner le journal et son article, « digne des pays arabes » selon la délicate formule de l’ambassadeur israélien en Suède, Benny Dagan. Ce fin connaisseur déclaré de la culture arabe a connu, en février dernier, une gloire internationale, mais fugace, puisqu’il devint le troisième homme politique, après George Bush et le Premier ministre chinois Wen Jiabao, à servir de cible aux chaussures-projectiles, sous les cris d’une étudiante suédoise scandant alors les mots « Assassins ! » et « Intifada ! ».


Antisémitisme, version hardcore


Parmi les nombreuses réactions, remarquables par leur tempo crescendo, figure celle du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ygal Palmor, qui surenchérit, évoquant « une hystérie raciste » typique du « Moyen-Âge », susceptible d’encourager des « crimes antisémites ». Un autre porte-parole, Yossi Lévy, déplore ce qu’il estime également être un libelle antisémite injurieux, assimilé grossièrement, sous l’emprise d’un cliché culturel, à de la « pornographie suédoise de la haine ». Le ministre de tutelle, Avigdor Liebermann, confirme, quant à lui, sa légendaire finesse en comparant la démarche journalistique du quotidien suédois à celle de la presse nazie et en exigeant la publication, par le gouvernement de Stockholm, d‘un document officiel condamnant l‘article, qualifié d‘ « appel au meurtre visant des juifs ». L’ancien portier de discothèque, originaire de Moldavie, cultive là un savant paradoxe en matière de liberté d’expression puisqu’il a fait savoir que toute accréditation serait dorénavant refusée aux correspondants éventuels du quotidien suédois incriminé. Par ailleurs, il a eu la charmante attention envers son homologue suédois de lui indiquer que l’attitude discrète de Stockholm lui rappelait la seconde guerre mondiale, « quand la Suède refusait d’intervenir contre le génocide nazi. ». Dimanche, l’éditorialiste du quotidien Haaretz, Tom Segev, a dénoncé, dans sa tribune, ce langage calomnieux, à la fois inefficace sur un plan diplomatique et réducteur pour qui connaît l’histoire complexe des rapports entre la Suède, les Juifs d’Europe et l’Allemagne nazie. Quant au ministre de la défense, Ehud Barak, il envisage purement et simplement d’intenter une action judiciaire à l’encontre du journaliste Donald Boström, accusé de colporter des ragots infâmes sur Tsahal , « l’armée la plus éthique qui soit » selon lui. Se disant consterné, il demande également au gouvernement suédois de « se dissocier publiquement » d’une « écoeurante calomnie ».


L’ambassadrice de Suède dans le pays, Elisabet Borsiin Bonnier, avait pourtant fait profil bas au lendemain de la parution de l‘article, indiquant « partager le malaise d’Israël » et condamner fermement le journal de ses compatriotes à l’origine du scandale. Une posture pénitente mais isolée : le ministère suédois des Affaires étrangères a fait savoir mercredi sa désapprobation quant à la réaction de son ambassadrice, jugée influencée par « l’opinion locale en Israël », tout en rappelant le principe de la liberté de la presse. Propos réaffirmés jeudi soir par le ministre lui-même, Carl Bildt, sur son blog,où il compare malicieusement la nécessité de laisser s’exprimer toutes les opinions au sujet d’Israël avec la tolérance accordée, par le Danemark en 2006, à la publication des caricatures du prophète Mohammed. Il y témoigne sa compréhension à l’égard des réactions vives en Israël sur un sujet susceptible, concède-t-il, de « donner à l’antisémitisme l’opportunité de se développer » mais rejette fermement la requête de son homologue israélien quant à toute condamnation du journal. « Notre pays ne marche pas ainsi », précise le ministre suédois des Affaires étrangères. « Israël attend une déclaration gouvernementale claire et non pas une opinion publiée sur un blog », rétorqua l’ambassadeur israélien Danny Began. Samedi, le Premier ministre suédois fredrik Reinfeld s’est impliqué sur la question, estimant que « personne ne pouvait exiger du gouvernement suédois qu’il viole sa propre Constitution ».Ce à quoi Benyamin Netanyahu a rétorqué : « Nous ne demandons pas des excuses du gouvernement suédois, nous voulons une condamnation (de l’article) »


