Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

mardi 22 mai 2007

MARIE-THERESE BERGER et les ELECTIONS LEGISLATIVES en SAVOIE


Madame Marie-THERESE BERGER se présente aux élections législatives eClic sur l'affiche pour l'agrandir.n SAVOIE, dans la 2ème circonscription. Vous pouvez lire son programme un peu plus bas sur un autre texte. Vous verrez c'est un très bon programme.

mercredi 16 mai 2007

NICOLAS SARKÖSY de NAGY-BOCSA et le COUP D'ETAT du 16 MAI 2007

SARKOSY et le COUP D’ETAT DU 16 MAI 2007.

L’ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer vous donne le coup d’ETAT de NICOLAS SARKÖSY de NAGY-BOCSA en date du mercredi 16 mai 2007.
En quoi consiste ce coup d’état ?
Simple comme SARKOSY : la date limite des inscriptions pour les élections législatives est fixée au vendredi 18 mai 2007 à 18h.
Nous sommes le mercredi 16 mai 2007 à 18h. Toutes les préfectures et les mairies sont fermées jusqu’au lundi 21 mai 2007.
Donc il est impossible de déposer les dossiers de candidature aux dites élections et de demander aux maires les attestations d’inscription sur les listes électorales. Sauf les mis dans le coup de l’UMP, personne ne peut plus s’inscrire dans les préfectures.
SARKÖSY DE NAGY-BOCSA a réussi un coup d’état, car seul les initiés ont pu s’inscrire, donc seul des inscrits UMP et quelques traites du PS ont pu s’inscrire.
Nous pouvons lutter contre ce coup d’état par l’intelligence ou par la force.
« Aux armes citoyens » chantait le SARKO, prenons donc les armes comme la CONSTITUTION de 1958 nous le permet.
En SAVOIE, les Résistants se sont réunis au Plateau des Glières pour lutter contre SARKÖSY de NAGY-BOCSA, plus de 1500hommes armés comme un porte-avion ! Je vous rappelle que la SAVOIE s’est libérée toute seule contre le boche et les collabos, tel que GEORGES PAYOT de la parenté d’HERVE GAYMARD.
La Résistance s’organise, venez rejoindre le CAPITAINE FREDERIC BERGER, rédacteur en chef de l’ECHO des MONTAGNES, en SAVOIE.
Ecoutez : »Ami entends-tu le bruit sourd du peuple qu’on enchaîne…. ».
Ce message est un cri d’alarme, écoutez ce cri, si vous êtes courageux sur : http://epagnol.over-blog.com
Et sur
http://echosdesmontagnes.blogspot.com
@mitiés montagnardes et résistantes au sarkozisme.
Capitaine Frédéric BERGER de la Résistance de SAVOIE

SARKOSY,GAYMARD HERVE et VINCENT ROLLAND




LA VALSE DE LA FAMILLE GAYMARD et de VINCENT ROLLAND.
L’Echo des Montagnes, journal indépendant, dans le légitime but de vous informer, vous livre la valse suivante :
Hervé Gaymard, le locataire le mieux logé de France grâce à l’argent des contribuables et son épouse Clara Gaymard sont mélomanes et aiment valser avec l’argent de nos impôts !
En effet Clara Gaymard était la Présidente de l’Agence Française pour les Investissements Internationaux (AFII) et son goût pour les logements somptueux au frais de la princesse, en l’occurrence la République Française, n’est plus à démontrer ; preuve en est le luxueux hôtel particulier du VIIème arrondissement de Paris qui servait de siège social à l’AFII : montant du loyer 1,3 million d’euros par an soit 8,5 millions de francs ! Qui dit mieux lorsque le père de ses enfants non SDF déclarait au ministère de l’Economie : »il faut réduire le train de vie de l’Etat ». Normal comme cela les Gaymard valsent mieux avec nos sous….
QUESTION à un euro :
« Une part non négligeable de ce budget aussi inutile que faramineux serait-il allé, précisément, à GENERAL ELECTRIC EUROPE « ?????
De plus HERVE GAYMARD avec son complice VINCENT ROLLAND ont pris comme slogan de campagne pour les élections législatives en SAVOIE : « l’amour du pays, une énergie nouvelle », car il ose se représenter, Hervé. Où est l’honneur ?
Pour l’ »amour du pays » rappelons-nous les héros de la résistance, fauchés à 18 ans par les rafales nazies, car dénoncés par » les collabos » à la Milice et à l’occupant, notammentpar GEORGES PAYOT de BOURG SAINT MAURICE, de la parenté avec la famille de notre Hervé ! Heureusement qu’un des héros de la Résistance dénommé « la Vapeur » a fait justice contre le « collabo » George PAYOT.

Pour « l’énergie nouvelle » nous nous penchons sur ce problème, en analysant le cas de VINCENT ROLLAND, député de la SAVOIE, qui a menti pour sa déclaration de patrimoine. En effet le député Vincent ROLLAND a omis ses jetons de présence qui rapportent gros dans les sociétés de COURCHEVEL et notamment celle dénommée
« PRALOGNAN LABELLEMONTAGNE » dont le représentant est VINCENT ROLLAND qui est aussi administrateur de la société SAVOIE STATION SA, dont le siège social est à l’Hôtel du Département de la SAVOIE. La société « PRALOGNAN LABELLEMONTAGNE » par souci de transparence de notre député VINCENT ROLLAND a été montée juridiquement par une société d’avocats, non pas savoyarde, mais du barreau d’EPINAL. Pour mieux camoufler les magouilles ????
Que dire des sociétés Courcheneige, DIANEIGE, Etoile des NEIGES, Chalets du Cachemire, Chalets des 3 Vallées, Immobilière FAURE S.A., Chalet de PIERRE dont le CONSEIL GENERAL de SAVOIE a perdu au tribunal et doit remboursé WELMA PACHOT ( son mari PIERRE s’est suicidé), de la retenue collinaire de Courchevel véritable épée de Damoclès pour les habitants de la Vallée, de la société Axe et D.M. ROBERT DUNOYER, et des ventes de terrain à l’AGA KAHN pour 22 millions d’euros ???????
ECHO des MONTAGNES : ISSN N° 129906769-ISBN 22191
Adresses sur internet pour en apprendre encore plus :
http:// membres.lycos.fr/echosdesmontagnes et http://schember.ifrance.com
Et http://echosdesmontagnes.blogspot.com et http://lavapeur.over-blog.com.
Ne pas jeter sur la voie romaine.

mardi 15 mai 2007

SARKOSY et BRETON SONT DES MENTEURS





eLe gouvernement français est intervenu auprès des administrateurs d'EADS afin d'obtenir le versement d'une indemnité de départ de 8,5 millions d'euros à l'ancien patron d'Airbus Noël Forgeard, affirme mardi le coprésident allemand d'EADS dans un entretien. "Ce qui est exact, c'est que le gouvernement français nous a d'une certaine manière forcé la main", a-t-il dit au Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Forgeard, co-président exécutif d'EADS jusqu'en juillet 2006, a dû démissionner de la maison-mère d'Airbus après l'annonce de retards de livraison du très gros porteur A380. Le conseil d'administration du groupe de défense et d'aérospatial européen a décidé de lui verser un "parachute doré". Mais cette décision, assure Enders, n'a été adoptée après l'intense travail de lobbying de l'exécutif français. "L'histoire de M. Forgeard chez EADS, c'est celle de l'Etat français qui a exercé une très forte influence sur EADS du début à la fin", poursuit Enders.

L'Etat français est présent au capital d'EADS à hauteur de 15% via une société, la Sogeade, représentée au conseil d'administration d'EADS par le groupe Lagardère. Cet épisode apporte la preuve, estime Enders, que les Etats n'ont pas leur place dans la direction des entreprises.

Le "parachute doré" de Forgeard s'est transformé en un sujet de polémique durant la campagne présidentielle française, alors que l'avionneur européen s'apprête à supprimer 10 000 emplois dans le cadre de sa restructuration. En avril, le ministre de l'Economie, Thierry Breton, a démenti être intervenu auprès des administrateurs d'EADS dans l'affaire Forgeard.

