Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

lundi 31 mars 2008

CARLA BRUNI SARKOSY, le MYSTERE et la GRECE ANTIQUE


L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, se pose des questions quant au mystère CARLA BRUNI SARKOSY.
Sa beauté par contre n'est pas un mystère. Le reste oui!

Le mystère Carla Bruni

J'avoue que la nouvelle épouse de Nicolas Sarkozy m'intrigue. A vrai dire, pour l'instant, il me semble qu'elle n'a pas fait un faux pas. En fait, elle semble fort discrète, si bien que l'on ne sait pas quel est son rôle auprès du Président, à suppposer qu'elle souhaite seulement avoir un rôle. Curieuse relation que la leur. En fait, c'est dingue, mais je ne sais pas quoi dire vraiment à son sujet. J'ai l'impression qu'elle ne cherche pas à s'impliquer politiquement, même si elle a ses propres opinions. Mon sentiment, en fait, c'est que Nicolas Sarkozy et elle n'ont pas les mêmes convictions, mais qu'ils vivent un amour passion très ardent. La question que je me pose, mais c'est une interrogation littéraire et psychologique, pas une interrogation politique, c'est ce qu'il restera de ce mariage au fil des ans.

En fait, ils ont eu un coup de foudre l'un pour l'autre, si on résume la situation. J'avais pensé au Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil pour me figurer leur relation, mais en fait, cela ne tient pas vraiment. Carla Bruni m'apparaît plus comme un improbable téléscopage entre la Présidente de Tourvel et la Marquise de Merteuil, et Nicolas Sarkozy est bien trop rapide pour un vicomte de Valmont.

Je ne parviens pas à trouver de figures littéraires qui correspondraient à Nicolas Sarkozy, à quelques exceptions près, mais il faut aller les chercher dans la Grèce antique, du côté des chefs de parti dans l'Athènes de Périclès.

A la rigueur, il me ferait bien penser à Cléon, l'un des chefs du parti populaire pendant la Guerre du Péloponèse. Un peu le même genre. D'une certaine manière, Cléon est un peu l'ancêtre du bling-bling. Pour se faire une bonne idée de Cléon, cette excellente page de H.Lantoine. Cléon promettait tout et n'importe quoi aussi. Tenait-il ses promesses ? Faudrait que je relise la Guerre du Péloponèse. J'aime bien ce que Lantoine dit de Cléon :

Ce que nous savons du caractère de Cléon montre qu’il devait être très ambitieux [...] nous nous trouvons en face d’un homme d’une nature violente, d’une humeur fanfaronne, porté, par sa jactance même, aux résolutions extrêmes. Il n’eut pas besoin pour séduire le peuple athénien de le corrompre, car il avait tout ce qui plaît au peuple : de l’audace, du patriotisme, et un talent de parole incontestable ; il eut le bonheur de naître à Athènes, dans une démocratie qui fut plus sage et plus modérée qu’il ne l’était lui-même [...]

S'il y en a qui veulent bien rigoler, ils peuvent lire les Acharniens d'Aristophane, et bien étudier le personnage de Lamachos (traduit par Vatenguerre par Debidour) : qu'ils ne s'étonnent pas s'ils croient reconnaître quelqu'un... Mais il y a encore mieux avec le Paphlagonien des Cavaliers. Dans la pièce il est entré récemment comme intendant chez un sympathique vieillard d'Athènes répondant au doux nom de Le peuple. ça ne s'invente pas...

Si l'on veut comprendre le contexte, il faut savoir que Cléon s'était fait fort de flanquer une branlée aux Spartiates, alors que Nicias, un homme politique modéré, était d'avis de temporiser. En fait, Cléon avait la critique facile, il n'était pas stratège (général). Pas de pot pour lui, Nicias, exaspéré avaitfini par démissionner, et du coup, Cléon sétait retrouvé stratège. Sauf qu'll existait un plan pour venir à bout des Spartiates, et ce plan, c'était un fin général qui l'avait mis au point, Démosthène (pas l'ennemi de Philippe de Macédoine et le défenseurde la démocratie athénienne : ça, c'est bien plus tard) qui faisait équipe avec Nicias, partageait son analyse, et était tout autant critiqué par Cléon . Cléon n'eut plus qu'à l'appliquer, et qu'à s'adjuger la victoire à bon compte...au demeurant, cela ne régla rien, comme on le vit par la suite...

Tout ça pour se dire que je me demande comment il est possible qu'un téléscopage de la marquise de Merteuil et de la Présidente de Tourvel tombe amoureuse d'un Cléon de droite. Bref, je ne sais pas quoi écrire, en ce moment.

MOUHAMMAD, LE PROPHETE

L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous livre cet excellent article de SMAÏN BEDROUNI (site stcom.net), concernant le Prophète
MOUHAMMAD.
Alire et à méditer pour ceux qui veulent comprendre.

L’épreuve des caricatures nous pousse à nous poser la question suivante : « Connaissons-nous réellement le Prophète Mouhammad sws ? »

Salaam ‘aleykoum wa RahmatouLlahi wa Barakatouh

La louange est à Allah, nous le louons, lui demandons pardon et guidée, nous cherchons refuge auprès de Lui contre le méfait de nos âmes et nos mauvaises actions. Quiconque Allah guide, nul ne peut l'égarer, quiconque Allah égare nul ne peut le guider.

J'atteste que nul n'est en droit d'être adoré en dehors d'Allah, Seul sans associé et je témoigne que Muhammad est Son serviteur et Son messager, l’Imam des envoyés et le sceau des prophètes.

Ensuite :

Cher frères et sœurs,

Je vous propose de prendre un moment pour réfléchir ensemble sur la question suivante à savoir : « Connaissons-nous réellement le Prophète Mouhammad sws ? »

Aussi étrange que cette interrogation puisse paraître, nous sommes en droit et même dans l’obligation, pour une question d’honnêteté spirituelle et intellectuelle de nous la poser au moins une fois dans notre vie. Nous vivons en 2008 et nous sommes certains, inconsciemment, de le connaître.
Pourtant vue la réponse du monde musulman face aux caricatures publiées par certains provocateurs et ignorants tout de notre bien aimé prophète Mouhammad sws, nous devons reconnaître que nous n’avons pas su passer cette épreuve comme il se devait.


En effet, les réponses de la part du monde musulman ont été de diverses formes; des manifestations publiques dans les rues des capitales européennes aux menaces de représailles d’Al-Qaïda en passant par les concours de caricatures contre les sionistes et autres.

En observant tout ceci, une question parmis les nombreuses que je me suis posées était : Pourquoi ne sommes nous pas capable de prendre la défense de notre Prophète Mouhammad sws de manière appropriée ?


Les manifestations publiques ?

L’expérience nous a montré qu’elles ne servent pas à grand-chose. Elles n'ont pu empêcher, par exemple, l’invasion de l’Irak par les Etats Unis d’Amérique. Ni l’agression de l’armé israélienne contre le Liban et la Palestine...



Les prétendues menaces d’Al-Qaida ?

Est-ce qu’elles sont la réponse appropriée sachant que dans son dernier message, Oussama Ben Laden s’adresserait aux personnes intelligentes de l’Europe pour leur dire, non pas une chose intelligente à laquelle on s’attendait, mais pour leur dire en gros « on va vous casser la gueule ». Nous savons bien entendu que la CIA fabrique de fausses cassettes depuis longtemps et que ce dernier message se trouve être de toute évidence une supercherie suplementaire au moment meme de la campagne électorale présidentielle américaine.


Répondre pas des caricatures ?

Est-il nécessaire de se rabaisser aussi bas que ceux qui ont caricaturé la création tout entière en caricaturant la plus parfaite créature, Le Bien aimé de Allah sws ?


Que connaissent-ils du Prophete mouhammad sws ?

Je pense que les dessinateurs des journeaux, qui ont plutot voulu provoquer les musulmans à travers des caricatures du prophete sws, n'ont fait qu'une projection de leur ignorance. Nous le verons plus loins inshaAllah.


Je pense aussi que l'incapacité des musulmans à répondre de manière appropriée à ces provocations nous à démontrée clairement que les musulmans eux-mêmes ne connaissent pas réellement le Prophète Mouhammad sws, puisqu’on ne peut défendre quelqu’un qu’on ne connaît pas.

Pour ma part, je me suis demandé si cela n’était pas une épreuve qu’Allah à donné aux musulmans pour leur faire réfléchir à cette question et prendre conscience qu'en réalité, ils ne connaissent pas le Prophète sws contrairement à ce qu’ils avancent.
Nous prétendons suivre la Sunnah du prophete sws c'est à dire suivre Sa Traditions, Sa Voie, pour cela nous portons la barbe, le kamis, utilisons le siwak, interdisons le blamable et recommandons le biens etc... Mais tout ce que nous faisons à coté est-il conforme à l'enseignement du Prophète sws ? Cette question aussi nous sommes en droit de nous la poser, car si nous nous demandons ce qui a poussé les dessinateurs à user de telles provocations, nous pouvons nous dire que certainement cela résulte de l'image que nous leur donnons du prophete puisque nous prétendons suivre son enseignement. Le constat est terrible. Si cela est l'image que nous leur donnons du prophete d'Allah sws, il est urgent que nous fassions un examens de notre état et que nous reconnaissions cincerement que nous n'arrivons pas à suivre la Sunnah du Prophete sws puisque nous ne la conaissons pas réellement.

Pour remédier à cela et bien il faudrait peut-être, en premier lieu, commencer par accepter de reconnaître que nous ne connaissons pas réellement le Prophète Mouhammad sws et ensuite, tout bonnement, faire connaissance avec lui sws. Et c’est une fois seulement après avoir appris à le connaître réellement que nous pourrons prendre sa défense et démontrer indiscutablement que caricaturer le prophète Mouhammad sws est la chose la plus ridicule que les intellectuels occidentaux ont pu faire sous le couvert de la démocratie et ceci dans toute leur histoire.