Le rappel à l’ordre exprimé par le ministre Bildt a eu une conséquence immédiate : le retrait du communiqué paru sur le site de l’ambassade, dans lequel l’ambassadrice fustigeait, de par sa propre initiative, le journal suédois. A l’instar de l’opposition politique, comme l’illustre le conseil sarcastique du porte-parole des Verts, Per Garhton, qui recommande à la diplomate de revenir au pays « apprendre les fondamentaux de la liberté d’expression à la suédoise », nombre de journalistes ont vivement protesté contre son comportement, suggérant qu’elle s’était « pliée à la pression du gouvernement israélien » au point de piétiner un principe cher à la démocratie scandinave.
Deux quotidiens, Sydvenska et Stockholm News, se démarqueront pourtant, en jetant l‘anathème, comme certains intellectuels proches d‘Israël, sur leurs confrères, les accusant explicitement de raviver « honteusement et malhonnêtement » l’antisémitisme, comme le démontreraient les accointances jugées « gauchistes » d’Âsa Lindenborg, responsable, dans le journal Aftonbladet, de la rubrique « culture » dans laquelle est paru l’article. L’intéressée n‘exprime aucun regret, rappelant que le sujet du trafic d’organes a déjà été débattu au sein même de la Knesset et estimant « indigne » qu’Israël puisse porter un jugement sur le travail de journalistes étrangers. Lindenborg persiste et signe dans une nouvelle tribune, publiée vendredi et intitulée « Examiner Israël ! », dans laquelle elle juge indispensable de procéder à une nouvelle enquête sur le terrain.
Cette affaire intervient dans un contexte de regain de tension entre les deux pays. Depuis plusieurs mois, les incidents diplomatiques se succèdent. Israël ne manquant pas une occasion pour critiquer le parti pris palestinien supposé de la Suède, au travers, par exemple, de son financement d’ ONG jugées « coupables d’être trop critiques » envers la politique de colonisation pratiquée par Tel Aviv, tandis que Stockholm dénonce régulièrement les violations des droits de l‘homme imputées à Israël dans les territoires occupés. En outre, la Suède, qui préside l’Union européenne depuis le 1er juillet, s’est vue sollicitée par la Ligue arabe pour exiger la transparence des autorités israéliennes sur son arsenal nucléaire, ce qui ne manquera pas d’accentuer les ressentiments de part et d’autre si cette requête devait être suivie de recommandations officielles. Chaque jour qui passe rend désormais plus sérieuse la menace-sanction, évoquée par Liebermann, de faire annuler la visite, prévue le 10 septembre, de son homologue suédois en Israël.



La polémique qui cache le scandale


A l’origine du scandale, le photojournaliste indépendant Donald Boström rejette à son tour les accusations proférées à son endroit, niant l’antisémitisme ou la croyance en un quelconque « complot juif » que certains voudraient lui faire endosser. L’homme connaît bien la Palestine pour s’y être rendu en reportage à maintes reprises. Il est notamment l’auteur d’un ouvrage paru en 2001 et intitulé « Inshallah ». Celui que ses détracteurs, comme Barry Rubin, qualifient « d’activiste anti-israélien travaillant pour un tabloïd radical » déplore qu’on s’attache à dénigrer sa personne plutôt que d’étudier la validité des témoignages rapportés, précisant qu’il n’accuse pas lui-même l’armée israélienne de telles exactions mais qu’il se contente de tirer des conclusions à partir d’une vingtaine de témoignages récoltés et recoupés. Surtout, il en appelle à la Cour internationale de Justice pour qu’elle puisse mener une investigation exhaustive sur la réalité de ces actes, constitutifs de « crimes de guerre » s’ils étaient pleinement avérés. Interrogé samedi par la télévision suédoise, Donald Boström maintient ses propos, encourageant le gouvernement de son pays à tenir bon durant ce « test de démocratie » que passerait à cette occasion Israël. Depuis la parution de l’article et son écho international, le reporter indique avoir reçu des menaces de mort, au point d’en être sérieusement inquiété. Donald Boström a déposé plainte auprès de la police.
Solidaire, le rédacteur en chef du journal, Jan Helin, défend son collaborateur, critiquant au passage l’attitude des officiels israéliens comme celle de l’ambassadrice de Suède, consistant à intenter à son équipe un procès en sorcellerie, en exploitant des « clichés antisémites du Moyen Age » et ce, afin « de balayer d’un revers de la main un sujet important posé sur la table ».
La communauté juive de Suède, quant à elle, a adopté une position courageuse en critiquant la réaction des officiels israéliens. Leur représentante, Lena Posner-Korosi, juge en effet que toute cette affaire a pris des proportions démesurées à cause de l’attitude outrée de Tel Aviv.
Cela n’a pas empêché la polémique de prendre une nouvelle ampleur ce week-end, avec la découverte du correspondant israélien en Suède de Maariv selon qui la recherche pour le livre de Boström a bénéficié en 2001 d’une subvention du ministère suédois des Affaires étrangères, ce qui, de facto, permet de créer un lien entre le journaliste et le gouvernement suédois.