THERESE et les ELECTIONS LEGISLATIVES en SAVOIE



Madame MARIE-THERESE BERGER a l’honneur de porter à votre connaissance sa candidature à l’élection législative des 10 juin et 17 juin 2007, en SAVOIE dans la 2ème circonscription.
Madame MARIE-THERESE BERGER est une habituée de cette élection, en effet elle s’est déjà présentée en 1997.
Dans son programme figure les convictions profondes suivantes :
--Non à l’euthanasie, conviction reprise par le Pape BENOIT XVI.
--Réviser les pensions à la hausse ainsi que le SMIC à 2000 euros et donner un « toit à chacun », ce qui est un droit fondamental.
--Interdire les expropriations et rétablir la liberté d’expression.
--Un seul mandat par élu et non payé, tout en conservant son métier.
--Maintenir les petites exploitations agricoles ; les ouvriers et les salariés ont le droit de travailler comme ils veulent, avec un salaire minimum de 2 000euros net par mois et paiement des heures supplémentaires.
Pour la SAVOIE, il faut être vigilant car actuellement tout va mal dans la 2ème circonscription. Il ne faut plus qu’il y ait des communes favorisées et d’autres délaissées, notamment pour les routes, les bureaux de postes, les investissements de l’O.P.A.C, pour les services médicaux, ne pas laisser fermer nos usines ; halte à l’expropriation des agriculteurs au profit de l’investissement immobilier qui favorise la S.A.S et certains élus.
Mettre un terme définitif au projet de bassin d’alimentation en eau douce pour l’enneigement artificiel de la commune de SAINT-BON-COURCHEVEL. En effet ce bassin présente un danger pour les riverains de BOZEL à BRIDES-LES-BAINS. Ce bassin est situé sur une zone à risque de tremblement de terre qui s’est déjà produit récemment à LA TANIA le 3 janvier 2007, à BOZEL le 26 décembre 2006 !
Pour notre santé et celle des générations futures, NON aux OGM et lutte contre les dioxines de l’incinérateur d’ALBERTVILLE et de toutes formes d’incinérations des déchets.
Favoriser le développement de la SAVOIE :
--POUR LE MONDE AGRICOLE : distribuer équitablement les primes à la friche, revaloriser le prix du litre de lait et laisser libre l’agriculteur de ses choix, notamment pour la vente de son exploitation sans que les communes préemptent pour faire des plus-values immobilières et pour la vente de leur produit.
N’oublions pas que les agriculteurs sont les meilleurs protecteurs de l’environnement, notamment contre les avalanches.
-- POUR LE MONDE INDUSTRIEL: Interdire les délocalisations de nos usines qui sont performantes et compétitives avec des ouvriers hautement spécialisés.
--POUR LES COMMERCANTS : Pour les P.M.E revaloriser l’apprentissage et le bon vieux C.A.P, pour lutter contre le chômage et la délinquance. Pour les commerçants ne plus créer de grandes surfaces qui tuent le petit commerce.
--Pour le TOURISME : Constat le tourisme en SAVOIE est en fort déclin pour cause : La S.A.S entreprend trop de travaux au moment des vacances faisant ainsi fuir la clientèle qui recherche le calme. La SAVOIE est trop chère pour les services et prestations rendues. Donc améliorer ces services et prestations notamment par l’effort de l’apprentissage des langues à l’école, en rendant les routes carrossables et éviter les dos d’âne qui abîment les voitures, arrêter de défigurer la nature, ne plus construire des résidences de tourisme en zone d’avalanches et de favoriser la promotion de la SAVOIE dans le monde entier (non pas seulement quelques stations riches et préférées des élus) !
-- Stopper immédiatement le projet du tunnel d’AIGUEBLANCHE à MOUTIERS, qui ruinerait économiquement la ville de MOUTIERS.
-- Favoriser le logement des SAVOYARDES et des SAVOYARDS dans toute la SAVOIE et pas seulement dans les stations.

Marie-Thérèse BERGER est proche de vous, à votre écoute, compétente et souriante. Elle saura faire remonter les dossiers auprès des grandes administrations et à l’Assemblée Nationale où elle vous représentera efficacement.
Son slogan « la VOIX du PEUPLE » se fera entendre dans toute la France pour vous servir, si vous le voulez bien, car « ensemble » nous serons plus forts et plus heureux.


Vous êtes au « centre » de mes préoccupations,
Vous êtes au « centre » de mon action.
VOTEZ MARIE-THERESE BERGER

BLOG :http://theresecarmen.blogspot.com

lundi 14 mai 2007

SARKOSY ET LA CENSURE de la PRESSE.


n article du Journal du dimanche révélant que Cécilia Sarkozy n'aurait pas voté lors du second tour de la présidentielle aurait été censuré par l'actionnaire de référence de l'hebdomadaire, le groupe Lagardère, selon une information parue sur le site Internet Rue89.

La garde rapprochée de Sarkozy serait intervenue
Le directeur de la rédaction du JDD Jacques Espérandieu a confirmé qu'un article avait bien été en préparation sur l'absence de vote de Cécilia Sarkozy, mais qu'il avait décidé seul de ne pas le publier. "Selon nos informations, le Journal du dimanche a renoncé à publier un article racontant comment Nicolas et Cécilia Sarkozy avaient passé leur dernier dimanche, le 6 mai, jour du second tour", lit-on sur le site Rue89 fondé par d'anciens journalistes de Libération. Selon eux, leurs confrères du JDD auraient "découvert", en consultant le registre du bureau de vote où était inscrite Cécilia Sarkozy que l'épouse du candidat de l'UMP "n'avait pas voté".

Le directeur de la rédaction de l'hebdomadaire dominical a alors demandé à ses journalistes samedi, veille de la parution du journal, d'appeler Cécilia Sarkozy avant de publier l'information, indiquent les rédacteurs de Rue89. Cécilia Sarkozy n'a pas voulu faire de commentaire, ajoute le site Internet. "A la suite de quoi, plusieurs membres de la garde rapprochée de Nicolas Sarkozy seraient intervenus", affirme Rue89 qui cite notamment Claude Guéant, le directeur de campagne de Nicolas Sarkozy, et Franck Louvrier, son responsable de la communication. "Finalement, Arnaud Lagardère, patron du groupe Lagardère, a exigé que l'article soit remis dans un tiroir", affirme Rue89.

"Je n'ai reçu aucun ordre d'Arnaud Lagardère. J'assume totalement la décision qui a été prise par moi en mon âme et conscience. J'ai découvert samedi matin qu'il y avait un papier prévu sur le vote ou l'absence de vote de Cécilia Sarkozy. J'ai donc dit OK. Simplement, je voulais que Cécilia Sarkozy soit prévenue et qu'elle commente son absence de vote ou son vote, en tout cas qu'on l'aie au téléphone sur cette affaire", a déclaré Jacques Espérandieu.

"Je n'ai eu d'ordres de quiconque"
"L'après-midi, on m'a annoncé que ça n'avait pas été possible d'avoir Cécilia Sarkozy. J'ai lu le papier qui indiquait effectivement qu'elle n'avait pas voté, (...) Je n'étais pas totalement enthousiaste à l'idée de passer ce papier. Je l'aurais fait si elle avait réagi. Quand j'ai vu qu'elle n'avait pas réagi, j'ai décidé de ne pas le passer." Jacques Espérandieu dit aussi avoir consulté par téléphone "un certain nombre de gens pour savoir ce qu'ils pensaient de tout ça : sphère privée, sphère personnelle" et que leur avis avait "contribué" à sa décision. "Ce n'est pas des gens de chez Sarkozy qui m'ont appelé pour donner des ordres. Je n'ai eu d'ordres de quiconque", assure-t-il.

Joint également par téléphone, l'entourage de Nicolas Sarkozy a démenti "totalement" que des collaborateurs du président élu "soient intervenus auprès du JDD pour empêcher la publication d'un quelconque papier". "C'est faux", a affirmé un proche collaborateur de Nicolas Sarkozy. Le groupe Lagardère n'a pu être joint.

Selon Rue89, l'article mis au rebut était illustré d'une photo de la liste d'émargement et mentionnait également "de vifs échanges" dans la soirée du 6 mai au sein du couple Sarkozy. Jacques Espérandieu dit ne pas avoir vu la photo mais être "sûr" de l'enquête de son journaliste. En revanche, il dément la mention dans l'article d'échanges orageux entre les époux Sarkozy. "Il n'y avait rien de tout ça dans le papier. L'article démontrait qu'elle n'avait pas voté", a dit le directeur de la rédaction du JDD. Cécilia Sarkozy n'avait pas accompagné Nicolas Sarkozy au bureau de vote de l'école maternelle Edith Gorce Franklin, sur l'île de la Jatte, le 6 mai contrairement à ce qui s'était produit au premier tour.