Je pensais écrire un long article afin d’expliquer clairement le sujet que je voulais traiter en détail, mais j’ai décidé de le faire petit à petit, afin que chacun d’entre nous puisse prendre le temps de réflexion nécessaire.

Je vous propose, si Allah nous le permet, de partager sur ce site nos reflexions communes ainsi que des récits sur le Prophète Mouhammad sws en commençant par sa naissance.

La Naissance du Prophète

Il est notre maître Mouhammad fils de ^Abdou l-Lah, fils de ^Abdou l-Mouttalib --apppelé Chaybatou l-Hamd--, fils de Hachim –appelé ^Amr--, fils de ^Abdou Manaf—appelé Al-Moughirah--, fils de Qousayy –appelé Zayde--, fils de Kilab, fils de Mourrah, fils de Ka^b, fils de Lou’ay –appelé Ghalib--, fils de Fihr – à qui sont attribués les différents clans de Qouraych, quand à ceux qui sont au dessus de lui, ils sont Kinanyy--, fils de Malik, fils de An-Nadr, fils de Kinanah, fils de Khouzaymah, fils de Moudrikah, fils de ‘Ilyas, fils de Moudar, fils de Nizar, fils de Ma^add, fils de ^Adnan.

‘Aminah, fille de Wahb tomba enceinte un vendredi, la première nuit de Rajab. Elle voyait les oiseaux voler autour d’elle et l’eau du puits montait jusqu’à elle par honneur et glorification pour le messager de Allah swt. Elle en informa son époux, ^Abdou l-Lah, qui lui dit :
« C’est un prodige pour le nouveau-né qui est en ton sein ».

Elle dit :
« J’entendais le tasbih des anges autour de moi. J’entendis quelqu’un me dire : « Voici la lumière du maître, le Messager ». Et j’ai vu dans le rêve un arbre constellé d’étoiles éclatantes parmi lesquelles une très belle étoile qui a éclairé les autres de sa lumière. Tandis que je l’observais admirant son éclat, elle est descendue sur mes genoux et j’ai entendu quelqu’un me dire : « Voici le Prophète, le Maître, le Messager ». Puis un ange est venu à moi portant une feuille verte et m’a dit : « tu es tombée enceinte du Maître des messagers et du Prophète des croyants » ».

‘Aminah fils de Wahb dit :
« Lorsque je l’ai mis au monde, je l’ai vue relevant la tête vers le ciel, pointant son doigt ; Jibril l’à pris et s’est envolé avec lui, les anges volant autour de lui. Mika’il l’a enveloppé dans un drap blanc du Paradis puis l’a confié a Ridwan qui lui donna à manger tout comme l’oiseau donne à manger à son petit et je le regardais, c’est comme s’il disait : « Rajoute-m’en » et Ridwan lui dit alors : « Cela te suffit, ô toi Bien-aimé de Allah, il n’est pas un Prophète qui ait reçu science ou indulgence sans qu’elle te soit accordée. Attache-toi au chemin de vérité. Celui qui dit ce que tu dis et qui suit ta Loi sera rassemblé demain dans ton groupe ». C’est alors que quelqu’un a appelé : « Emmenez-le et faites-le parcourir les orients et les occidents de la Terre ; exposez-le aux endroits où sont nés les prophètes. Allah l’a choisi comme il a choisi ‘Adam, Il lui a donné l’érudition de Chith, la douceur de Nouh, l’extrême dévotion de ‘Ibrahim, la satisfaction de ‘Is-haq, l’éloquence de ‘Isma^il, la sagesse de Louqman, la patience de ‘Ayyoub, la belle voix de Dawoud, la force de Mouça, l’ascète de Iça, la compréhension de Soulayman, la médecine de Danyal, le respect de ‘Ilyas, la préservation de Yahya, l’acceptation de Zakariyya, baignez-le de tous les comportements des prophètes. Protégez-le des yeux des gens car il est le Bien-aimé du Seigneur des mondes. Bonheur aux bras qui vont le porter ! Bonheur aux seins qui vont l’allaiter ! Bonheur aux demeures où il va habiter ! » ».


Wa Allahou
^Alem (Et Allah est le Plus Savant.)


Smaïn BEDROUNI
Pour stcom.net
Le 21 mars 2008

LE PAPE BENOIT XVI, PAIX,RAVIVER LA FIDELITEet la FAMILLE et les JEUNES


L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous livre la pensée du PAPE BENOIT XVI, concernant la FIDELITE et la FAMILLE.
RAVIVER LA FIDELITE

Benoît XVI a reçu ce matin les participants au XXVI chapitre général des salésiens. Il leur a rappelé que ce chapitre a lieu "dans une période de grands changements sociaux, économiques et politiques", mais aussi de "communications plus intenses entre les peuples", et d'un affrontement plus vif sur les valeurs spirituelles qui donnent un sens à l'existence". Dans ce contexte, le Pape a souligné que "les appels qui nous sont faits par les jeunes, et surtout leurs questions sur les problèmes de fond, font référence aux intenses désirs d'une vie pleine, d'un amour authentique et d'une liberté constructive qui nourrissent. Il s'agit de situation qui interpellent profondément l'Eglise -a-t-il dit- et sa capacité d'annoncer aujourd'hui l'Evangile du Christ avec toute sa charge d'espérance".

En commentant ensuite le thème de ce chapitre "Da mihi animas, cetera tolle" dont les travaux sont sur le point de se conclure, le Saint-Père a indiqué qu'il était adapté pour "faire revivre la passion apostolique de tout salésien et dans toute la congrégation. Cela aidera à mieux caractériser le profil du salésien -a-t-il précisé-, de façon à ce qu'il devienne toujours plus conscient de son identité de personne consacrée pour la gloire de Dieu et de son élan pastoral pour le salut des âmes... Don Bosco voulut que la continuité de son charisme dans l'Eglise soit assuré par le choix de la vie consacrée. Aujourd'hui encore, le mouvement salésien peut grandir dans une fidélité charismatique seulement si, à l'intérieur, on y trouve un noyau fort et vital de personnes consacrées".

"Toute la congrégation -a ajouté le Saint Père- doit tendre à être continuellement une mémoire vivante de la façon d'être et d'agir de Jésus comme Verbe incarné face au Père et aux frères. Que le Christ soit le centre de votre vie!.. De là, naît l'amour ardent pour le Seigneur Jésus, l'aspiration à lui ressembler en en assumant les sentiments et la forme de vie, l'abandon confiant au Père, le temps consacré à la mission évangélisatrice, qui doivent caractériser chaque salésien".

Puis Benoît XVI a évoqué "le processus de sécularisation, qui progresse dans la culture contemporaine et qui malheureusement n'épargne pas non plus les communautés de vie consacrée. Il faut donc être attentifs -a-t-il dit- aux formes et aux styles de vie qui risquent d'affaiblir le témoignage évangélique, de rendre inefficace l'action pastorale et fragile la réponse à leur vocation". Le Pape a demandé aux participants du chapitre d'aider leurs frères "à garder et raviver la fidélité à leur appel.... Que la parole de Dieu et la liturgie -a-t-il ajouté- soient les sources de la spiritualité salésienne! En particulier, que la Lectio Divina, pratiquée quotidiennement par chaque salésien, et l'Eucharistie célébrée chaque jour dans la communauté, en soient la nourriture et le soutien".

Le Saint-Père a alors exhorté les salésiens à "former des laïcs avec un cœur apostolique, en les invitant tous à cheminer dans la sainteté de vie qui construit des disciples courageux et d'authentiques apôtres". Commentant sa lettre aux fidèles du diocèse de Rome sur le devoir prioritaire de l'éducation, Benoît XVI a dit que "l'aspect le plus grave en est le sentiment de découragement qui touche de nombreux éducateurs, en particulier les parents et les enseignants, face aux difficultés que comporte aujourd'hui leur tâche". Il a souligné "qu'à la source de la crise de l'éducation, il y a en fait une crise de confiance dans la vie, qui, au fond, n'est rien d'autre que le manque de confiance en ce Dieu qui nous a appelé à la vie".

"Il est extrêmement important -a-t-il ajouté- que, dans l'éducation des jeunes, la famille soit un sujet actif... Trop souvent, elle est incapable d'offrir son apport spécifique, ou bien, elle est absente. La prédilection et l'engagement en faveur des jeunes, qui sont les caractéristiques du charisme de Don Bosco, doivent se traduire dans un même engagement pour le développement et la formation des familles... Prendre soin des familles n'est pas soutirer des forces au travail des jeunes, mais c'est le rendre plus durable et plus efficace. Je vous encourage ainsi à approfondir les formes de cet engagement, sur lequel vous cheminez actuellement. L'éducation et l'évangélisation des jeunes en sortiront grandies".

Le Pape a conclu en appelant à la nécessité d'"une solide formation" pour tous les membres de la congrégation salésienne "sans se contenter de la médiocrité, en dépassant les difficultés de la fragilité des vocations, en favorisant un solide accompagnement spirituel et en garantissant dans la formation permanente la qualification éducative et pastorale".

jeudi 27 mars 2008

CRISE, PETROLE, GAZ et SIONISTES des PROTOCOLES DE TORONTO

L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous livre la vérité suivante: il n'y a pas de crises énergétiques, comme il n'y a pas de réchauffement climatique.
Il y a un refroidissement climatique mondial, voir mon article dans mon journal par ailleurs.
Donc il n'y a pas de crises énergétiques. Les sionistes veulent vous faire croire le contraire pour nous voler encore plus d'argent et appauvrir les Peuples CHRÉTIENS
pour les réduire en esclavage, par un faible pouvoir d'achat, par le manque de logement, par les expulsions comme le spécialiste la banque sioniste du Crédit pas Mutuel d'ALSACE de PFLIMLIN, par une malnutrition et par la dépendance médicamenteuse aux laboratoires chimiques et pharmaceutiques, comme MERIEUX, dont le vice-président est MICHEL BARNIER, le ministre de l'Agriculture CHIMIQUE et INDUSTRIELLE et OGMIQUE.