La question du trafic d’organes en Israël est effectivement un sujet sensible. Une résistance culturelle à la pratique dans le pays se traduit par un nombre insuffisant de donneurs potentiels. Israël est comparé, au niveau mondial, à la plaque tournante d’un tel trafic, au point d’être considéré par les institutions médicales comme un « paria » , selon le terme employé par l’anthropologue Nancy Scheper-Hugues, experte reconnue sur la question. Des cas de collecte illégale d’organes via Israël ont été relatés dans le passé, notamment à travers la Turquie, la Chine, la Moldavie et l’Afrique du sud.


Mais l’hypothèse d’extraction d’organes vitaux sur le corps de Palestiniens décédés et/ou non consentants remonte publiquement à 1990, à l’initiative de la journaliste américaine Mary Barret. D’autres experts d’un tel trafic corroborent ces allégations, tel Norm Barber dans son ouvrage de référence, réédité en 2007 et comportant divers exemples détaillés. En 2002, une article du Tehran Times avait également évoqué le problème mais l’information ne fut pas prise au sérieux par les confrères occidentaux car elle émanait d’une agence de presse iranienne, l’Irna, jugée biaisée en raison de son antisionisme affiché.
Suite à la parution de l’article suédois, le Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP) a réclamé, auprès des organisations internationales des droits de l’homme, une enquête sur ces allégations, rappelant au passage que des histoires similaires circulaient déjà parmi leurs militants durant les années 80 dans la bande de Gaza. Nouveau rebondissement : Imec, une agence de presse regroupant des journalistes palestiniens et étrangers, a rapporté samedi le témoignage du chercheur Abdul-Nasser Farwana, ancien détenu dans les geôles israéliennes, qui confirme le récit de Donald Boström, évoquant même l’existence de « centaines de cas », accumulés au cours des années, de corps rendus auxquels il manquait des organes vitaux ; selon lui, cette sordide réalité s’accompagnerait de l’existence de « centres secrets de détention » et de « cimetières clandestins ». Propos rapportés également par Ma’an, une autre agence internationale, basée à Béthléem et financée par le Danemark et les Pays-Bas.


Trafic d’influences


La suspicion, longtemps tenace, envers la validité de l’hypothèse d’un trafic israélien d’organes extraits de corps palestiniens, est comparable au doute officiellement émis en 2004 par le département d’Etat des Etats-Unis, qui rejetait alors la « rumeur » d’un trafic américain d’organes via Israël et New York. Les officiels américains évoquaient une simple « légende urbaine ». Mauvaise appréciation ou désinformation ? Ironie du sort, la prétendue rumeur devint réalité cinq ans plus tard quand, cet été, un vaste cartel a été démantelé dans le New Jersey. Une quarantaine d’individus, parmi lesquels des élus et des religieux liés au parti israélien Shas, ont été arrêtés, soupçonnés d’avoir participé à un blanchiment d’argent lié à une revente de reins en provenance d‘Israël. Le réseau était dirigé par un rabbin orthodoxe de Brooklyn, Lévy Izhak Rosenbaum. Pendant des années, Nancy Scheper-Hugues avait alerté les autorités sur l’existence d’un tel trafic opérant à travers Etats-Unis, Israël et la Moldavie, entre autres lieux de passage et de transaction. Visiblement, le gouvernement israélien ferme les yeux sur de telles pratiques, si l’on en juge par la déposition, effectuée en 2004 devant une juridiction brésilienne par Geldaya Tauber Gady, ex-officier de Tsahal impliqué alors dans un tel réseau international. Un témoignage accablant qui fut rapporté dans une dépêche, passée alors inaperçue, de l’Agence France-Presse.