SARKOSY et ses amis aux parachutes dorés



La révélation du montant du "parachute doré" (8,5 millions d’euros) de l’ancien co-président d’EADS, Noël Forgeard, avait déclenché, on s’en souvient, un tollé médiatique. Un autre scandale du même genre se prépare avec le départ imminent de Jean-Paul Gut, le directeur général délégué du groupe aéronautique et maison-mère d 'Airbus , à son tour poussé vers la sortie. Car il réclamerait une indemnité encore plus grosse que celle de Forgeard : 12 millions d’euros au minimum ! Ce montant astronomique serait justifié juridiquement par son contrat et son ancienneté dans la maison. Il est en effet entré en 1983, à l’âge de 22 ans, chez Matra-Défense, la filiale du groupe Lagardère (MMB) qui a fusionné avec Aérospatiale en 2000 pour donner naissance à EADS (EAD).

Jean-Paul Gut, qui préside aujourd’hui EADS (EAD) International et a la haute main sur les contrats à l’exportation, n’a nullement démérité, mais les co-actionnaires allemands, qui n’ont jamais apprécié son esprit indépendant, réclament sa tête. Gut a longtemps été protégé par son ami d’enfance, Arnaud Lagardère (MMB) (dont le père, Jean-Luc, était son parrain), mais a fini par accepter de tirer sa révérence, compte tenu de la perte d’influence du groupe Lagardère (MMB), qui ne contrôle plus, depuis l’an dernier, que 7,5% d’EADS. Initialement prévu pour la fin du mois de mars, son départ traînait en longueur à cause de ce délicat problème d’indemnité. Mais une solution aurait été imaginée, visant à dissimuler son parachute en or massif et tenter d’éviter un nouveau scandale. Le fonds d'investissement de l'Etat du Qatar, QIA ( Qatar Investment Authority), qui contrôle un peu plus de 6% du capital d’EADS (et plus de 6% du groupe Lagardère (MMB)), embaucherait Jean-Paul Gut, en lui versant un "golden hello" (prime de bienvenue, très pratiquée aux Etats-Unis) d’au moins 12 millions d’euros. Du coup, l’indemnité de départ de Gut chez EADS (EAD) pourrait être tout à fait raisonnable.
LAGARDERE ARNAUD est ami de NICOLAS SARKÖSY DE NAGY-BOCSA.

vendredi 11 mai 2007

SARKOSY ET LE PROTESTANTISME

L'ECHO DES MONTAGNES,dans le légitime but de vous informer vous dit que SARKO va rétablir l'EDIT de NANTES.
En effet les "R.G.", police politique et de la pensée et maintenant du culte, héritiers et descendant du régime de Vichy, recense sur toute la FRANCE: les PROTESTANTS.

Les renseignements généraux seraient en train d'effectuer un recensement des mouvements évangéliques et des protestants.

evangeliques.jpgIl s’agirait donc d’un recensement et non plus d’une enquête. Comme la Fédération protestante de France (FPF) en avait fait part début avril, les renseignements généraux ont bel et bien lancé des investigations sur les Eglises évangéliques à travers tout l’Hexagone. Enquête ou recensement, quoi qu’il en soit, l’opération est en cours pour aboutir à une cartographie précise de la présence évangélique. (...)

Le président en exercice de la FPF, Jean-Arnold de Clermont, est monté immédiatement au créneau pour faire part de sa «consternation». Quelques jours plus tôt, il avait rencontré le ministre de l’Intérieur, François Baroin, sans qu’il ne soit question de l’opération des RG. (...)

L’instance de la rue de Clichy a été alertée par des remontées venues du terrain. Plusieurs pasteurs de l’Eglise réformée de France (ERF) ont été, en effet, contactés localement par les renseignements généraux. De fait, la FPF regrette de ne pas avoir été officiellement prévenue. (...)

Tant à la Fédération évangélique de France (FEF) qu’aux Assemblées de Dieu (ADD), les responsables affirment que les demandes d’informations ne sont pas nouvelles. « Il n’y a pas le feu », déclare à Réforme Michel Forey, président de la Fédération nationale des Eglises et Œuvres des Assemblées de Dieu de France (FNADF). « Les renseignements généraux nous contactent régulièrement, de loin en loin. » Reste qu’il existe une différence fondamentale cette fois-ci… Jusqu’à présent, les RG avaient « travaillé» au coup par coup. Cette fois-ci, il s’agit d’un recensement généralisé. (...)

De fait, la « question » évangélique est dans l’air du temps et préoccupe de plus en plus une partie de l’opinion publique. Cette inquiétude a été particulièrement alimentée, ces deux dernières années, par de nombreux articles de presse et des reportages télévisés dont certains ont provoqué la polémique. «On peut penser que les Eglises d’émigration, en particulier celles d’expression africaine, puissent être un sujet de préoccupation, estime Michel Forey. Mais est-ce suffisant ? » (...)