Voyons cela ce plus près et accrochez vous à vos rations de survie:

Attention ceci constitue des informations stratégiques, des sénateurs Américains sont morts assassinés pour avoir voulu révéler ou agir contre cet état de fait, c'est la principale cause de mort de Saddam Hussein, de Kennedy etc.. c'est la cause du déclenchement de la première guerre du golf, c'est la raison de l'effritement du pouvoir d'achat,... c'est la cause des agissements contre l'Iran actuellement... dans les vidéo ici plus bas y figurent les noms des principaux PIRATES du monde occidental dont Henry Kissinger (ce criminel de guerre et le bras droit de David Rockefeler)...
L'information est le début de la liberté.. elle se gagne en dépensant une petite partie de son temps pour s'en occuper.. dans la tourmente actuelle il est bon de connaître le dessous des cartes qui fait des prévisions d'un baril de pétrole à 200 $ une insanité, et de la propagande au réchauffement climatique une stratégie qui s'intègre dans un plan plus vaste.. ici vous aurez les noms des hommes les plus puissants du monde, leurs noms n'apparaîtront jamais dans Forbes Magazine... ils ont le pouvoir de créer la monnaie, et de vous rendre esclaves... de vous tuer d'effondrer les bourses de racheter Bear Stearn avec de l'argent sorti de nul part..Ils sont les principaux incendiaires de la crise qui commence... et non les prétendus pompiers..
Si vous désirez forwarder lire la notice en bas... merci j'entends déjà les black hélicoptères dans les parages sauve qui peut... :)

.
Lindsey Williams, qui a été prêtre baptiste pendant 28 ans, est allé en Alaska en 1971 en tant que missionnaire. Le pipeline de pétrole trans-Alaska a commencé sa phase de construction en 1974, et en raison de l'amour de M. Williams pour son pays et du souci pour le bien-être spirituel des ouvriers sur ce chantier, il s'est consacré à servir d'aumônier sur ce chantier, avec l'appui total de la compagnie de pipeline d'Alaska. En raison du statut de directeur qui lui est accordé en tant qu'aumônier, il a eu accès à des informations stratégiques maintenant documentées dans son livre. Après de nombreuses conférences en public dans les états occidentaux, certains fonctionnaires du gouvernement et individus intéressés ont invité M. Williams coucher sur papier ce qu'il a vu et a entendu qui dépasse l'entendement, non seulement cette information était essentielle à la sécurité nationale mais M. Williams croit fermement que celui est le centre de commande des commandes d'énergie de l'économie. Ainsi, voici ce livre: la Non-Crise d'énergie. En raison de la réponse exceptionnelle du public à la lecture de ce livre, Lindsey Williams est maintenant très demandé à la radio, et est passé à la TV.

Extrait du chapître 1:

Il n'y a aucune véritable crise énergétique. Il n'y a jamais eu une crise énergétique… à moins qu'elle ait été produit par le gouvernement fédéral afin de contrôler les américains. C'est un constat plutôt dramatique, pour le moins, n'est-ce pas? Mais voyez vous, comme vous j'y ai cru qu'il y avait une crise énergétique. Après tout, s'était ce que disaient les médias et le gouvernement fédéral. Je pensais aussi avant que nous manquions de pétrole brut et de gaz naturel. Mais plus maintenant avec ce que j'ai entendu, et cite, et suis sur le point d'écrire. Je fut bientôt amené à me rendre compte qu'il n'y a en faite aucune crise énergétique. Il n'y a aucun besoin pour l'Amérique de passer au rationnement en gaz et pétrole. Nous vérifierons ces rapports comme nous fournissons des faits dans ce livre. Vous pourriez être étonnés de constater que nous montrerons également pourquoi le prix du gaz demeurera élevé et bien plus haut que maintenant.
Et maintenant voici les conférences sur YOUTUBE en anglais de Lindsey William ou tout est expliqué, le lien entre pétrole et achat de Bond du trésor et le lien avec le $, pourquoi Saddam n'a pas signé les accords de Henri Kissinger et s'est fait éliminé du jeu, que l'agent de la cia Adna Deatrew du département d'état à donné carte blanche à Saddam pour envahir le Koweit afin d'accomplir les plans de Bush pour éliminer Saddam (deuxième réserve de pétrole avant l'Iran).. etc mais surtout qu'il y a plus de pétrole au canada qu'en Arabie Saoudite.. (1er réserve au monde).. vous commencé à saisir l'importance de ces infos... et dont il y a plein de pétrole et aucune crise... que du contrôle...
Lindsey Williams - The Energy Non-Crisis - Part 1 of 8
Lindsey Williams - The Energy Non-Crisis - Part 2 of 8
Lindsey Williams - The Energy Non-Crisis - Part 3 of 8
Lindsey Williams - The Energy Non-Crisis - Part 4 of 8
Lindsey Williams - The Energy Non-Crisis - Part 5 of 8
http://www.youtube.com/watch?v=7TYmSGwAumk
Lindsey Williams - The Energy Non-Crisis - Part 6 of 8
Lindsey Williams - The Energy Non-Crisis - Part 7 of 8
Lindsey Williams - The Energy Non-Crisis - Part 8 of 8
Attention ces vidéos pourrai être supprimer de YouTUBE j'invite ceux qui
on de l'espace disque à télécharger ces vidéo afin de sécuriser leur diffusion;
ceci grace au programme suivant:



BUSH, les SUBPRIME, les banquiers sionistes et les PROTOCOLES de TORONTO



L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous livre les dessous de l'affaire sioniste dite des "sub-prime", concoctée par BUSH et sa bande de banquiers sionistes des PROTOCOLES de TORONTO.
Cette affaire détruira l'EUROPE économique pour la livrer comme esclave à l'oncle SAM, avec l'aide des sionistes comme DOMINIQUE STRAUSS-KAHN, MICHEL BARNIER, LAURENT FABIUS, le CREDIT PAS MUTUEL D'ALSACE, HERVE GAYMARD, BERNARD KOUCHNER et bien sur NICOLAS SARKÖSY de NAGY-BOCSA.

Pendant que le gouverneur de New York Eliot Spitzer payait une «
escorte » 4 300 $ dans une chambre d'hôtel à Washington, à
quelques pas de là, le nouveau président du conseil
d'administration de la Réserve fédérale américaine nommé par
George Bush, Ben Bernanke, remettait secrètement, lors d'un
rendez-vous galant d'un autre genre, plus de 200 milliards aux
spéculateurs de l'industrie bancaire du marché hypothécaire.

Greg Palast

Les deux gestes étaient licencieux, pervers et vils. Mais il y a une
différence énorme entre les deux. Le gouverneur Spitzer utilisait son
carnet de chèques personnel. Bernanke, l'homme de Bush, utilisait le nôtre.
*
Le Sheriff de Wall Street
*
Cette semaine, pour la première fois de son histoire, la Réserve
fédérale de Bernanke a avancé à une coterie sélecte de banques la
coquette somme d'un cinquième de trillion de dollars pour garantir à ces
banques les hypothèques adossées à des actions de pacotille. Ce pillage
des fonds publics constituait une bouée en or pour ces mêmes banquiers
prédateurs qui ont conduit deux millions de familles au bord de la
faillite.

Jusqu'à ce mercredi 12 mars, il n'y avait qu'un seul et unique
politicien qui se tenait en travers de la route de ce servile petit
transfert de fonds au bordel des banquiers : Eliot Spitzer.

Le lynchage de Spitzer et l'enrichissement des banquiers sont intimement
liés. Comment? On n'a qu'à suivre la trace de l'argent.

*_Les médias ont gobé_ l'interprétation de Wall Street* selon laquelle
des millions de familles américaines vont perdre leur résidence parce
qu'elles ont acheté des maisons qu'elles ne pouvaient se payer ou parce
qu'elles ont contracté des emprunts trop gros pour leur porte-feuille.
C'est complètement faux. C'est faire porter le blâme à la victime.
Le fonctionnement des « sub-primes »

Voici ce qui s'est produit. Depuis l'arrivée de Bush au pouvoir, une
nouvelle sorte de prêt est devenu la norme : l'hypothèque avec une «
sub-prime » et ses variantes dont des prêts avec de faibles taux
d'intérêt « introductoires ».

Venant de nulle part, une entreprise nommée « Countrywide » est devenue
la principale entreprise prêteuse d'hypothèques, possédant jusqu'à un
prêt hypothécaire résidentiel sur cinq, dont une bonne partie d'entre
eux sont de la catégorie « sub-prime ».

Voici comment cela fonctionne. La famille Belhumeur, dont les revenus se
situent dans la moyenne des revenus des familles américaines,
contractent une hypothèque de 200 000 $ à un taux de 4% pour deux ans.
Le paiement de 955 $ par mois représente 25% de leur revenu. Jusqu'ici,
il n'y a pas de problème. Leur banquier leur a promis une nouvelle
hypothèque, encore une fois à très bas taux, dans deux ans.

Mais, au bout de deux ans, il s'avère que la promesse ne tient plus et
les Belhumeur sont sommés de foutre le camp, parce que leur maison vaut
désormais moins que leur hypothèque. Désormais, l'hypothèque est à un
taux de 9% ou 1 609 $ plus les frais pour rembourser la « ristourne »
qu'ils ont obtenue deux ans auparavant. Soudainement, les paiements
représentent de 42% à 50% de leur revenu avant impôt. Les Belhumeur
doivent emménager dans leur Toyota.