A ce jour, Israël et la Suède campent sur leurs positions, a priori irréconciliables. Le premier se dit « déçu et surpris » par le refus suédois de condamner vigoureusement l’article tandis que les autorités de Stockholm se contentent d’invoquer le principe de la liberté d’expression. Au-delà de la crise diplomatique latente, la question du trafic d’organes en Israël demeure, et tout particulièrement celle de son ampleur exacte. A charge désormais à l’ONU, à travers la Cour internationale de justice, ainsi qu’aux journalistes d’investigation, israéliens, palestiniens et étrangers, de vérifier, en toute liberté, les terribles accusations portées contre Tsahal. Le déni catégorique des autorités ne fera que renforcer la suspicion, jetant définitivement l’opprobre sur Israël et sa prétendue « éthique », largement écornée, l’hiver dernier, par l’agression de la population civile de Gaza.
Toute impunité n’a qu’un temps. Au lieu d’ouvrir immédiatement une enquête interne auprès des responsables politiques, militaires et médicaux pour vérifier ces plaintes, ne serait-ce que pour faire taire les rumeurs, les autorités israéliennes adoptent l’attitude psycho-rigide consistant à pousser des cris d’orfraie, à rejeter en bloc la moindre éventualité d’une quelconque extraction d’organes effectuée par une poignée de soudards hors-la-loi et, en prime, à prodiguer des leçons de déontologie journalistique à la Suède. Deux polémiques pour le prix d’une : l’indulgence soupçonnée envers un trafic illégal d’organes et la volonté tacite de mettre au pas une presse étrangère. Cette stratégie radicale comporte un risque pour Tel Aviv : celui d’être accusé, à son tour, non pas de diffamer mais de camoufler la vérité.


La fin d’un tabou ?


Seul progrès notable dans la genèse du scandale : désormais, les médias de référence ne semblent plus craindre d’évoquer l’hypothèse, autrefois taxée automatiquement d’antisémite et reléguée aux sites extrémistes prétendument financés par Téhéran, d’un trafic israélien d’organes extraits de corps palestiniens. Dès la publication du papier sulfureux dans le quotidien suédois, le journal israélien Haaretz, réputé pour sa crédibilité et son indépendance, fut le premier à reprendre l‘information avant d’être imité par CNN et Le Monde. Nul n’a jamais songé à traiter de « sinophobe » quiconque dénonçait le trafic d’organes, réalisé en Chine, sur la dépouille des condamnés à mort. Dorénavant, la sempiternelle accusation d’antisémitisme, invoquée régulièrement, et spécialement dans le débat géopolitique en France, semble, doucement mais sûrement , perdre de sa capacité d’intimidation. Sans doute faut-il y voir le contre-effet, perceptible désormais dans la sphère médiatique internationale, de la coloration du gouvernement israélien actuel, le plus à droite de toute son histoire.


En 2006, la plupart des médias occidentaux invoquaient le principe de la liberté de la presse pour publier les caricatures du prophète Mohammed, malgré les émois suscités dans la communauté musulmane, inquiète d’y voir une forme déguisée d’islamophobie. Bien que le sujet abordé par l’article suédois soit autrement plus grave que des dessins anti-religieux, un parallèle en matière de liberté de la presse est envisageable. Dans les prochains jours, la controverse sera-t-elle sérieusement traitée par les journalistes occidentaux avec la même « envergure », malgré les accusations, par certains, de sensationnalisme crypto-antisémite ? Ou bien, démontrant la loi récurrente, ici ou là, du « deux poids deux mesures », le scandale sera-t-il progressivement confiné aux médias alternatifs et étouffé, dès lors, dans le débat public ? L’avenir proche le dira. Libérer -enfin- la parole sur la nature et l’ampleur des exactions commises par Israël : tel est le sursaut salutaire que toute cette affaire aura eu, d’ores et déjà, le mérite d‘initier.

Les sionistes devraient aussi apprendre le français, car par maladie mentale, ils mettent à toutes les sauces sanguines le mot "antisémite".

Que signifie donc "sémite" pour être anti?

Sémites. Les Sémites sont un ensemble de peuples utilisant ou ayant utilisé les langues sémitiques. Ils regroupent plusieurs peuples différents, et dont les individus les composant sont d'origines ethniques différentes. La seule utilisation de l'adjectif « sémite » (ou « sémitique ») fondée scientifiquement se fait dans le cadre de l'étude des langues : on désigne alors sous ce vocable les langues araméenne, arabe, hébraïque et éthiopienne. Peuples regroupant des tribus d'origine arabe pour la plupart, Araméens, Assyriens, Hébreux, Phéniciens... Le mot vient de Sem, fils de Noé.