Plus récemment, l’attention s’est également portée sur une présence plus affirmée de missionnaires évangéliques étrangers dans les banlieues. L’évangélisation des populations musulmanes constitue, en effet, une priorité de certains milieux évangéliques conservateurs. A l’avenir, y aurait-il des risques de conflits intercommunautaires? Manifestement, les services de l’Etat veulent au moins pouvoir disposer d’informations au cas où....
A quand le port d'une étoile protestante???????????
L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous donne les noms des "maîtres du monde" ayant participé à leur dernière réunion à OTTAWA le 16 juin 2006:
Country/Code Honorary Chairman Informations
B Davignon, Etienne Vice Chairman, Suez-Tractebel
PNA Abu-Amr, Ziad Member of the Palestinian Legislative Council; President of the Palestinian Council on Foreign Relations; Professor of Political Science, Birzeit University
P Aguiar-Branco, José Pedro Former Minister of Justice; Member of Parliament (PSD)
CH Aigrain, Jacques CEO, Swiss Re
USA Ajami Fouad Director, Middle East Studies Program, The Paul H. Nitze School of Advanced International Studies, The Johns Hopkins University
GR Alogoskoufis, George Minister of Economy and Finance
TR Baġiş, Egemen Member of Parliament; Foreign Policy Advisor to the Prime Minister
GB Balls, Edward Economic Secretary to the Treasury
P Balsemão, Francisco Pinto Chairman and CEO, IMPRESA, S.G.P.S.; Former Prime Minister
F Barnier, Michel Former Minister of Foreign Affairs; Corporate Vice-President Mérieux Alliance
A Bartenstein, Martin Minister of Economics and Labour
I Bernabè, Franco Vice Chairman, Rothschild Europe
S Bildt, Carl Former Prime Minister
TR Boyner, Ümit N. Member of the Executive Board, Boyner Holding
F Bressand, Albert Professor and Managing Director designate, Center for Energy, Marine Transporation and Public Policy, School of International and Public Affairs, Columbia University
A Bronner, Oscar Publisher and Editor, Der Standard
GB Browne, John Group Chief Executive, BP plc
B Burda, Hubert Publisher and CEO, Hubert Burda Media Holding GmbH & Co. KG
F Castries, Henri de Chairman of the Management Board and CEO, AXA
E Cebrián, Juan Luis CEO, PRISA
IRQ Chalabi, Ahmad Former Deputy Prime Minister
CDN Clark, Edmund President and CEO, TD Bank Financial Group
GB Clarke, Kenneth Member of Parliament
USA Collins, Timothy C. Senior Managing Director and CEO, Ripplewood Holding, LLC
F Collomb Bertrand Chairman, Lafarge
CDN Comper, Tony President and CEO, BMO Financial Group
CDN Crawley, Phillip Publisher and CEO, The Globe and Mail
GR David, George A. Chairman, Coca-Cola H.B.C S.A.
INT Derviş, Kemal Administrator, UNDP
F Descoing, Richard Director, Institut d’Études Politiques
CDN Desmarais, Jr., Paul CEO, Power Corporation
F Devedjian, Patrick Member of Parliament
USA Donilon, Thomas E. Parnet, O’Melveny & Myers LLP
D Döpfner, Mathias Chairman of the Board of Management, Axel Springer AG
DK Eldrup, Anders President, DONG A/S
I Elkann, John Vice Chairman, Fiat S.p.A.
USA Feldstein, Martin S. President and CEO, National Bureau of Economic Research
USA Geithner, Timothy F. President and CEO, Federal Reserve Bank of New York
USA Gigot, Paul A. Editor of the Editorial Page, The Wall Street Journal
ISR Gilady, Eival Head of Coordination and Strategy at the Office of the Prime Minister
IRL Gleeson, Dermot Chairman, AIB Group
B Goldschmidt, Pierre Former IAEA Deputy Director General and Former Head of the Departement of Safeguards; Visiting Scholar, Carnegie Endowment for International Peace
A Gusenbauer, Alfred Parliamentary Leader SPÖ
NL Halberstadt, Victor Professor of Economics, Leiden University; Former Honorary Secretary General of Bilderberg Meetings
B Hansen, Jean-Pierre CEO, Suez-Tractebel S.A.
FIN Heinäluoma, Eero Minister of Finance
USA Holbrooke, Richard C. Vice Chairman, Perseus, LLC
USA Hubbard, Allan B Assistant to the President for Economic Policy, Director National Economic Council
N Jensen, Siv Member of Parliament
D Joffe, Josef Publisher-Editor, Die Zeit
USA Johnson, James A. Vice Chairman, Perseus, LLC
USA Jordan, Jr., Vernon E. Senior Managing Director, Lazard Frères & Co. LLC
GB Kaletsky, Anatole Editor at Large, The Times
F Kerdrel, Yves de Editor, Le Figaro
GB Kerr of Kinlochard, John Deputy Chairman, Royal Dutch Shell pic
USA Kimsey, James V. Founding CEO and Chairman Emeritus, America Online, Inc.
USA Kissinger, Henry A. Chairman, Kissinger Associates
NL Kleisterlee, Gerard J. President and CEO, Royal Philips Electronics
TR Koç, Mustafa V. Chairman, Koç Holding A.S.
TR Köprülü, Kemal Founding Chairman, ARI Movement
FIN Korkman, Sixten Managing Director, The Research Institute of the Finnish Economy ETLA and Finish Business and Policy Form EVA
TR Koru, Fehmi Senior Writer, Yeni Safak
CDN Koss, Johann O. President and CEO, Right to Play
USA Kravis, Henry R. Founding Partner, Kohlberg Kravis Roberts & Co.
USA Kravis, Marie-Josée Senior Fellow, Hudson Institute, Inc.
INT Kroes, Neelie Commissionner, European Commission
INT Kronenburg, Ed Director of the Private Office, NATO Headquarters
CH Kudelski, André Chairman of the Board and CEO, Kudelski Group
F Lauvergeon, Anne Chairman of the Executive Board, AREVA
E León Gross, Bernardino Secretary of State, Ministry of Foreign Affairs
B Lippens, Maurice Chairman, FORTIS
CDN Lloyd, Ronald S. Chairman and CEO, Credit Suisse First Boston
USA Luti, William J. Special Assistant to the President for Defense Policy and Strategy, National Security Council
USA Mathews, Jessica T. President, Carnegie Endowment for International Peace
CDN McKenna, Frank Deputy Chair, Toronto Dominion Bank Financial Group
USA Medish, Marc C. Partner, Akin Gump Strauss Hauer & Feld LLP
F Montbrial, Thierry de President, French Institute for International Relations
INT Monti, Mario President, Universita Commerciale Luigi Bocconi
USA Mundie, Craig J. Chief Technical Officer Advanced Strategies and Policy, Microsoft Corporation
N Myklebus, Egil Chairman of the Board of Directors SAS, Norsk Hydro ASA
D Nass, Matthias Deputy Editor, Die Zeit
NL
Country/Code Honorary Chairman Informations
B Davignon, Etienne Vice Chairman, Suez-Tractebel
PNA Abu-Amr, Ziad Member of the Palestinian Legislative Council; President of the Palestinian Council on Foreign Relations; Professor of Political Science, Birzeit University
P Aguiar-Branco, José Pedro Former Minister of Justice; Member of Parliament (PSD)
CH Aigrain, Jacques CEO, Swiss Re
USA Ajami Fouad Director, Middle East Studies Program, The Paul H. Nitze School of Advanced International Studies, The Johns Hopkins University
GR Alogoskoufis, George Minister of Economy and Finance
TR Baġiş, Egemen Member of Parliament; Foreign Policy Advisor to the Prime Minister
GB Balls, Edward Economic Secretary to the Treasury
P Balsemão, Francisco Pinto Chairman and CEO, IMPRESA, S.G.P.S.; Former Prime Minister
F Barnier, Michel Former Minister of Foreign Affairs; Corporate Vice-President Mérieux Alliance
A Bartenstein, Martin Minister of Economics and Labour
I Bernabè, Franco Vice Chairman, Rothschild Europe
S Bildt, Carl Former Prime Minister
TR Boyner, Ümit N. Member of the Executive Board, Boyner Holding
F Bressand, Albert Professor and Managing Director designate, Center for Energy, Marine Transporation and Public Policy, School of International and Public Affairs, Columbia University
A Bronner, Oscar Publisher and Editor, Der Standard
GB Browne, John Group Chief Executive, BP plc
B Burda, Hubert Publisher and CEO, Hubert Burda Media Holding GmbH & Co. KG
F Castries, Henri de Chairman of the Management Board and CEO, AXA
E Cebrián, Juan Luis CEO, PRISA
IRQ Chalabi, Ahmad Former Deputy Prime Minister
CDN Clark, Edmund President and CEO, TD Bank Financial Group
GB Clarke, Kenneth Member of Parliament
USA Collins, Timothy C. Senior Managing Director and CEO, Ripplewood Holding, LLC
F Collomb Bertrand Chairman, Lafarge
CDN Comper, Tony President and CEO, BMO Financial Group
CDN Crawley, Phillip Publisher and CEO, The Globe and Mail
GR David, George A. Chairman, Coca-Cola H.B.C S.A.
INT Derviş, Kemal Administrator, UNDP
F Descoing, Richard Director, Institut d’Études Politiques
CDN Desmarais, Jr., Paul CEO, Power Corporation
F Devedjian, Patrick Member of Parliament
USA Donilon, Thomas E. Parnet, O’Melveny & Myers LLP
D Döpfner, Mathias Chairman of the Board of Management, Axel Springer AG
DK Eldrup, Anders President, DONG A/S
I Elkann, John Vice Chairman, Fiat S.p.A.
USA Feldstein, Martin S. President and CEO, National Bureau of Economic Research
USA Geithner, Timothy F. President and CEO, Federal Reserve Bank of New York
USA Gigot, Paul A. Editor of the Editorial Page, The Wall Street Journal
ISR Gilady, Eival Head of Coordination and Strategy at the Office of the Prime Minister
IRL Gleeson, Dermot Chairman, AIB Group
B Goldschmidt, Pierre Former IAEA Deputy Director General and Former Head of the Departement of Safeguards; Visiting Scholar, Carnegie Endowment for International Peace
A Gusenbauer, Alfred Parliamentary Leader SPÖ
NL Halberstadt, Victor Professor of Economics, Leiden University; Former Honorary Secretary General of Bilderberg Meetings
B Hansen, Jean-Pierre CEO, Suez-Tractebel S.A.
FIN Heinäluoma, Eero Minister of Finance
USA Holbrooke, Richard C. Vice Chairman, Perseus, LLC