Qui sont ces familles américaines aux prises avec les « sub-prime »?
Voici un indice : 73% des emprunteurs des familles noires et hispaniques
à haut revenu ont obtenu des prêts avec des « sub-prime » alors que
c'est le cas pour seulement 17% des familles blanches à revenu
similaire. Ce n'est pas que les emprunteurs à la peau foncé sont
stupides. C'est qu'ils n'avaient pas d'autre choix. Ils étaient orientés
comme on dit dans le milieu des requins de l'industrie hypothécaire.
Bush et les « sub-primes »

« L'orientation », les prêts usuraires avec des « sub-prime », les
encouragements trompeurs à sur-emprunter, des prêts caractérisés de «
transferts frauduleux » ou « prêts prédateurs » d'après la loi
américaine, tout cela était totalement interdit jadis (sous
l'administration Clinton et antérieurement) par la réglementation
fédérale et considéré par les législations des États comme rien d'autre
que la forme fantaisiste de prêts consentis par des requins de la finance.

Mais avec l'arrivée au pouvoir de l'administration Bush, Countryside et
ses banques sœurs ont reçu le feu vert pour orienter, flouer, encaisser
et reprendre.

Mais il y avait ce fatigant de casseux de party de Spitzer. Le ministre
de la Justice de l'État de New York Eliot Spitzer poursuivaient ces
gars-là jusqu'à les faire tomber. Ou, du moins, il cherchait à le faire.

Plutôt que de réglementer les activités des banques délinquantes, les
fonctionnaires de Bush sont partis en guerre contre Spitzer et les États
qui voulaient mettre un terme à ces pratiques prédatrices. Dans un geste
sans précédent, ils ont utilisé les dispositions légales du gouvernement
fédéral pour ordonner aux États de ne pas appliquer les lois de
protection des consommateurs.

En fait, les fonctionnaires fédéraux ont intenté une action légale pour
bloquer les enquêtes de Spitzer sur de sales manœuvres hypothécaires à
caractère racial. Les amis banquiers de Bush étaient particulièrement
énervés du fait que Spitzer s'attaquait aux pratiques bancaires à
travers le pays en utilisant les lois de l'État de New York.
Le bal des requins

Spitzer ne s'en prenait pas seulement à Countrywide, mais également à
ceux qui rendaient ces activités possibles parmi les banquiers. Derrière
Countrywide, se trouvait le Requin mère, son fondateur et son
propriétaire, la Bank of America.

D'autres s'étaient joints au festin. Goldman Sachs, Merrill Lynch et
Citigroup's Citibank avaient fait du prêt hypothécaire usuraire leurs
principaux centres de profit par le biais d'un certain nombre de tours
de passe-passe financiers appelés « sécuritization ».

Cela signifie qu'ils ont pris une série de prêts hypothécaires de
pacotille, comme ceux de la famille Belhumeur, et les ont ré-emballés
dans des « tranches » d'actions qu'ils ont estampillés « AAA » – la
cotation la plus élevée – par les agences de cotation d'obligations.
Cette « merde » peinte en or a été vendue comme des investissements sûrs
à des fonds de pension de districts scolaires américains et de
municipalités jusqu'en Finlande.

Lorsque la bulle immobilière a éclaté et que la peinture s'est écaillée,
les investisseurs se sont retrouvés avec les excréments et les banquiers
avec les bénéfices. Cette année, le principal dirigeant de Countrywide,
Angelo Mozilo, touchera une prime de 77 millions $ en plus du 656
millions $ qu'il a tiré de l'entreprise entre 1998 et 2007.

Mais la rumeur courait que le party tirait à sa fin. Des régulateurs
mécontents, des investisseurs floués et le poids de millions de maisons
devant être placardées étaient en train de noyer les requins. L'action
de Countrywide avait perdu 50% de sa valeur et celle de Citigroup avait
chuté de 38%, ce qui n'était pas pour plaire aux cheiks du Golfe qui en
sont maintenant les détenteurs du plus gros bloc d'action.

Puis, ce mercredi 12 mars, l'impensable est arrivé. Le groupe Carlyle
Capital a fait faillite. Le groupe Carlyle avec James Baker comme
principal conseiller. Avec des partenaires passés et présents aussi
prestigieux que George Bush, la famille de Ben Laden et plus de
dictateurs, de potentats, de pirates et de présidents que vous pouvez en
compter.

La Réserve fédérale se devait d'agir. Bernanke a ouvert la voûte et a
jeté 200 milliards aux pieds des pauvres petits banquiers. Ils ont mis
la main dans le Trésor public et ont pu conserver la maison des
Belhumeur. Aucune famille n'a reçu d'aide, mais aucun banquier n'a été
laissé sur la touche.

Toutes les opérations hypothécaires prédatrices ont augmenté de valeur.
L'action de Countrywide de Mozillo a bondi de 17% en une journée. Les
cheiks de la Citi ont vu leur bloc d'actions s'enrichir de 10 milliards
$ au cours d'un après-midi.
Le Sheriff se fait descendre

Et le même jour que fut décidé ce sauvetage – le hasard fait bien les
choses – l'homme qu'on surnommait le Sheriff de Wall Street se faisait
passer les menottes. Spitzer était réduit au silence.

Est-ce que je pense que les banques ont appelé le ministère de la
Justice en disant : « Débarrassez nous en aujourd'hui! ». Non ! Ce n'est
pas de cette façon que le système fonctionne. Mais les gros joueurs
savaient qu'à moins que Spitzer soit retiré du chemin, il ferait
suffisamment de tapage pour gâcher le party. Les manchettes de la presse
financière – une d'entre elles titrait : « Wall Street déclare la guerre
à Spitzer » – indiquaient clairement aux fonctionnaires du ministère de
la Justice de Bush qui devait être leur cible numéro un. Et ce n'était
pas Ben Laden.

C'est le 13 février au soir lorsque Spitzer a fait son choix stupide
faire venir un repas dans sa chambre d'hôtel à Washington. Il venait
tout juste de finir ce texte pour le Washington Post à propos des prêts
prédateurs.

« Non seulement, écrivait-il, l'administration Bush n'a rien fait pour
protéger les consommateurs, mais elle s'est engagée dans une campagne
agressive sans précédent pour empêcher les États de protéger leur
population contre les problèmes devant lesquels le gouvernement fédéral
se fermait les yeux. »

Bush, écrivait Spitzer dans le titre de l'article, est « partenaire de
crime de ces prêteurs prédateurs ». Le Président, déclarait Spitzer,
fuit la justice. Et Spitzer était à Washington pour lancer une campagne
contre l'administration Bush et les plus importantes puissances
financières de la planète.

Spitzer écrit : « Lorsqu'on racontera l'histoire de la crise des prêts
des ''subprime'' et décrira ses effets dévastateurs sur les vies de
plusieurs propriétaires de maison innocents, l'administration Bush ne
sera pas jugé d'un œil favorable. »

Mais, l'administration Bush peut se rassurer, son histoire d'amour avec
les banquiers ne sera pas racontée, maintenant que le Sheriff de Wall
Street est tombé sur son fusil.

mardi 25 mars 2008

CARLA BRUNI, l'ARTISTE, le TIBET, la CHINE, les JEUX OLYMPIQUES et la CENSURE.

L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous livre une vidéo maison de CARLA BRUNI, l'artiste.La France est comme la CHINE, un pays de dictature et de censure: donc NICOLAS SARKOSY peut aller en CHINE, à la cérémonie d'ouverture des jeux olympiques et à la fermeture des droits de l'homme dans le monde.
Car qui" se ressemble, s'assemble", donc la CHINE=LA FRANCE!
La preuve va vous être donnée par la censure de cette vidéo maison, montrant l'artiste CARLA BRUNI.
On parit, "riches cons"?
Regardes aussi cette vidéo, avant censure franco-chinoise!
President Bling-Bling's 'Carla Effect'
http://abcnews.go.com/Video/playerIndex?id=4139674

Et cette vidéo, avant censure totale, heil!

http://www.actualite-de-stars.com/people/003919.html


:

lundi 24 mars 2008

NICOLAS SARKOSY ET CARLA BRUNI ET G.W.BUSH

L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous livre le salut des "SKUL and BONES", secte affiliée aux maîtres du monde, dénommés les "ILLUMINATI".
Regardez les photographies et la main droite satanique.











LA GRIPPE AVIAIRE, MICHEL BARNIER, l'INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE et MERIEUX


L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous livre le mensonge sur la grippe aviaire.
La grippe aviaire arange l'industrie pharmaceutique, dont MICHEL BARNIER, notre ministre de l'Agriculture et aussi vice-président du groupe pharmaceutique MERIEUX. Car en sa qualité de ministre, notre BARNIER conseille le vice-président du groupe pharmaceutique, en lui disant rempli tes poches et les nôtres en rendant le VACCIN de la GRIPPE AVIAIRE OBLIGATOIRE.
Voici l'histoire:

Le virus de la grippe aviaire




Ce matin-là, les Français se réveillent sur une information de première importance. Un virus vient de faire un mort en Asie.


De suite, les journalistes nous rassurent.
Il ne faut pas s’alarmer ni céder à la psychose. C’est le virus de la grippe aviaire. Il ne se transmet pas à l’homme.


Ouf ! Je suis rassuré.
Pas vraiment, il est vrai. D’une part parce que les journalistes savent bien se taire quand on leur demande.
D’autre part, quand on imagine le nombre de naissances et de décès journalier dans les pays asiatiques, un mort pour cause de virus n’est pas vraiment significatif.