Le mot vient du nom propre Sem (en hébreu שֵׁם,šem, « nom, renommée, prospérité ») désignant un des fils de Noé, duquel, selon la Bible, seraient issus plusieurs peuples comme la plupart des tribus arabes selon la Bible, certaines tribus arabes sont également de souche chamitique, comme les Ismaélites, Hébro-Égyptiens, Araméens, Assyriens, Hébreux et Phéniciens et dont les représentants modernes sont les Arabes, les Chaldéens (Assyriens, Babyloniens), Hébreux, les Syriaques, etc.


Les sionsites ont bien un sentiment de maladie persécutrice récurante, notamment le CRIF.
Cela se soigne par le virus AH1N1 qu'ils ont inventé pour se faire du fric et pour tuer leurs ennemis, n'est-ce-pas docteur MENGELE???????

lundi 24 août 2009

PARTI ANTISIONISTE, MR YAHIA GOUASMI, AFGHANISTAN, FRANCE, GUERRE, SIONISTE, JERUSALISTE

L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous fait écouter cette vidéo du Président du PARTI ANTISIONISTE, MR YAHIA GOUASMI, concernant l'AFGHANISTAN.
En effet la FRANCE est un pays en guerre.

Comment ne pas être d'accord avec les propos que vous allez entendre.


dimanche 23 août 2009

AMIANTE, SORBONNE, NICOLAS SARKOSY, PEINE DE MORT, SIONISTE

L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous livre la lettre ouverte à NICOLAS SARKOSY, Président de la RIPOUX_BLIQUE, concernant la peine de mort des étudiants de la SORBONNE:




Clic très fort -sans abimer mon ordinateur- sur les textes suivants pour les lire, bandes d'ignares francs-maçonniques et juifs sionistes:


PALESTINE, MAHER ZAIN, VIDEO, GENOCIDE, GAZA


L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous invite à écouter cette superbe vidéo de notre ami MAHER ZAIN, artiste au grand coeur, "LA PALESTINE SERA LIBRE".

Oui LA PALESTINE SERA LIBRE, si nous nous y mettons tous contre les juifs sionistes et francs-maçonniques.




vendredi 21 août 2009

CHEMTRAILS, METEO, GUERRE METEOROLOGIQUE, PROTOCOLES DE TORONTO

L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, constate que les sionistes se servent de la météorologie, comme d'une arme de destruction massive, prévue dans les Protocoles de TORONTO.



Les sionistes et les francs-maçons sont des assassins pour le pouvoir et pour le fric.
Regardez bien cette vidéo en 4 parties qui prouve bien les écrits de votre journal préféré.




mercredi 19 août 2009

YVES-SAINT-LAURENT, PEDOPHILIE, JUGE, FRANC-MACON, SIONISTE, PROTOCOLES DE TORONTO



L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous livre l'horreur suivante, YVES-SAINT-LAURENT et LULU, ni le CRIF, ni le MRAP, ni personne n'a bougé, pourquoi ????

Ni les juges, ni les avocats, tous ces francs-maçons, oublieux de leurs idéaux seraient-ils complices??????

Ni les femmes politiques, francs-maçons, oublieuses de leurs idéaux??????????

Tous ces salauds sont-ils au parfum????????????

Heureusement qu'il y a l'ECHO des MONTAGNES:



Je tenais à vous faire partager cette horreur qui est en vente libre. Ce livre pour enfant fait l'apologie des crimes "sataniques" et de la pédophile. Je vous prie, faites quelque chose... de mon coté j'essaie de contacter diverses associations. Aussi, un de mes amis a contacté par téléphone la maison d'édition pour obtenir des explications de la part des résponsables.




Maintenant regardez l'horreur de cette vidéo:


CRIF, SIONISTE, PARTI ANTISIONISTE,DIEUDONNE, FREDERIC BERGER

L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, rejoint l'analyse de notre confrère de Marianne, sur la NOCIVITE DU CRIF.






Jean Daniel souligne la "nocivité" du CRIF

Publié le 17-08-2009


Dans le dernier numéro de Marianne, Jean Daniel s’en prend au CRIF et à sa soi-disant "représentativité.

"Cela fait désormais trop longtemps que le Crif s’autoproclame une représentation, qui est infondée et souvent nocive.