USA Hubbard, Allan B Assistant to the President for Economic Policy, Director National Economic Council
N Jensen, Siv Member of Parliament
D Joffe, Josef Publisher-Editor, Die Zeit
USA Johnson, James A. Vice Chairman, Perseus, LLC
USA Jordan, Jr., Vernon E. Senior Managing Director, Lazard Frères & Co. LLC
GB Kaletsky, Anatole Editor at Large, The Times
F Kerdrel, Yves de Editor, Le Figaro
GB Kerr of Kinlochard, John Deputy Chairman, Royal Dutch Shell pic
USA Kimsey, James V. Founding CEO and Chairman Emeritus, America Online, Inc.
USA Kissinger, Henry A. Chairman, Kissinger Associates
NL Kleisterlee, Gerard J. President and CEO, Royal Philips Electronics
TR Koç, Mustafa V. Chairman, Koç Holding A.S.
TR Köprülü, Kemal Founding Chairman, ARI Movement
FIN Korkman, Sixten Managing Director, The Research Institute of the Finnish Economy ETLA and Finish Business and Policy Form EVA
TR Koru, Fehmi Senior Writer, Yeni Safak
CDN Koss, Johann O. President and CEO, Right to Play
USA Kravis, Henry R. Founding Partner, Kohlberg Kravis Roberts & Co.
USA Kravis, Marie-Josée Senior Fellow, Hudson Institute, Inc.
INT Kroes, Neelie Commissionner, European Commission
INT Kronenburg, Ed Director of the Private Office, NATO Headquarters
CH Kudelski, André Chairman of the Board and CEO, Kudelski Group
F Lauvergeon, Anne Chairman of the Executive Board, AREVA
E León Gross, Bernardino Secretary of State, Ministry of Foreign Affairs
B Lippens, Maurice Chairman, FORTIS
CDN Lloyd, Ronald S. Chairman and CEO, Credit Suisse First Boston
USA Luti, William J. Special Assistant to the President for Defense Policy and Strategy, National Security Council
USA Mathews, Jessica T. President, Carnegie Endowment for International Peace
CDN McKenna, Frank Deputy Chair, Toronto Dominion Bank Financial Group
USA Medish, Marc C. Partner, Akin Gump Strauss Hauer & Feld LLP
F Montbrial, Thierry de President, French Institute for International Relations
INT Monti, Mario President, Universita Commerciale Luigi Bocconi
USA Mundie, Craig J. Chief Technical Officer Advanced Strategies and Policy, Microsoft Corporation
N Myklebus, Egil Chairman of the Board of Directors SAS, Norsk Hydro ASA
D Nass, Matthias Deputy Editor, Die Zeit
NL Queen Beatrix H.M. the Queen of The Netherlands
CDN Nickerson, Ken iBinary Corp
CDN Nixon, Gordon President and CEO, Royal Bank of Canada
N Norvik, Harald Chairman & Partner, ECON Management AS
IRL O’Brien, Denis Chairman, Communicorp Group Ltd.
PL Olechowski, Andrzej Leader Civic Platform
FIN Ollila, Jorma Chairman, Royal Dutch Shell pic
GB Osborne, George Shadow Chancellor of the Exchequer
TR Özel, Soli Professor of International Relations and Political Science, Istanbul Bilgi University
I Padoa-Schioppa, Tommaso Minister of Finance
USA Pataki, George E. Governor of New York State
USA Pearlstine, Norman Senior Advisor, Time Warner Inc.
USA Pei, Minxin Director , Carnegie Endowment for International Peace
USA Perle, Richard N. Resident Fellow, American Enterprise Institute for Public Policy Research
D Pflüger, Friedbert State Secretary of Defence
INT Piebalgs, Andris Commissioner, European Commission
F Pinault, François-Henri President, Artemis; Chairman and CEO, PPR Group
CDN Prichard, J. Robert S. President, Torstar Corporation
USA Rattner, Steven Managing Principal, Quadrangle Group LLC
S Reinfeldt, Fredrik Chairman Conservative Party
CDN Reisman, Heather Chair and CEO, Indigo Books & Music Inc.
USA Rockefeller, David Former Member, JP Morgan International Council
E Rodriguez Inciarte, Matías Executive Chairman, Grupo Santander, Ciudad Grupo Santander
USA Ross, Dennis B. Director, Washington Institute for Near East Policy
F Roy, Olivier Senior Researcher, French National Center for Scientific Research
USA Roy, J. Stapleton Managing Director, Kissinger Associates, Inc.
USA Sadjapour, Karim Analyst, International Crisis Group
USA Sant, Roger Co-Founder and Chairman Emeritus, The AES Corporation The Summit Foundation
IRN Sariolghalam, Mahmood Associate Professor of International Relations, School of Economic and Politial Sciences, National University of Iran (Shanid Beheshti)
I Scaroni, Paolo CEO, Eni S.p.A.
D Schily, Otto Former Minister of Interior Affairs; Member of Parliament; Member of the Committee on Foreign Affairs
A Scholten, Rudolf Member of the Board of Executive Directors, Oesterreichische Kontrollbank AG
D Schrempp, Jürgen E. Former Chairman of the Board of Management, DaimlerChrysler AG
D Schulz, Ekkchard D. Chairman, ThyssenKrupp AG
DK Seidenfaden, Tøger Executive Editor-in-Chief, Politiken
P Silva, Augusto Santos Minister of Parliamentary Affairs
USA Steinberg, James B. Dean, Lyndon B. Johnson School of Public Affairs, University of Texas
S Stråberg, Hans President and CEO, AB Electrolux
IRL Sutherland, Peter D. Chairman, BP plc and Chairman, Goldman Sachs International
I Tremonti, Giulio Vice President of the Chamber of Deputies
GR Tsoukalis, Loukas President, Hellenic Foundation for European and Foreign Policy (ELIAMEP)
NL Verhagen, Maxime J.M. Parliamentary Leader, Christian Democratic Appeal (CDA)
S Wallenberg, Jacob Chairman, Investor AB
CDN Waugh, Richard E. President and CEO, Bank of Nova Scotia
NL Wellink, A.H.E.M. President, De Nederlandsche Bank
GB Wolf, Martin H. Associate Editor and Economics Commentator, The Financial Times
USA Wolfensohn, James D. Special Envoy for the Gaza Disengagment
USA Zelikow, Philip D. Counselor of the Department, US Department of State
CHN Zhang, Yi Deputy Secretary General, China Society for Strategy and Management Research
USA Zoellick, Robert B. Deputy Secretary of State
D Zumwinkel, Klaus Chairman of the Board of Management, Deutsche Post AG
Queen Beatrix H.M. the Queen of The Netherlands
CDN Nickerson, Ken iBinary Corp
CDN Nixon, Gordon President and CEO, Royal Bank of Canada
N Norvik, Harald Chairman & Partner, ECON Management AS
IRL O’Brien, Denis Chairman, Communicorp Group Ltd.
PL Olechowski, Andrzej Leader Civic Platform
FIN Ollila, Jorma Chairman, Royal Dutch Shell pic
GB Osborne, George Shadow Chancellor of the Exchequer
TR Özel, Soli Professor of International Relations and Political Science, Istanbul Bilgi University
I Padoa-Schioppa, Tommaso Minister of Finance
USA Pataki, George E. Governor of New York State
USA Pearlstine, Norman Senior Advisor, Time Warner Inc.
USA Pei, Minxin Director , Carnegie Endowment for International Peace
USA Perle, Richard N. Resident Fellow, American Enterprise Institute for Public Policy Research
D Pflüger, Friedbert State Secretary of Defence
INT Piebalgs, Andris Commissioner, European Commission
F Pinault, François-Henri President, Artemis; Chairman and CEO, PPR Group
CDN Prichard, J. Robert S. President, Torstar Corporation
USA Rattner, Steven Managing Principal, Quadrangle Group LLC
S Reinfeldt, Fredrik Chairman Conservative Party
CDN Reisman, Heather Chair and CEO, Indigo Books & Music Inc.
USA Rockefeller, David Former Member, JP Morgan International Council
E Rodriguez Inciarte, Matías Executive Chairman, Grupo Santander, Ciudad Grupo Santander
USA Ross, Dennis B. Director, Washington Institute for Near East Policy
F Roy, Olivier Senior Researcher, French National Center for Scientific Research
USA Roy, J. Stapleton Managing Director, Kissinger Associates, Inc.
USA Sadjapour, Karim Analyst, International Crisis Group
USA Sant, Roger Co-Founder and Chairman Emeritus, The AES Corporation The Summit Foundation
IRN Sariolghalam, Mahmood Associate Professor of International Relations, School of Economic and Politial Sciences, National University of Iran (Shanid Beheshti)
I Scaroni, Paolo CEO, Eni S.p.A.
D Schily, Otto Former Minister of Interior Affairs; Member of Parliament; Member of the Committee on Foreign Affairs
A Scholten, Rudolf Member of the Board of Executive Directors, Oesterreichische Kontrollbank AG
D Schrempp, Jürgen E. Former Chairman of the Board of Management, DaimlerChrysler AG
D Schulz, Ekkchard D. Chairman, ThyssenKrupp AG
DK Seidenfaden, Tøger Executive Editor-in-Chief, Politiken
P Silva, Augusto Santos Minister of Parliamentary Affairs
USA Steinberg, James B. Dean, Lyndon B. Johnson School of Public Affairs, University of Texas
S Stråberg, Hans President and CEO, AB Electrolux
IRL Sutherland, Peter D. Chairman, BP plc and Chairman, Goldman Sachs International
I Tremonti, Giulio Vice President of the Chamber of Deputies
GR Tsoukalis, Loukas President, Hellenic Foundation for European and Foreign Policy (ELIAMEP)
NL Verhagen, Maxime J.M. Parliamentary Leader, Christian Democratic Appeal (CDA)
S Wallenberg, Jacob Chairman, Investor AB
CDN Waugh, Richard E. President and CEO, Bank of Nova Scotia
NL Wellink, A.H.E.M. President, De Nederlandsche Bank
GB Wolf, Martin H. Associate Editor and Economics Commentator, The Financial Times
USA Wolfensohn, James D. Special Envoy for the Gaza Disengagment
USA Zelikow, Philip D. Counselor of the Department, US Department of State
CHN Zhang, Yi Deputy Secretary General, China Society for Strategy and Management Research
USA Zoellick, Robert B. Deputy Secretary of State
D Zumwinkel, Klaus Chairman of the Board of Management, Deutsche Post AG
Beaucoup d'amis de Nicolas Paul Stephane SARKÖSY de NAGY-BOCSA.
C'est la rupture avec......le peuple français qui se lève tôt et se couche tôt pour aller travailler pour payer ses impôts et non des vavances sur un yatch.