De plus, entre l’Europe et l’Asie il y a une distance certaine. Et d’ailleurs, comment et pourquoi les journalistes français ont eu l’information ? Eux, qui le plus souvent, ne s’intéressent même pas à ce qui se passe dans leur propre pays.

Là, on ne l’a pas dit ! On ne le dira jamais que le premier métier d’un journaliste est de se taire et que son deuxième métier est de mentir. On ne l’a pas dit !


Merci ! L’heureuse invention des virus.
En revanche ce que l’on dit, c’est que les histoires de virus, pour quelqu’un qui s’y intéresse de prêt, ce n’est jamais très clair. Tout repose sur la croyance aveugle de gens qui n’ont pas besoin, ni envie de savoir. Le savoir, c’est du travail. Le travail c’est fatigant. Il vaut mieux laisser penser les autres. (Ceux qui en ont les moyens.)

À propos des virus « médicaux », si l’on veut voir clair dans l’information, il existe une solution très simple. On remplace le mot « virus » par son synonyme.
On remplace le mot « virus » par le mot « imposture ». Tout devient clair.

Pour ce qu’il en est des éventuels symptômes, dans les cas où il en existe.
Les origines matérielles des symptômes sont rarement du ressort des médecins, moins encore des médicaments. Merci ! L’heureuse invention des virus.
(Les symptômes du Sida n’apparaissent qu’après le début des soins. Si début de soins, il y a.)

Ce premier mort (vrai ou supposé) a eu pour mérite de sensibiliser les Français sur l’existence du virus de la grippe aviaire. Auparavant, personne ou presque n’avait jamais entendu parler de ce virus.

Question ! : « Pourquoi les Français ? »
Réponse : Bonne question ! Je vous remercie de me l’avoir posée.


Bientôt, nous avons droit à un deuxième mort (Toujours en Asie).
Deux morts, c’est énorme ! Ce n’est pas encore une pandémie. (Pas encore ! Mais, dans les milieux bien informés, on est inquiet et on se prépare. La valeur de la santé des Français, c’est sacré !)


On se doit d’agir !
Médecins du Monde et le Secours catholique envoient en urgence des équipes sur place. Il faut analyser sérieusement la situation pour prévenir les risques.
(Médecins du Monde pour envoyer des armes. Le Secours catholique pour envisager une collecte nationale à l’échelle de la tragédie vécue par les asiatiques.)

C’est ainsi que l’on apprend, les journalistes nous l’avaient caché, que ce ne sont pas deux mais cent morts que l’on dénombre. Cent morts causés par le virus de la grippe aviaire. Avec Médecins du Monde et le Secours catholique, l’information c’est du sérieux. On en a pour notre argent.


Ce nouveau virus dispose de tous les attributs pour devenir la grande vedette de la boîte à crétiniser.
Le problème, il est là ! La plupart des virus naissent en Asie. C’est comme ça ! On ne discute pas !
Habituellement pour arriver en France afin de remplir les poches des médecins, de remplir les caisses des industriels du médicament, de régaler les curés qui coiffent l’ensemble, cela en prélevant dans les caisses sociales, les virus asiatiques savent trouver le chemin par eux-mêmes.

Oui mais voilà ! Notre virus de la grippe aviaire est un médiocre. Seulement cent morts en Asie, pas de quoi pavoiser. De plus pour venir en France, il faudra sérieusement lui venir en aide. On cherche des solutions. Les spécialistes sont à la peine.


Les journalistes vont nous arranger cela.
L’idée est de faire venir le virus par la voie des airs, avec les oiseaux eux-mêmes.
Oui ! Mais voilà ! nous sommes en hiver. Faire traverser l’Asie et l’Europe centrale, d’est en ouest, en hiver par les oiseaux, même en expliquant aux oiseaux que le paysage est fabuleux, il n’y a pas trop de volontaires. Les oiseaux sont peut-être malades mais, pour autant, ils ne sont pas fous.


L’autre idée est d’organiser une compétition.
Un rallye type Monte Carlo ou course genre Route du Rhum. Les journalistes disposent de moyens illimités.
On prévoit des étapes, repas, boissons chaudes, aires de repos avec télé, cellules médicales et accompagnement psychologique. Le grand jeu !

La première route préconisée est la route du nord. Naturellement, on est en hiver. Il fait froid. Il va falloir voler beaucoup pour se réchauffer.
Mais voilà ! Les journalistes ont oublié que les oiseaux ne sont pas des avions. Ils ne sont pas équipés pour le vol sans visibilité. Les oiseaux ne volent que par beau temps. En cas de mauvais temps, ils se posent et attendent. La proposition de la route du nord ne reçoit que des dos tournés.

Qu’à cela ne tienne ! Les journalistes envisagent bien vite une route du sud. Le tracé est plus touristique mais beaucoup plus long. Certains délais ne pourront êtres respectés. Les journalistes vont nous arranger cela.

On assure au vainqueur la notoriété et la gloire. Le parcours est booké. Les concurrents sont briffés. Le starter peut donner le départ. PAN !


Les oiseaux n’ont rien compris. Ils sont partis dans tous les sens.
Certains vont se poser en Australie. En Australie, la grippe aviaire n’intéresse personne. En Australie, on oublie bien vite ces crétins d’oiseaux.

D’autres arrivent enfin en Inde où ils sont attendus impatiemment. En Inde, les oiseaux font un malheur (Dans tous les sens du terme).

Il faut savoir que l’Inde, c’est pas la France. Si en France, ce qui gagne et produit du PIB, c’est le malade. En Inde, ce qui gagne, ce sont les gens qui crèvent de faim.
Et en Inde, la santé des gens qui crèvent de faim, c’est sacré. Il est hors de question qu’ils meurent malade.

En Inde, on prend une mesure adaptée à la situation. On abat quelques dizaines de million de volailles. Les gens qui crèvent de faim doivent mourir bien portants.


Que s’est-il passé ?
Est-ce la suite de cet incident ? Les oiseaux déclarent forfait ! Il n’y a plus aucun concurrent pour poursuivre cette compétition prestigieuse.

Finalement, les journalistes disent que c’est tant mieux. Que cela va permettre d’accélérer et d’aller plus vite. Effectivement, on va brûler les étapes. À cette époque, on brûle aussi beaucoup de voitures. (Les émeutes de décembre 2005)


Le grand rallye aviaire progresse très vite.
En Egypte, ce sont trois canards morts que l’on découvre. Ce ne peut-être que la grippe aviaire. La question ne se pose même pas. Dès cet instant, on déclare officiellement ouverte la chasse aux canards morts.


En Hongrie.
Les pays de l’Europe de l’est sont des pays où l’on privilégie encore l’élevage traditionnel. La grippe aviaire n’avait pas le droit de rater ces pays là.


Les journalistes nous noient dans un bain d’émotionnel.
La télé nous montre un éleveur désespéré. Il a tout perdu. Il est ruiné !
On enferme ses volailles encore vivantes dans des sacs. Visiblement, c’est pour les emporter et les abattre.

Un autre éleveur nous dit quelque chose que personne, ou presque, ne comprend. Heureusement ! Grâce à dieu ! La traductrice qui ne comprend rien non plus mais qui connaît bien son texte, nous explique : « Nous, ce que l’on veut ! C’est que l’on vaccine nos volailles et que l’on en parle plus ».
Eh bien voilà ! La boucle est bouclée ! On a une bonne idée de la fin du feuilleton. Il n’y a plus qu’à attendre.


L’Afrique n’y échappe pas. Elle aussi est envahie.
Les journaux et la télé nous le font bien voir. Nous avons droit à un africain bien de chez nous qui, un masque sur le visage (Sans doute pour ne pas être reconnu.), le regard apeuré, nous montre une poignée de poussins. Ces poussins sont des phénomènes ! À peine sortis de l’œuf, ils ont déjà attrapé la grippe aviaire. Si, Si, on ne ment pas ! C’est dans les journaux !

Encore les journalistes, quand il est question de fric, ils ne s’arrête pas sur les détails. Les journalistes nous annoncent sérieusement que : « Le froid oblige les oiseaux à remonter vers le sud ! ».

On est en droit de ne pas comprendre du premier coup. Mais en aparté, les journalistes expliquent. Ils disent cela pour se mettre à la porté de l’auditeur. Si les journalistes sont des crétins, c’est pas de leur faute. C’est de la faute aux croyants.


L’Allemagne, maintenant.
Un chat a mangé un piaf ! Il a attrapé la grippe aviaire !
Là encore, on a droit aux images. Ce n’est que du bonheur et de l’émotionnel !

Notre matou allemand est un matou de luxe. Il ne semble nullement impressionné par les photographes et la journalistes. À le voir, on devine que notre matou de luxe a déjà fait tous les métiers devant les caméras.
Bref ! Il est entouré de mains qui se veulent protectrices. Notre matou de luxe a la grippe aviaire. Ça c’est sûr !


La France est encerclée.
On se prépare à l’assaut final. Depuis longtemps, de façon préventive, dans les élevages traditionnels, on a confiné les volailles. On imagine les conséquences.

Il faut aussi savoir que ce qui est garanti sain, c’est l’élevage en batterie. Tout ce qui évolue en milieu naturel est exposé à des tas de pollutions de toutes sortes. La nature nuit à la santé.


La défense s’organise.
On détruit les nids d’hirondelles. On abandonne les chats.

Dans les communes, les Maires se plaignent de manquer d’informations. Manquer d’informations, cela fait toujours bien dans le paysage politique. Les journalistes sont ravis. Ils nous en remettent plusieurs couches.


Un Maire va plus loin.
Il se casse d’un arrêté interdisant la consommation de volaille dans les cantines scolaires de sa commune. Il provoque un tollé au niveau des associations.