Quelle que soit la qualité de certains qui en font partie et qui se déclarent à regret minoritaires, il faut bien constater que les dérapages communautaristes du Crif deviennent de plus en plus nombreux et alimentent un antisémitisme à la fois insidieux et secret. Pour le moment, personne n’ose dire que le roi est nu et que dans certaines affaires qui relèvent soit de la solidarité inconditionnelle et aveugle avec l’extrême droite de l’Etat d’Israël, soit d’un judéo-centrisme obsessionnel et névrotique, les juifs ne peuvent plus se sentir en sécurité intellectuelle.

Le Crif et la politique

Pour répliquer à l’éditorial de Maurice Szafran de la semaine dernière (Marianne n° 642), Richard Prasquier, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), a pris la peine de s’accorder à lui-même une interview rendue publique sur son propre site Internet. Auteur, éditeur et distributeur de sa pensée, il s’est ainsi soigneusement mis à l’abri de toute nuisance perturbatrice. Il pose les questions, écoute ses réponses et tombe finalement d’accord avec ses idées. On n’est jamais si bien contesté que par soi-même…

Dans son auto-pseudo-interview, le président du Crif, après s’être creusé les méninges, fait une découverte capitale : ses détracteurs, Marianne, pour prendre un exemple au hasard, obéissent à « des motivations sous-jacentes » (il veut dire inavouables), « des motivations politiques ». Saperlipopette ! Mais, Dieu, pour quelles autres raisons s’intéresserait-on à M. Prasquier si ce n’est pour des raisons « politiques » ? Son Crif est une institution politique qui conduit une politique nocive au pays, nuisible aux juifs de France et à la coexistence paisible entre les diverses composantes de la nation.

Soulignons que le Crif n’a pas toujours été ce qu’il est devenu. Sous l’impulsion de personnalités de droite ou de gauche, d’Adolphe Steg à Théo Klein, il s’est évertué à maintenir un équilibre subtil entre la multitude des sensibilités juives et les courants contradictoires qui travaillent le pays. Le Crif était alors respecté, écouté et envié par d’autres communautés. Depuis quelques années, spécialement sous le règne de M. Prasquier, on ne le reconnaît plus. Il ne sait plus que mordre et griffer à tort et à travers. Qui conteste que Fofana ait perpétré un crime antisémite ? Mais est-ce vraiment dans la vocation d’un corps politique d’intervenir rageusement dans une procédure judiciaire, comme l’a fait le Crif à la manière d’un lobby de caricature ? Les avocats, la famille étaient dans leur rôle, pas M. Prasquier, qui a offert une image accablante de ceux qu’il est censé représenter.

M. Prasquier lance une charge contre Shlomo Sand et son livre. Dans nos colonnes, l’ex-ambassadeur d’Israël en France Elie Barnavi a dit ce qu’il fallait en penser. Mais que vient faire le président du Crif dans un débat littéraire, si ce n’est tirer sur tout ce qui bouge et le dérange ?

La vérité est platement politique. Le Crif, comme d’autres institutions juives, est tombé entre les mains de courants alignés sur la droite israélienne la plus intransigeante. Insensibles aux tourments palestiniens, réfractaires aux concessions réciproques qui conditionnent la paix, ils ont inventé la recette pour ne se faire entendre ni des juifs de France, ni du pays dans son entier. Leur extrémisme attise les tensions dans les quartiers les plus exposés aux frictions. Il est grand temps que le Crif retrouve le chemin de la raison et de l’apaisement."

Jean Daniel

Samedi 15 Août 2009

lundi 17 août 2009

H1N1, SIONISTE, ASSASSINAT, GENOCIDE, VACCIN, PROTOCOLES DE TORONTO, GRIPPE AVIAIRE, GRIPPE PORCINE


L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous prouve la magouille du virus H1N1.

Selon l'OMS, quatre laboratoires seraient capables de fournir un VACCIN dès le mois prochain, dont deux sont dérivés de celui dirigé contre le vaccin de la grippe aviaire.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a laissé entendre hier, que les premiers lots de vaccins contre la grippe A(H1N1) seraient probablement disponibles pour le courant du mois de septembre 2009. Une déclaration très attendue, compte-tenu de la situation épidémiologique mondiale. Quatre producteurs sont sur la ligne de départ : l’américain Baxter, le britannique GlaxoSmithKline (GSK), le français Sanofi Pasteur et le suisse Novartis (ex-Chiron).


-

La compagnie Baxter a confirmé, aujourd'hui, qu'elle a fabriqué un produit expérimental qui a accidentellement été contaminé par le virus H5N1 de la grippe aviaire.