NICOLAS SARKOSY et son IDENTITAIRE

L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer vous livre l'identité de NICOLAS SARKÖSY DE NAGY-BOCSA, alias Nicolas SARKOSY:
Nicolas Sarkozy a été soi-disant élu président de la république le 6 mai 2007. Or plusieurs violations flagrantes de la loi sont à signaler à ce sujet et notamment une de très grande importance : son véritable nom de famille n’est pas celui sous lequel il s’est présenté !

Selon le journal officiel du 1er janvier 2005 texte 3/146, il s’appelle réellement : Nicolas SARKÖZY de NAGY BOCSA.

Quelle importance serait-on tenter de répondre, qu’il se fasse appeler de manière réductrice Nicolas SARKOZY et non de son véritable nom inscrit sur son état civil ?

Il faut savoir que les noms et prénoms de famille sont encadrés par une loi qui date de la révolution et qui est toujours en vigueur actuellement. Il s’agit de la loi du 6 fructidor de l’an II (6 février 1793)

Cette loi a créé le principe d’immutabilité du nom de famille. Elle dit ceci :

Art. 1er. Aucun citoyen ne pourra porter de nom ni de prénom autres que ceux exprimés dans son acte de naissance : ceux qui les auraient quittés seront tenus de les reprendre
2. Il est également défendu d’ajouter aucun surnom à son nom propre, à moins qu’il n’ait servi jusqu’ici à distinguer les membres d’une même famille, sans rappeler les qualifications féodales et nobiliaires.
3. Ceux qui enfreindraient les dispositions des deux articles précédents seront condamnés à six mois d’emprisonnement et à une amende égale au quart de leur revenu. La récidive sera punie de la dégradation civique.
4. Il est expressément défendu à tous fonctionnaires publics de désigner les citoyens dans les actes autrement que par le nom de famille, les prénoms portés en l’acte de naissance, ou les surnoms maintenus par l’article 2, ni d’en exprimer d’autres dans les expéditions et extraits qu’ils délivreront à l’avenir.
5. Les fonctionnaires qui contreviendraient aux dispositions de l’article précédent seront destitués, déclarés incapables d’exercer aucune fonction publique, et condamnés à une amende égale au quart de leur revenu.
6. Tout citoyen pourra dénoncer les contraventions à la présente loi à l’officier de police dans les formes ordinaires.
7. Les accusés seront jugés pour la première fois par le tribunal de police correctionnel et, en cas de récidive, par le tribunal criminel du département.

Conséquences :
Ainsi le sieur Nicolas SARKÖZY de NAGY BOCSA est-il en complète violation de la loi et tombe-t-il sous le coup du code pénal ! (articles 433-19 et 433-22)

En effet, SARKOZY aurait du se présenter à la présidentielle sous ses véritables prénom et nom de famille tels qu’ils sont confirmés dans le registre d’état civil et dans le Journal officiel du 1er janvier 2005.

Ceci est pour le moins curieux de la part d’un avocat qui par essence se doit de connaître et respecter la loi.

Le Conseil constitutionnel, qui examine la régularité de la procédure de l’élection présidentielle doit donc déclarer SARKOZY NON ELU pour violation de la loi ; celle-ci entraînant de facto la nullité de son élection car la loi du 6 fructidor de l’an II est d’ordre public. Elle s’impose donc à tous et plus particulièrement aux magistrats et institutions d’Etat.

D’autre part, personne ne peut affirmer que SARKOZY n’a pas utilisé ce "faux nom" aux fins de se soustraire à l’obligation de déclaration de patrimoine auprès dudit Conseil constitutionnel.

En effet, le patrimoine de Nicolas SARKOZY peut-être très différent de celui de Nicolas SARKÖZY de NAGY BOCSA, voire de celui de Nicolas de NAGY BOCSA ! (ce nom se retrouve bizarrement dans les listes informatiques de l’affaire Clearstream)

N’importe qui peut donc porter plainte, en s’inspirant de ce texte. La loi est la même pour tous et nul ne peut la violer impunément. SARKOZY doit donc être déclaré non élu et être cité devant le Tribunal correctionnel pour y répondre de ces violations caractérisées.
Si le Conseil constitutionnel passe outre (il y a de fortes probabilités pour cela car cette institution est aux ordres des gouvernants et n’est absolument pas indépendante), ce dernier doit être alors déclaré illégal et avoir des comptes à rendre au peuple et à la justice.

Déposez plainte en masse contre SARKOZY !

SARKOSY et la RUPTURE



L'ECHO des MONTAGNES , dans le légitime but de vous informer vous rappelle les promesses (déjà non tenues) de Mr Nicolas SARKÖSY de NAGY-BOCSA, notamment celle de la rupture.
En fait de rupture le petit Nicolas est le bon élève de son maître JACQUES CHIRAC pour le copier , notamment pour ses vacances.
Petite piqûre de rappel: Jacques CHIRAC passait des vacances prolétariennes au ROYAL PALM à l'île Maurice, prix de la nuitée 4000euros par personne.

MR NICOLAS SARKÖSY DE NAGY-BOCSA passe ses vacances ouvrières sur un yatch de luxe à 173 000 euros la semaine.

Vive la rupture dans la continuité.


jeudi 10 mai 2007

SARKOSY et LE 6 MAI 2007 à COURCHEVEL

L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous
informer, vous commente la soirée inoubliable du 6 mai 2007, date à laquelle fut élu le 23ème Président de la République Française, en l'occurence le bien nommé Nicolas SARKOSY von Nagy-Bocsa.
Après sa victoire le nouveau" président de la nouvelle rupture"
descent ou remonte les Champs de MR ELYSEE.
Les pavés qui ont de bonnes intentions, après un grand silence sur les Champs, entonnent ce chant qu'ils n'avaient pas oubliés:

Les pierres ont de la mémoire, tout comme le "Chalet Pierre" à Courchevel 1850 de Mr Pierre Pachod, suicidé par le Con-seil Général de la SAVOIE, avide de récupérer ses biens en Pierres avec la collaboration(!) de CARON du crédit pas agricole.

mardi 8 mai 2007

LES FRERES DE TIBHIRINE

Les moines du monastère de Tibhirine

En 1937, quelques moines trappistes s’installent près de Médéa, à 100 km au sud d’Alger, dans la montagne, au domaine agricole de Tibhirine qui devient l’abbaye Notre-Dame de l’Atlas. La ferme et les terres sont nationalisées en 1976 mais les moines gardent ce qu’ils peuvent cultiver. Le monastère développe son rôle de ressourcement pour les chrétiens d’Algérie, d’accueil et de rencontres, manifestant l’admirable fraternité qui unit ces hommes si différents et leur désir de participer au plus près à la vie de leurs voisins. Petit à petit, pendant les années 90 marquées par la violence et la détresse, s’est affermie leur décision personnelle et commune de demeurer à Tibhirine quoiqu’il arrive. C’est ainsi qu’ils décident de créer une coopérative agricole avec des villageois pour travailler ensemble ce qui leur reste de jardin et en partager les fruits. Ils prêtent également une salle donnant sur la route pour devenir la mosquée qui manque au village. Leur louange de « priants parmi les priants de l’islam » reflétait confiance, compassion et communion. Dans la nuit du 26 au 27 mars 1996, sept d’entre eux sont enlevés, séquestrés pendant deux mois, puis assassinés :

Dom Christian de Chergé1, prieur de la communauté, 59 ans, moine depuis 1969, en Algérie depuis 1971. La forte personnalité humaine et spirituelle du groupe. Fils de général, il a connu l'Algérie pendant trois ans au cours de son enfance et pendant vingt-sept mois de service militaire en pleine guerre d'indépendance. Après des études au séminaire des carmes à Paris, il devient chapelain du Sacré-Cœur à Montmartre. Mais il entre vite au monastère d'Aiguebelle pour gagner ensuite Tibhirine en 1971. Etudiant à Rome de 1972 à 1974, il était très impliqué dans le dialogue interreligieux. Plus tard, il sera l'âme du groupe islamo-chrétien Ribât es-Salâm (lien de paix). Il fut élu prieur titulaire en 1984. Après une première visite d'un groupe terroriste au monastère, sentant combien leur situation était précaire, il avait écrit son testament spirituel. Trois semaines avant son enlèvement, alors qu'il prêchait une retraite, il avait laissé cette consigne :

Ne pas tuer soi-même, le temps [les délais de Dieu], la confiance, la mort [banalisation], le pays, l'autre, l'Église. Les cinq piliers de la Paix : patience, pauvreté, présence, prière, pardon.