Le discours des associations n’est pas franchement clair.
Il faut savoir que les associations évoluent sous le contrôle des curés. Les curés sont financés par l’industrie du médicament. Les associations sont au service de l’industrie du médicament et sont, le plus souvent, financées avec du bon argent public.

Bref ! Si le discours des associations n’est pas franchement compréhensible, il est suffisamment convaincant pour le Préfet qui annule l’arrêté du Maire.

Manger de la volaille à la grippe aviaire, c’est bon pour la santé des médecins, de l’industrie du médicament, des curés et des associations.


Un cygne est retrouvé mort.
C’est peut-être la grippe aviaire ! Toute la France est maintenue en haleine !
Finalement, au bout d’une semaine, CE … N’ … EST … PAS … LE … VIRUS … DE … LA … GRIPPE … AVIAIRE !!!
Ouf ! Nous sommes rassurés ! Et surtout, nous sommes maintenant réellement convaincus de l’existence de ce virus imaginaire. Bref ! Ce n’était qu’un cygne mais c’est déjà un signe.


Encore un canard mort
C’est peut-être la grippe aviaire ! Le préfet déploie un périmètre de cent kilomètres de sécurité. On le voit bien à la télé, à chaque passage on lave les véhicules et l’on désinfecte les roues.

On informe aussi le public que, dans cette zone, il faut éviter de circuler inutilement. C’est grâce, parait-il, aux déplacements humains que le virus se propage. (En voilà une, qu’elle est bien bonne !)


À trop en parler, cela finit par arriver.
Voilà, c’est fait ! Le virus de la grippe aviaire, on n’y croyait plus, il s’est enfin installé. Il a envahi un département du sud de la France.


Les émissions « d’informations » se succèdent.
C’est ce brave père de famille, en apparence toujours le même. Il vit un drame épouvantable. Mettez-vous à sa place ! Il a un chat chez lui ! Ses enfants caressent le chat ! Et, si le chat attrape la grippe aviaire ?

Habituellement, je ferme ma radio avant d’entendre la réponse. Ce jour-là, je ne suis pas chez moi. Je suis dans un lieu public et je subis la réponse.
Le chercheur au CNRS de circonstance rassure notre brave père de famille. Il n’a pas lieu de s’inquiéter. Il n’habite pas dans la zone touchée par le virus.

Il est bon de savoir que la zone touchée par le virus se limite à un département et aux communes limitrophes, ainsi qu’à une commune qui s’appelle l’Allemagne. On le constate, en matière de géographie, au CNRS, on n’est pas meilleur que les journalistes.

Bref ! Si le brave père de famille n’a pas de raison de s’inquiéter puisqu’il habite dans une région qui n’est pas touchée par le virus, les autres se démerdent.


Le salut nous vient de l’Europe.
C’est l’affolement général. Heureusement, il y a l’Europe.
Face à cette situation hors du commun, chacun est désemparé. Mais, la Commission L’Europe autorise ENFIN la vaccination des volailles. Merci l’Europe !


Il était temps ! Il faut dire que l’on a pris beaucoup de retard. Les stocks de vaccins étaient prêts depuis longtemps. Certaines doses ont dépassé la date de péremption.

Ce n’est pas grave ! Comme on dit dans l’industrie du médicament, un bon vaccin c’est comme un bon fromage. C’est après la date péremptoire qu’il est le meilleur. Et de toutes les façons, il y a urgence. On ne discute pas !

Bref ! Il faut écouler les stocks et on vous dit pas les doses. C’est le généreux et pas regardant contribuable qui régale.


Une campagne de consommation

Les volailles tout juste vaccinées, à peine en début de convalescence vaccinale, le Premier ministre de l’époque décide de nous mettre tout cela dans nos assiettes. Il lance une grande campagne de consommation.
Distribution gratuite aux associations qui « aident » les SDF et consommation obligatoire dans les cantines scolaires. (Voilà un Premier Ministre qui sait bien, lui, quels sont les malades qui gagnent le mieux.)

européenne est là et veille au grain.

Quant aux associations ???




La bonne question:

Une population malade est une population soumise. Si le virus est imaginaire, en revanche les toxines vaccinales ne le sont pas.
Existe t-il un lien entre les toxines que l’on a concentrées dans les assiettes en 2006 et la grande victoire de la démocratie de 2007 ?

Une chose est sûr ! Il existe un lien entre le mythique du trou de la Sécu, le Capital de la Dette publique et le financement des partis politiques de gauche et de droite.

dimanche 23 mars 2008

LE SMS de NICOLAS SARKOSY, CARLA BRUNI et CECILIA ATTHIAS


L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer vous livre ses réflexions sur le retrait nul de la plainte de NICOLAS SARKOSY, Président de la République et mauvais avocat.

Le désistement de Nicolas Sarkozy ne règle pas le sort des poursuites pénales pour faux et usage de faux engagées par le parquet, à la suite de la plainte déposée par le président de la République. Par l'effet de cette plainte, le ministère public s'est trouvé dans l'obligation d'exercer l'action publique; alors que plusieurs magistrats du parquet ont fait part au procureur de la République de leur désaccord sur le choix de la qualification adoptée et imposée par l'avocat du président de la République, Me Herzog.

Quoi qu'il en soit, le retrait d'une plainte simple ou d'une plainte avec constitution de partie civile en matière de délit de droit commun, n'a pas pour effet de suspendre ni d'arrêter l'action publique. La décision appartient en l'occurrence au procureur de la République, ou au Garde des sceaux, qui aurait pu en donner l'ordre; mais la "victime du faux" n'avait pas ce pouvoir.

L'article publié par Le Nouvel Observateur pouvait donner lieu à une poursuite pour diffamation publique envers particulier (puisque l'offense à chef d'Etat a disparu de notre droit de la presse). Il se voyait imputer d'avoir manqué à l'honneur le plus élémentaire, en proposant le mariage à un top-modèle pour redorer son blason alors qu'il était toujours attaché à son épouse dont il venait de divorcer. C'était incontestablement "l'imputation d'un fait précis contraire à l'honneur".

Mais le droit de la presse a ses exigences. Il devait soit déposer plainte avec constitution de partie civile, soit poursuivre le journal et le journaliste, au pénal, par voie de citation directe, ou au civil par voie d'assignation, et le journaliste disposait d'un délai de 10 jours pour faire son offre de preuve et dénoncer à l'époque le ou les témoins susceptibles d'établir qu'il avait bien envoyé ce SMS.

A ce moment, Cécilia n'avait pas publié son démenti. Certes, son avocat n'aurait pas manqué de s'opposer à ce que le journaliste prétende rapporter la preuve de ce fait; parce qu'il concernait la vie privée de son client; mais depuis l'arrêt de la CEDH du 7 novembre 2007, les restrictions apportées par l'article 35 de la loi sur la presse au droit de rapporter la preuve de la vérité peuvent être discutées et le débat eut été public et non couvert par le secret de l'enquête de police ou par le secret de l'instruction qui ne peut d'ailleurs pas porter sur l'administration de la preuve de la vérité du fait diffamatoire.

Il ne restait plus à Nicolas Sarkozy qu'à se désister; puisqu'en matière de délit de presse le désistement de la victime arrête la poursuite. Ce qu'il vient de faire, au prétexte que Airy Routier aurait adressé une lettre d'excuses…

Aujourd'hui c'est Carla qui a porté un coup fatal à la poursuite pour faux et usage de faux, introduite sur ordre par le parquet, en écrivant dans son article publié dans Le Monde daté du 20 Mars: "Le problème n'est pas non plus l'existence elle-même du SMS". Le problème pour elle c'est "La Calomnie" (le titre de son article que l'on ne peut pas attribuer au journal!). La calomnie… c'est la diffamation par essence. C'est elle que le Président aurait choisie comme avocate, en même temps qu'il l'épousait.

A l'entendre plaider, son mari, "ne s'en prend pas à la liberté de la presse, en attaquant le site du Nouvel Observateur c'est la liberté de chacun qu'il protège". Sauf que celle du journaliste c'était d'écrire, en conscience, ce qu'il croyait vrai et qu'il disait avoir vérifié de source sûre, et de se défendre devant le tribunal dans le cadre d'un débat de presse, sans être contraint d'écrire sur ordre une lettre d'excuse.


NICOLA SARKOSY, les GLIERES, le POILU,la RESISTANCE et CARLA BRUNI

L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, est content du changement de notre Président de la République. Encore une baffe électorale et il sera mûr pour sa fonction, car la FRANCE a vraiment besoin qu'il réussisse, vu la merde que nous ont laissé les équipes précédentes.
SARKOSY a du boulot et doit réussir avec l'aide de CARLA qui doit lui assurer le calme et le bonheur pour l'accomplissement de sa mission.
DONC:

La « déblingblingation »

Hommage au dernier poilu, déplacement sur le plateau des Glières, haut lieu de la Résistance , premier discours sur la Défense : Nicolas Sarkozy est en voie de « déblingblinga- tion ».