Un porte-parole européen de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a affirmé que l'OMS suivait de près l'enquête qui retrace le fil des événements ayant mené à cette bévue.

L'erreur a eu lieu au laboratoire de recherche de Baxter International à Orth-Donau, en Autriche.

Le produit contaminé, un mélange de virus saisonniers de la grippe appelés H3N2 et de virus H5N1 qui n'étaient pas identifiés, ont été envoyés à Avir Green Hills Biotechnology, une firme autrichienne. Celle-ci a par la suite transmis des portions du mélange à des sous-traitants en République tchèque, en Slovénie et en Allemagne.

C'est le sous-traitant tchèque qui s'est rendu compte que quelque chose ne tournait pas rond, lorsque des furets auxquels il avait injecté le mélange sont morts. Ceux-ci ne devraient pas mourir après une exposition aux virus H3N2, ce qui signifiait donc qu'ils avaient également reçu le virus actif du H5N1.





samedi 8 août 2009

DICTATURE, NAZISME, GESTAPO, VIOL ENFANT, PEDOPHILIE, OUTREAU, ALEGRE, CATHERINE GUIDICELLI, JACQUES MARTIN, AMIANTE CENSIER MICHEL LANGINIEUX

L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, déclare solennellement que nous vivons actuellement en FRANCE, sous un régime dictatoriale, dirigé par les sionistes et les francs-maçons, oublieux de leurs idéaux.
Ces sionistes et francs-maçons sont des assassins.

- Assassins d'enfants avec viol et torture (les réseaux OUTREAU, ALEGRE, SAVOIE-BELLE-ETOILE, ZANDVOORT)!
-Assassins de chefs d'entreprise en les spoliant de leurs biens, notamment les mises sous tutelle et curatelle avec le prétexte d' ALZEIMER pour spolier les biens et les comptes en banques: voir le futur dossier SAVOIE- ROUSSEL-NOTAIRE-JUGES CORROMPUS!
--ASSASSINS DE JOURNALISTES et d'Animateur, par exemple JACQUES MARTIN, avec encore un CAMION!

--ASSASSINS avec l'amiante de CENSIER (voir dossier MICHEL LANGINIEUX).
Ce régime nazie et gestapiste, instaurée par les sionsites et les francs-maçons durentr grâce à la complicité de la justice, des gendarmes et de la police.
Preuve en est:

Face aux dérives policières, mobilisons-nous !

Appel à l’initiative du Collectif Liberté, Egalité, Justice (CLEJ)

Mercredi 8 juillet, alors que des militants et des habitants solidaires d’un quartier montreuillois manifestaient contre l’expulsion d’un squat, la police a fait usage à plusieurs reprises de tirs de flash-ball, blessant cinq personnes, dont un jeune homme qui a perdu un œil, venues soutenir pacifiquement les squatteurs. Depuis 2005, ce sont pas moins de sept personnes qui ont perdu un œil dans les mêmes conditions, dont cinq pour la seule année 2009. Des syndicats et associations avaient dénoncé en novembre 2007 ces pratiques, alors qu’un lycéen nantais avait été visé à la tête par la police lors d’une manifestation et y avait perdu son œil droit. La Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS) a plusieurs fois dénoncé l’usage inapproprié de cette arme par la police et la note de service adressée en mai dernier par la Direction centrale de la sécurité publique à ses directeurs départementaux quant à ses règles d’utilisation semble très largement ignorée, voire bafouée. Il est urgent de rétablir un fonctionnement de nos institutions policières conforme aux engagements internationaux de la France en matière de droits et libertés. Cela suppose de rompre avec un discours des pouvoirs publics qui non seulement incrimine les militants comme des délinquants ou des coupables potentiels, les exposant fréquemment aux coups de matraque et aux grenades lacrymogènes, mais encore avec des pratiques qui aboutissent à couvrir les dérives ou les brutalités policières, y compris lorsqu’il s’agit des dommages irréversibles causés par l’utilisation de ces armes dites « à létalité atténuée ». Les organisations soussignées exigent qu’une enquête présentant des garanties d’indépendance vis-à-vis des pouvoirs publics soit menée sur ces derniers incidents à Montreuil, comme pour l’ensemble des affaires impliquant l’usage abusif et inconsidéré des tirs de flash-ball. En l’espèce, elles demandent l’ouverture d’une information judiciaire afin que toute la lumière soit faite sur les circonstances de cette scandaleuse affaire. Elles demandent également que des poursuites soient engagées lorsque les responsabilités des agents et de leurs autorités donneuses d’ordre ont été établies. Elles exigent que l’usage des armes de type flash-ball ou taser soit soumis sans délai à un moratoire. Les signataires s’insurgent contre une dérive continue et permanente des pratiques policières en matière de sécurité publique. Ces dérives sont constatées et dénoncées tant par la Cour Européenne des Droits de l’Homme que par des organisations internationales ou nationales :