Le Frère Luc Dochier, 82 ans, moine depuis 1941, en Algérie depuis 1947. Celui que l'on appelait "le toubib" était, selon ses propres termes, "un vieillard usé mais pas désabusé". Médecin, il a exercé pendant la deuxième guerre mondiale avant de prendre la place d'un père de famille nombreuse en partance pour un camp de prisonniers en Allemagne. Pendant cinquante ans à Tibhirine, il a soigné tout le monde gratuitement, sans distinction. En juillet 1959, il avait déjà été enlevé par les membres du FLN (Front de Libération Nationale). Il se distinguait par son humour solennel, plein de sagesse, et par ses talents culinaires. Rarement il laissait voir le trésor caché dans son coeur. Quand il entra dans le « club des octogénaires », parlant à ses frères dans la salle de réunion il dit :

Tibhirine a résisté à la guerre, a résisté aux terroristes... c'est mystérieux. Pour ma mort, si elle n'est pas violente, je demande qu'on me lise la parabole de l'enfant prodigue et qu'on dise la Prière de Jésus. Et puis, s'il y en a, qu'on me donne un verre de champagne pour dire à-Dieu à ce monde... avant le Vin nouveau [Journal de Christophe, 30 janvier 94].

Le Père Christophe Lebreton, 45 ans, moine depuis 1974, en Algérie depuis 1987. Une personnalité chaleureuse et explosive. Septième de douze enfants, ce fils de Mai 68 a fait son service national au titre de la coopération en Algérie. Premier contact avec le monastère de Tibhirine. A 24 ans, il entre au monastère de TAmié. Mais il est amoureux de la terre algérienne. Il y sera ordonné prêtre en 1990 et deviendra maître des novices de la communauté. Écrivain infatigable, guitariste de coeur, poète à toute heure, il était toujours du côté des pauvres et des marginaux. Pendant les dernières années, Frère Christophe tenait un journal dans lequel il nous donne à comprendre la fidélité à Dieu et à l'Algérie qui l'animait.

Le Frère Michel Fleury, 52 ans, moine depuis 1981, en Algérie depuis 1985. Un homme simple pour ne pas dire effacé, mais épris de pauvreté. Membre de l'Institut du Prado, il vécut une dizaine d'années à Marseille, toujours en contact avec le milieu maghrébin. C'était un homme de peu de paroles et un travailleur infatigable. A Tibhirine, il était le cuisinier de la communauté et l'homme des travaux domestiques. Il avait toujours sur les lèvres ces mots : Inch Allah ! (S'il plaît à Dieu !) ; Il offrit sa vie pour l'Algérie et son offrande fut consommée le jour même de son anniversaire : il avait cinquante-deux ans.

Le Père Bruno Lemarchand 66 ans, moine depuis 1981, en Algérie et au Maroc depuis 1990. Il passa son enfance en Algérie où son père était militaire. Avant d'entrer au monastère, il fut directeur d'un grand collège privé en France. Supérieur depuis 1992 de la maison annexe de l'Atlas, à Fès, au Maroc, il se trouvait à Tibhirine le jour de l'enlèvement presque par hasard, étant venu pour participer au vote pour le renouvellement du prieur. C'était un homme très pondéré et très simple. Il s'était préparé à la profession monastique par ces mots révélant la disposition de son cœur :

Me voici devant vous, ô mon Dieu... Me voici, riche de misère et de pauvreté, et d'une lâcheté sans nom. Me voici devant Vous, qui n'êtes qu'Amour et Miséricorde.

Le Père Célestin Ringeard, 62 ans, moine depuis 1983, en Algérie depuis 1987. Son service militaire fait en Algérie le marqua pour le reste de sa vie, car notamment, en tant qu'infirmier, il soigna un maquisard que l'armée française voulait achever. Ordonné prêtre le 17 décembre 1960 (diocèse de Nantes), il exerça son ministère pastoral auprès des marginaux, des prostituées et des homosexuels de la ville. Arrivé à l'Atlas en 1987, il fit profession solennelle le 1er mai 1989. Il avait une grande sensibilité et entrait facilement en relation avec les autres. Organiste, il aimait la musique et était le chantre de la communauté. Après la première visite du Groupe islamique armé, à Noël 1993, il dût être opéré du cœur et son état de santé était très fragile.

Le Frère Paul Favre-Miville, 57 ans, moine depuis 1984, en Algérie depuis 1989. Il entra au monastère de Tamié en 1984, alors qu'il exerçait la profession de plombier. Arrivé à l'Atlas en 1989, il fit profession solennelle le 20 août 1991. Très habile dans tout travail manuel, il était chargé du système d'irrigation du potager du monastère. Le 26 mars, jour de l'enlèvement, il revenait d'un séjour en famille en France, avec une provision de pelles et de pousses de hêtres. Car Tibhirine veut dire "jardin"... Le 11 février 1995 il avait écrit :

Jusqu'où aller trop loin pour sauver sa peau sans risquer de perdre la vie. Un seul connaît le jour et l'heure de notre libération en lui... Soyons disponibles pour qu'il puisse agir en nous, par la prière et la présence aimante à tous nos frères.

(1) Les biographies des moines sont inspirées de celles faites par Dom Bernardo Olivera, dans son livre Jusqu'où suivre ? et par celles faites par Bruno Chenu dans Sept vies pour Dieu et l’Algérie

Pour écouter le chant grégorien, clic sur play:

LE MASSACRE DES MOINES DE TIBHIRINE

Le 21 mai 1996 les frères trappistes Bruno, Célestin, Christian-Marie,
Christophe, Luc, Michel, Paul,furent assassinés sauvagement en ALGERIE, crime impuni jusqu'à ce jour. Mais votre journal l'ECHO DES MONTAGNES n'aura de cesse de rechercher la vérité et de faire condamner les coupables (niveau chefs d'état, ministres et généraux).
Mr Lyès Laribi a écrit un livre "ALGERIE DES GENERAUX" qui va paraître vers le 15 mars 2007, s'il n'est pas censuré d'içi là.
L'Echo des Montagnes vous laisse écouter l'auteur:

L’Algérie des généraux


De Lyès Laribi,

Lyès laribi l’homme qui a fait fuir de nuit le sergent khaled Nezzar après l'avoir fait trembler et mis en état d’alerte toute la mafia algérienne va de nouveau faire trembler les généraux algériens.


Après avoir publié en 2002 « Dans les geôles de Nezzar » le 15 mars prochain sortira dans les librairies « L’Algérie des généraux » aux éditions « paris Méditerranée». Ce document d’analyse contient nombre de révélations qui accableront davantage le cabinet noir d’Alger.


Ce livre pourrait constituer un document de plus dans le dossier qui sera transmis prochainement au parlement européen, à la cour pénale internationale, à la Ligue Internationale des Droits de l’Homme et autres ONG de défense des droits de l’homme pour mener une campagne de sensibilisation de l’opinion publique internationale pour traduire les généraux algériens responsables de crimes contre l’humanité. Ces généraux qui pensent bénéficier d’une amnistie à la faveur de l’adoption de la charte de réconciliation nationale seront désagréablement surpris par ce qui se prépare contre eux pour mettre à nu leur horrible crime.

Il est à rappeler que la charte nationale de réconciliation a été adoptée contre le gré des familles des disparus, des déportés, des exilés et des victimes de l’arbitraire. D’ailleurs, n’ont bénéficié de cette politique de réconciliation que ceux qui ont commis les crimes de sang, à savoir les anciens du GIA qui étaient enrôlés par le DRS.

Le dossier qui sera présenté pour la traduction des généraux criminels devant une juridiction internationale comportera en plus du prochain livre de Lyès Laribi, « Dans les geôles de Nezzar » et « la Mafia des généraux », deux livres qui témoignent sans ambages de l’implication directe des services de sécurité algériens à savoir, le Département du Renseignement et de la sécurité du ministère de la Défense Nationale que dirige le général de corps d’armée Mohamed Mediene dit Tewfik,, la Direction Générale de la Sûreté Nationale qui a à sa tête depuis 1995 le colonel Ali Tounsi, la gendarmerie Nationale dirigée par le général Boustila et son prédécesseur Benabbès Gheziel.

Le général-major Khaled Nezzar est en tête de liste des accusés en sa qualité d’ancien ministre de la défense Nationale et par conséquent responsable de la déportation de plus de 10.000 algériens dans les camps du sud et de la disparition de plus de 4000 personnes enlevés par les services du DRS qui est sous l’autorité du Ministre de la défense.



Outre les trois livres cités ci-dessus, Hichem ABOUD compte ajouter une autre publication qui reprend le témoignage d’un ancien journaliste recruté par le DRS pour servir dans les rangs du GIA et qui à la faveur d’une mission qui lui a été confiée par son officier traitant en Angleterre a fini par s’installer à Londres pour échapper aux services secrets algériens.