Après la claque des municipales, Nicolas Sarkozy a pris une grande décision : fini le « bling-bling ». Notre Président, comme le dit Le Canard Enchaîné, est en voie de « déblingblingation ». Il a rangé ses Ray-Ban à la Tom Cruise. Ne prend plus « Air Bolloré » pour ses week-ends.
Profil bas
Désormais, il opte pour un pèlerinage sur le sinistre plateau enneigé des Glières (Haute-Savoie). Après la séquence « amour, gloire et beauté », le nouveau Sarko fait « profil bas », aux côtés d’une Carla Bruni d’une sobriété presque monacale. On la verra peut-être cet été à la sortie de la messe à Borme-les-Mimosas en mantille. Version duègne. Une sorte de Madame de Maintenon qui remettrait notre monarque dans le droit chemin. Celui de la rédemption. Cependant, la bougresse n’a pas pour autant sa langue dans sa poche. La nouvelle Première dame, qui prend son rôle très au sérieux, s’est fendue d’une chronique dans Le Monde, dans laquelle elle demande aux journalistes un peu plus de rigueur et de respect après la révélation dans le Nouvel Obs’ d’un SMS.
Un SMS que Nicolas Sarkozy aurait envoyé à son ex-épouse Cécilia, dans lequel il écrivait : « Si tu reviens, j’annule tout ». Extrêmement désagréable pour la future mariée qui a pris la mouche et on la comprend.
Le naturel revient au galop
Dans Le Monde, elle cite Gad Elmaleh dans « La vérité si je mens » et Beaumarchais. C’est ça la culture éclectique. D’ailleurs, celle que l’on avait prise au début pour une coquine qui avait des « bourdons dans la culotte », pour reprendre l’expression de Chirac, a su se donner une image de jeune femme sage et rangée. Mais le naturel revient au galop. L’ancienne mannequin n’a pas pu s’empêcher de glisser à l’oreille du Président israélien Shimon Peres, alors qu’on les prenait en photo pour un dîner officiel à l’Élysée : « Quand on me prend en photo, pour sourire, je ne dis pas "cheese" mais " sexe"...». De quoi affoler toute la classe diplomatique. Ce n’est pas Bernadette qui aurait osé ! D’ailleurs, on ne l’imagine pas dire « sexe » sur une photo ! En attendant, les socialistes tutoient le firmament de la baronnie locale. Des inconnus, des antihéros ont pris des villes à droite parfois depuis des décennies. Des anti-bling-bling comme les appelle le Nouvel Obs’. Mais c’est la mode. Comme Dany Boon qui fait un carton avec les Ch’tis. Si les antihéros reviennent en force, Jospin et compagnie ont toute leur chance au PS. À droite, les anciens loosers, comme Juppé, sont au top de leur succès. Vite du chiant et de l’ennuyeux pour contrer le tape à l’œil. C’est ça l’alternance !

TRAFIC D'ARMES, DROIT UNIVERSEL A LA PAIX, BLANCHIMENT D'ARGENT et PARADIS FISCAUX

L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous propose la résolution suivante de son Excellence Frédéric BERGER.
LEURS EXCELLENCES FREDERIC BERGER, ambassadeur de l'IET UE PROGRAMME WORLD HUMAIN FACILITIES,
vous propose la résolution suivante intitulée:
"DROIT A LA PAIX"
Explication:

HALTE AU COMMERCE DE LA GUERRE

La paix ne se résume pas uniquement à ne pas faire la guerre, elle consiste avant tout à ce que nous devenions ce que nous sommes réellement : une Fraternité.
Aussi, il est vital de nous unir malgré nos différences, voire nos divergences, de nous organiser pour faire reconnaître la Charte des DROITS UNIVERSELS DE LA PAIX afin de criminaliser le commerce de la guerre.

EXIGEONS UN MORATOIRE SUR LA FABRICATION DE L'ARMEMENT DE GUERRE

LA JUSTICE POUR LA PAIX

Quelle est l'utilisation réelle d'une organisation mondiale pour paix, si celle-ci permet aux lobbies des industries de la mort de prospérer par sa complaisance et sa tiède détermination?

La finalité du moratoire sur la fabrication de l'armement de guerre est la justice car, un monde qui se développe dans l'injustice est un monde déchu de toute humanité, un repaire de gredins et de criminels conditionnés par l'argent et la violence.

C'est grâce à un effort poursuivi de justice que la santé et la culture seront accessibles à tous, que la paix s'installera et s'enracinera. La paix est l'héritage d'un esprit juste.

Le moratoire sur la fabrication de l'armement de guerre doit être l'occasion d'une grande fête annuelle : "La Fête de la Paix" dans toutes les villes et tous les villages où les mairies se seront engagées à signer la charte des droits universels de la paix.


CHARTE DES DROITS UNIVERSELS DE LA PAIX


aloha salaam chal om shanti carpe diem


La guerre, comme le terrorisme sont des délits intolérables, des crimes contre l’humanité.

Chaque homme a le droit et le devoir de vivre en paix avec ses semblables.

Aucune nation, aucun humain, aucun groupe financier, ethnique, religieux, ou autre, ne peut imposer à un homme, une femme ou un enfant de subir ou de les faire participer directement ou indirectement à la guerre sous quelque soit sa forme: physique, psychologique, économique...


RÉSOLUTIONS



R. 1 – Participer à la réalisation, la fabrication ou au négoce d’armements de guerre constitue un acte criminel.

R. 2 – La propagande, la diffusion, la manipulation d’informations dans le but de créer, d’entretenir ou d’étendre un climat de psychose, de haine, de violence pouvant concrétiser la guerre, constituent un acte criminel.

R. 3 – Contre les crimes de masse impliquant la complicité des gouvernements des plus grandes nations démocratiques, il importe que tous les membres de ces gouvernements soient reconnus criminels par des condamnations collectives : ils seront tenus définitivement dans l'incapacité de pouvoir exercer toute nouvelle responsabilité politique quelle qu'elle soit.

R. 4 - Des procédures judiciaires achèveront de condamner individuellement ceux qui auront favorisé, y compris à un degré de responsabilité mineur, une politique coupable de créer une guerre, les lobbies de l'armement ou un réseau reconnu coupable de crimes contre l’humanité : les sanctions pouvant aller jusqu'à la confiscation de tous les biens, l’incarcération et des peines de travaux d’utilité publique.

JACQUES CHIRAC ET SA FAMILLE et la prise d'otage

L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous livre quelques secrets de la famille du Président JACQUES CHIRAC.
Bonjour à tous,
Comme nous vous l'avions indiqué nous pensons que la prise d'otages du frère et du neveu du Président de la République Mr Jacques Chirac est bien du à l'enregistrement officiel du programme World Human Facilities -
Nous vous confirmons que cette prise d'otages s'est déroulée au 42 avenue Jean Mermoz - 33930 MONTALIVET (Commune de Vendays Montalivet - Gironde - 80 Kms au nord de Bordeaux - France) samedi dernier
Nous n'avons pas reçu d'autre nouvelles que celles que nous vous avons communiqué, nous sommes donc actuellement dans l'incapacité d'avoir des contacts avec le ou les preneurs d'otages - le preneur d'otage s'étant présenté sous le nom de Prince Jean Luc de Montalivet avec un fort accent du Sud Ouest -
Toutes personnes suceptibles de fournir des renseignements aux forces de Police de la Préfecture de Bordeaux ou Sous Préfecture de Lesparre en Médoc est la bienvenu -
Nous vous rappelons Mairie de Vendays Montalivet, le Maire ou Bourgmestre est Mr Michel BIBEY celui ci devrait pouvoir vous renseigner sur cet événement gravissime, puisqu'il touche une des Ambassades de l'Union Européenne et des Diplomates -
Le Ministre des Affaires Etrangères Mr Bernard Kouchner peut également être contacté -
N° de Tel de la Sous Préfecture de Lesparre-en-Médoc : 0033556732170
Fax : 0033556418504
Nous vous confirmons que les photos qui sont sur le site de l'IET Institut Europeen Technologie reprente le Prince Damien William, neveu du Président de la République Mr Jacques CHIRAC
et sur les photos familiales vous avez Mr Robert CAUDIE qui est le frère de Monsieur le Président de la République française Mr Jacques CHIRAC - Ils ont même père et même mère et comme nous vous l'avions annoncé Mr Jacques CHIRAC a 4 frères : Jean Claude CAUDIE, Robert CAUDIE (qui lui ressemble le plus), Georges CAUDIE, et Jacques CAUDIE Jr et deux demi-soeurs Yvonne née Caudie veuve Charapoux et Irène )
Pour des raisons de sécurité ces informations sont restées secrétes, mais actuellement devant un prise d'otages nous nous devons de faire connaitre ces informations

PARADIS FISCAUX, EUROPE, SUISSE et "XPF" de la POLYNESIE FRANCAISE,ET VAN RUYMBECKE.

L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous livre les paradis fiscaux avec leur texte juridique et la magouille des hommes politiques européens qui va avec.

Suite aux médiocres saillies du socialiste Montebourg contre la liberté des peuples à décider de leur propre fiscalité, l’envie nous a pris de nous pencher d’un peu plus près sur cette icône sacrée de la nouvelle fiscalité morale qu’est censée représenter l’Europe, cette nouvelle union soviétique à la sauce vaguement capitaliste où locomotives économiques et feignasses travailleraient de concert à l’enrichissement d’une nomenklatura à laquelle ledit Montebourg, bien-pensance et mèche au vent, se fait fort d’appartenir pour n’y jamais déroger !

La Suisse, riche, prospère et démocratique (exit le coup des armes de destruction massive dans ce coup-là) se faisait une espérance de pouvoir, selon la coutume séculaire, gérer ses affaires selon la volonté de son peuple souverain.
Puis les néo-apparatchiks, mutants capitalistes des vieilles vapeurs toxiques d’un collectivisme à peine distillé, inventèrent la “morale” en économie politique. Après coup, nombreux furent les historiens autorisés et autres autorités des mondes politique et économique à reconnaître qu’il n’y avait pas eu dans l’affaire des fonds juifs retenus par les banques suisses que la simple et objective recherche de vérité historique et de justice que certains avaient puissamment revendiquée.
La “morale” économico-politique, dans un monde qui se fait une profession de transgresser les règles de la morale la plus élémentaire, était inventée. Depuis, nombre de tentatives de “remboursement à valeur de moralité” ont été essayées sans véritable succès. La révision, car il s’agit souvent de révisionnisme, de l’histoire des rapports entre Suisse et Afrique du sud a fait long feu, d’autres encore ont suivi le même chemin jusqu’à cette tentative aussi inepte que désespérée: La “moralité de l’impôt“.
A une époque où les systèmes n’ont jamais été aussi pesants et décriés, la classe politique française, flanqués d’une ribambelle d’”artistes” -Tous au bénéfice d’un arrangement fiscal : exonération des arriérés et amendes diverses en échange de pub et soutien à la propagande de l’Etat - nous vend l’improbable de trouvaille de l’”impôt moral”. Confier son blé à un système véreux pour ”les routes, les écoles, la solidarité”.