• contrôles ou interpellations au faciès,

• délit d’outrage,

• gardes à vue abusives, comme à votre rédacteur en chef par le gendarme LESTERLIN de la BRIGADE de MOUTIERS-SAVOIE, soutenu par le colonel de gendarmerie GIN et par le commissaire de police DALCOL ( à ma Santé) et par le procureur PERRET d'ALBERTVILLE qui connait la chanson!

• usage humiliant des fouilles à nu (assorties d’une « inspection anale »),

• menottage abusif, méthode d’immobilisation dite de « décubitus ventral »,sur votre rédacteur en chef par l'adjudant JACOUTEAU, dit "fime lame" de la brigade de BOZEL-SAVOIE.

• abus de la perquisition, par la gendarmerie de BOZEL-SAVOIE et de MOUTIERS-SAVOIE

• atteintes au libre exercice des journalistes avec censure.

Il est inacceptable que la police et la gendarmerie, dont le principal objet est d’assurer la sécurité des personnes, puisse être perçue, en raison de certaines de ses pratiques, comme une menace. Ces dérives policières et gendarmesques tendent à s’inscrire dans un contexte particulièrement inquiétant d’intimidation de l’expression sociale et militante : multiplication des poursuites pour outrage et rébellion, instrumentalisation de la Justice aux fins de répression de la contestation, sentiment d’impunité concernant les brutalités policières... Les organisations soussignées appellent à s’opposer à cette alarmante banalisation des atteintes aux droits et libertés. À cet effet, elles invitent les organisations qui s’y reconnaissent à s’associer au présent appel en transmettant leur signature à l’une des organisations mentionnées ci-dessous.

Le 21 juillet 2009.

Organisations signataires :

- associations : Association Française des Juristes Démocrates (AFJD) ATTAC France Ligue des Droits de l’Homme (LDH) « Souriez-Vous-Etes-Filmé-es ! » (SVEF)
- mouvements et partis politiques : Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) Parti Communiste Français (PCF) Les Verts
- syndicats : Confédération Française Démocratique du Travail – Finances de la Gironde (CFDT-Finances de la Gironde) Confédération Générale du Travail - Protection Judiciaire de la Jeunesse (CGT-PJJ) Confédération Générale du Travail - Pénitentiaire (CGT-Pénitentiaire, UGSP) Fédération SUD Education Fédération Syndicale Unitaire (FSU) Solidaires Unitaires Démocratiques - Santé/Sociaux (SUD-Santé/Sociaux) Syndicat des Avocats de France (SAF) Syndicat de la Magistrature (SM) Syndicat National de l’Ensemble des Personnels de l’Administration Pénitentiaire (SNEPAP/FSU) Syndicat National des Enseignants du Second degré (SNES/FSU) Syndicat National de l’Enseignement Supérieur (SNESUP/FSU) Syndicat National des Personnels de l’Education et du Social - Protection Judiciaire de la Jeunesse (SNPES-PJJ/FSU) Syndicat National Unitaire des Collectivités Locales, de l’Intérieur et des Affaires Sociales (SNU-CLIAS/FSU) Syndicat National Unitaire des Instituteurs, Professeurs des écoles et PEGC (SNUIPP/FSU) Union Syndicale de la Psychiatrie (USP) Union syndicale Solidaires
- autres structures : Agir ensemble contre le Chômage ! (AC !) Appel des appels (AdA) Appel des 39 – La Nuit Sécuritaire Centre d’études et d’initiatives de solidarité internationale (CEDETIM) Collectif « Nous refusons la politique de la peur » Comité de défense des libertés fondamentales contre les dérives sécuritaires (CODELIB Saint-Nazaire) Comité Européen Droit, Ethique et Psychiatrie (CEDEP) Mouvement Politique d’Education Populaire (M’PEP) Réseau féministe « Ruptures » Réseau Stop Précarité Témoignage Chrétien