Le réalisme économique de la riche Helvétie balaie ces lendemains qui chantent d’un revers de la main d’expérience, son réseau routier, son système d’enseignement, quoique que déjà défaillant, son système solidaire, sont les plus performants de la planète… On n’en crie pas moins haro sur le baudet, sus aux profanateur d’impôts. Et la presse, docile plus que jamais, ne pipe mot de cette réindexation des axiomes “éthiques”. On nage en plein délire.

En plein délire, d’autant plus que la politique interne de chaque Etat européen tend à donner raison à la fière patrie de Guillaume Tell. Tous, pratiquement sans exception, se sont réservés une petite Suisse de secours, un confetti de territoire national qui ne serait pas territoire européen, dont plusieurs fonctionnent déjà, ô hasard subtil, avec le franc suisse, et qui permettrait d’évader et blanchir de puissantes masses monétaires en cas d’urgence… Comment croyez-vous d’ailleurs qu’un pays qui ne produise que du chocolat, des horloges à coucou et du fromage à trous figure parmi les nations les plus riches du monde. Le système marche et il a a fait des petits sinon des envieux.

Ce que Montebourg nous reproche en somme, c’est de faire la même chose que tout le monde, mais mieux !

Connaissez-vous les PTOM, les «pays et territoires d’outre-mer», le degré le plus bas en matière d’enclave off shore intra muros européens, les PTOM sont des dépendances d’États membres de l’Union européenne (Danemark, France, Pays Bas et Royaume-Uni), dont ils ne font pas partie tout en gardant un lien d’association. Statut au combien flou donc, les PTOM français (Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Wallis-et-Futuna, Territoires français du Sud et de l’Antarctique, Mayotte et Saint-Pierre-et-Miquelon) et le Groenland, qui relève de la couronne danoise, font partie intégrante de leurs États respectifs, ce qui exclut, en règle générale, toute exception fiscale (quoiqu’il y a ait des droits autonomes qui puissent subsister), les PTOM néerlandais (Antilles néerlandaises: Bonaire, Curaçao, Saba, Sint Eustatius, Sint Maarten et Aruba) et Britanniques (Anguilla, les îles Caïmans, les îles Malouines, la Géorgie du Sud et les îles Sandwich du Sud, Montserrat, Pitcairn, Sainte-Hélène et ses dépendances, le Territoire britannique de l’Antarctique, le Territoire britannique de l’océan Indien, les îles Turks-et-Caicos, les îles Vierges britanniques et les Bermudes), en revanche, demeurent sous l’autorité de leur Couronne respective, mais sans faire partie du territoire national. Le traité de Rome de 1957 a accordé le statut d’associé à ces pays et territoires d’outre-mer. Bien que, dans les faits, Gibraltar constitue un PTOM britannique, ce territoire n’a pas fait l’objet, à sa demande, de la Décision d’association de l’outre-mer mettant en oeuvre la partie IV (Titre XXI) du Traité sur l’Union européenne. Cf. l’article 182, Journal officiel n°C 325 du 24 décembre 2002, du Traité instituant la Communauté européenne. Ledit article 182 permet d’augurer une liberté quasi totale, le cas échéant, pour les territoires concernés:

Article 182

Les États membres conviennent d’associer à la Communauté les pays et territoires non européens entretenant avec le Danemark, la France, les Pays-Bas et le Royaume-Uni des relations particulières. Ces pays et territoires, ci-après dénommés «pays et territoires», sont énumérés à la liste qui fait l’objet de l’annexe II du présent traité.

Le but de l’association est la promotion du développement économique et social des pays et territoires, et l’établissement de relations économiques étroites entre eux et la Communauté dans son ensemble.

Conformément aux principes énoncés dans le préambule du présent traité, l’association doit en premier lieu permettre de favoriser les intérêts des habitants de ces pays et territoires et leur prospérité, de manière à les conduire au développement économique, social et culturel qu’ils attendent.

Blanc-seing ! à discrétion des Etats concernés.

Dans le même goût on trouve encore les RUP, ou Régions Ultrapériphériques: La même chose, à savoir un chapelet d’îles, mais cette fois-ci sur territoire européen.
Le concept d’ultrapériphérie est de création récente. Ce statut de RUP a été institutionnalisé par le traité d’Amsterdam entré en vigueur le 1er mai 1999. Le Royaume-Uni n’est pas touché par ce statut, seulement la France, le Portugal et l’Espagne.

Contrairement aux PTOM, les RUP font partie intégrante de l’Union européenne. Il s’agit des DOM français (départements d’outre-mer: Guyane française, Guadeloupe, Martinique et La Réunion), des régions autonomes portugaises (Açores et Madère), ainsi que des îles Canaries appartenant à l’Espagne.

Mais, là encore, rien de franchement folichon en terme de “fiscalité sauvage”…

Toute la complexité du nouveau droit européen ne pouvait suffire à étancher des siècles de circonvolutions coloniales, voici devant vos yeux ébahis, énième exception au droit unanime européen, les TS, Territoires Spécifiques, plus intéressants déjà, échappant de même aux PTOM comme aux RUP: Pour le Royaume-Uni, les îles Anglo-Normandes de Jersey et de Guernesey et l’île de Man, possessions de la «Couronne britannique» et non du gouvernement; pour le Danemark, les îles Féroé, pour la France, les îles Éparses (Bassas da India, Europa, îles Glorieuses, Juan de Nova et Tromelin) dans l’océan Indien.

Et ce n’est pas fini, au-delà des TS, au-delà même de toute dénomination, des litanies d’îles lointaines et d’enclaves aberrantes, territoires nationaux mais non européens, petite Suisse de fortune, c’est le cas de le dire, exemptes de TVA, étrangères mêmes, certaines, au droit postal européen: Liquidons les exemples connus que sont Andorre, Monaco, Saint Marin et Luxembourg, buanderie générale de cette partie du monde, états européens à part entière, battant euro, payant tribut, mais au bénéfice d’exceptions gracieuses, fiscalité nullle, secret bancaire, qu’on prend bien soin de leur pardonner pendant qu’on les reproche à la Suisse… et encore les privautés zougoises et obwaldiennes, émanations directes de la volonté souveraine d’un peuple encore libre, sont-elles bien loin de ce qui se “commet”, toujours selon l’optique Montebourgeoise, à Monaco ou à Andorre.

Notons encore le Liechtenstein, qui se confine à l’EEE, quoique membre de l’UE et tient dur comme fer à son union douanière avec la Suisse, ce qui en fait, économiquement parlant, rien moins qu’un canton confédéré, battant fièrement couleurs du franc suisse sur le champ de bataille furieux des bourses mondiales. La principauté n’est de loin pas seule, citons les enclaves italienne et allemande, toutes deux en territoire helvétique, de Campione d’Italia et Büsingen, confettis germains et cisalpins, off shore autant que faire se peut, anomalies discrètes, abattant franc suisse dans leurs imposants casinos, et nettoyant les milliards avec la même dextérité que le banquier genevois le plus acharné. Ces dernières qualifications concernent plus volontiers Campione d’Italia, Büsingen, petit coin de Suisse allemande égarée, sage et proprette, cultive plus volontiers le bouton de géranium que le jeton de casino, il n’y en a d’ailleurs pas dans l’enclave qui ne fait, pour l’heure, pas office de paradis fiscal, n’empêche que, légalement, tout y est…

A la frontière suisse l’Italie compte encore la commune alpestre de Livigno, un vieux droit qui a survécu, en mer du Nord, l’Allemagne tient la petite île d’Helgoland; et encore pour l’Italie, vous fait-on grâce des Etats du Vatican et de l’Ordre de Malte. L’Espagne n’est pas en reste avec ses enclaves marocaines de Ceuta et Mellila, cela sans parler des Canaries, Le Portugal a sûrement quelque chose à se mettre sous la dent, La Grèce a le Mont Athos, la Finlande les îles Aland etc.

C’est à n’en pas douter dans cette catégorie que Gibraltar veut voir son avenir et encore ne sait-on rien des îles Gotland (Suède), Reichenau (Allemagne) et Jan Mayen (Norvège), qui jadis bénéficièrent de droits propres, des possessions arctiques et antarctiques, des réserves laponnes, des bancs de Rockall ou de l’enclave russe de Kaliningrad ainsi que de la constellation de petites enclaves, zones franches et autant de cahutes à alcool et cigarettes qui ne demandent qu’à se changer en buanderies fiscales et en supermarchés des jeux de hasard.

En érigeant son immense rempart, la forteresse européenne avait prévu tout un appareil de meurtrières, les mêmes qui, tout en autorisant l’évasion, devaient permettre de tirer à vue sur la concurrence.

L’Europe, la Suisse, c’est kif kif bourricot, seulement nous bossons mieux et nous sommes dans la place depuis plus longtemps. Montebourg n’est qu’un valet de ce système qui fait feu fort laborieusement de ses maigres talents pour tenter de nous voler quelques poignées de trop maigres clients, pour ne pas dire transfuges. Sans méchante ironie, ce n’est pas le ségolisme qui va faire sauter la banque… amateurs !

Illustration: La frontière Helvético-italienne de Campione d’Italia.

Le conseiller VAN RUYMBECKE est vraiment sourd et aveugle: pourquoi????