Les plaignants s’activent actuellement à entrer en contact avec les victimes des évènements de la Kabylie en 2001 et ceux de T’kout dans les Aurès en 2004 en prenant soin d’éviter tous ceux qui seraient en relations avec le DRS sachant que l’infiltration du mouvement des Arouch par les services du général Tewfik a fait beaucoup de mal au mouvement des citoyens.

Il sera également question de faire participer les associations de disparus ainsi que des personnes qui ont été déportés dans les camps du sud et dont un grand nombre d’entre eux se trouve aujourd’hui en exil.



C’est dire que les généraux qui ont tué, torturé, enlevé et exilé des milliers d’Algériens finiront par se faire rattraper comme l’ont été récemment des anciens officiers chiliens accusés de crimes contre l’humanité sous le régime de Pïnochet"
En médaillon, frère Christian de Chergé, prieur de Notre Dame de l'Atlas.
Ci-dessus: les frères réunis en chapitre à leurs places habituelles (de gauche à droite): Luc, Célestin, Christophe, Michel, Christian, Paul, Jean-Pierre, Amédée.
Comment a-t-on pu tuer des hommes que tous les habitants de la région aimaient et respectaient? Le Tribunal International de la Haye devra aussi juger ce crime. Le président algérien Abdelaziz Bouteflika déclara sur LCI, pendant sa campagne de réélection , le 26 mars 2006:"Toute vérité n'est pas bonne à dire à chaud (.....). C'est flou pour l'instant. Lorsque j'aurai toutes les informations, je les dirai".
Mr BOUTEFLIKA par qui a été suicidé le journaliste DIDIER CONTANT, le 15 et 16 février 2004, ancien rédacteur en chef de l'agence Gamma?
Dites nous la Vérité Mr BOUTEFLIKA, il est temps. La vérité frappe à la porte du Tribunal Pénale de la Haye.
Le frère Roger a été assassiné peu de temps après les 7 frères de Tibhirine, gisant sur la route de Plancherine, localité située à proximité de Tamié. Dites-nous Monsieur Sarkosy, si Frère Roger avait possédé une mobylette, aurait-on retrouvé les assassins?
Je vous dirai en citant le frère CHRISTIAN, prieur de Notre Dame de l'Atlas:" à DIEU".
Frédéric BERGER
Je vous laisse admirer ces belles photographies de l'abbaye de Tamié, prises en automne 2006 par frère Didier, que je salue respectueusement.
Je vous laisse écouter en même temps ce chant grégorien:clic sur le bouton marche, merci, en bas des photographies.











BOUQUETINS

BONJOUR,

Mon ami "Bouc-Bouc" a cent ans, et nous vous présentons une bonne et heureuse année 2006, à vous et à vos amis, ainsi qu'à vos ennemis, en compagnie de votre journal indépendant: l'ECHO DES MONTAGNES.

CLEARSTREAM

mercredi 13 décembre 2006 (12h25) :
Denis Robert mis en examen : "On touche à la liberté d’informer"

Denis Robert, journaliste, écrivain.

Recueilli par Arnaud Sagnard

L’enquête des juges a-t-elle changé de direction ?

Quand les juges ont perquisitionné la DGSE, j’ai cru qu’ils se donnaient les moyens d’aller loin. J’ai ensuite assisté, impuissant, au pourrissement du dossier. Je m’étonne aujourd’hui que les juges, qui ont d’abord semblé résister au parquet, me mettent maintenant en examen. Même si celui-ci a ordonné un réquisitoire supplétif, ils ne sont pas obligés de le faire.

La justice dispose donc d’éléments contre vous...

La première hypothèse est que d’Huy et Pons, ayant des difficultés à coincer les autres acteurs du dossier, se rabattent sur Florian Bourges et moi, mais j’ai du mal à y croire. La deuxième est qu’étant pris dans un bras de fer avec le parquet, les magistrats soient obligés de lui donner des gages pour pouvoir continuer à instruire. Difficile à croire. Je reste donc dans l’expectative.

Quelles sont les conséquences de cette mise en examen ?

En inventant l’argutie juridique du « recel d’abus de bien de confiance », dont on m’accuse, c’est à ma connaissance la première fois qu’on touche à la liberté d’informer de manière aussi précise. Si j’étais condamné, après moi, aucun journaliste ne pourra suivre ce genre de dossier sensible sans prendre le risque d’être condamné. On mettrait ainsi le doigt dans un engrenage sans savoir où il s’arrêtera.

Comment comprenez-vous le déroulement de cette affaire ?

Pour l’instant, je pense que Lahoud a falsifié les fichiers et qu’il m’a menti. Concernant Gergorin, je reste plus circonspect car il a peut-être envoyé les lettres à Van Ruymbeke en étant de bonne foi. Villepin a lui, à sa décharge, diligenté des enquêtes très tôt. Mais lorsqu’il a compris qu’il n’y avait pas eu de hacking de Clearstream, il a laissé partir l’instruction de Van Ruymbeke. Sarkozy a compris très tôt la manipulation, il savait que Chirac et Villepin voulaient sa peau. Son discours de victime est aujourd’hui bien huilé, mais les gens ne sont pas dupes.

Quel rôle a pu jouer la DGSE ?

Le lien entre Lahoud et les services secrets est beaucoup plus fort que ce que les services ont dit. Même s’il passe son temps à mentir, il m’a dit être prisonnier de querelles au sein de la DGSE. Lahoud a participé à une entreprise de déstabilisation et a forcément été protégé. C’est pour cela qu’il s’est senti si fort. Le couple Gergorin-Lahoud ne fonctionne que si on y ajoute des gens des services secrets. Seulement, l’enquête des juges n’est pas allée jusque-là.

Vous êtes pessimiste sur l’issue de l’affaire...

La saisine des juges est très limitée par rapport à l’ampleur du dossier. La justice rendue ne fera pas oublier l’essentiel : à la tête de l’Etat, il y a des menteurs et des usurpateurs. Si le jeu du ou des corbeaux était de faire oublier la vraie affaire Clearstream ou de salir Bourges et moi, c’est en revanche réussi.

=========
Clearstream : des zones d’ombre avant l’audition de Villepin
de Arnaud Sagnard

En quelques semaines, le dossier Clearstream ouvert par la justice en 2004 a changé de visage.

Rappel des faits : l’affaire est née de l’envoi anonyme de listings de comptes supposés occultes au juge Van Ruymbeke. Sur ces comptes apparaissent les noms des grands patrons et d’hommes politiques comme Nicolas Sarkozy.

Le magistrat a depuis démontré que ces comptes sont faux, mais une seconde enquête confiée aux juges d’Huy et Pons est chargée de déterminer l’origine de la manoeuvre.

Au cours de l’investigation, Jean-Louis Gergorin, le corbeau avoué, et Imad Lahoud, le falsificateur présumé des documents envoyés au juge, ont été mis en examen. Vendredi, Florian Bourges, l’auditeur qui a extrait des données de Clearstream, l’a été à son tour. Le journaliste Denis Robert l’a été la nuit dernière. La justice avance, mais de nombreuses interrogations demeurent.

1. Quels liens entre les politiques et la manip’ ?

Les hommes politiques ont longtemps été soupçonnés d’être mêlés au coup fourré. Ils ne sont pas mis en examen mais leurs relations avec les manipulateurs présumés sont étroites. Fin 2003, Lahoud a failli disposer d’un bureau au ministère de la Défense.

Six mois plus tard, il part avec le général Rondot (lire encadré) en mission au Liban, signe de confiance du gouvernement. Plus troublant, selon le livre Machinations (Denoël), la DGSE a organisé avec Lahoud une visite chez Denis Robert au cours de laquelle le financier se procure les listes de comptes de Clearstream. En mars 2004, Jean-Louis Gergorin va jusqu’à demander à Villepin de faire libérer Lahoud, en garde à vue pour une affaire d’escroquerie.

2. Qu’ont fait les services secrets ?

On savait qu’ils avaient enquêté sur ordre de Villepin en 2004. Ils apparaissent en fait dès la fin 2002, quand Lahoud rencontre la DST. En janvier 2003, Rondot écrit à la ministre de la Défense Alliot-Marie un rapport sur Lahoud en tant que source de la DGSE.

Alors qu’il vient d’être perquisitionné, celui-ci rend visite à Rondot en 2005 au ministère mais trouve porte close. Autant d’éléments indiquant que les services ont pu être au courant de la tentative de manipulation de Van Ruymbeke.

3. Quel rôle pour Nicolas Sarkozy ?

Sa plainte pour « dénonciation calomnieuse » et « faux et usage de faux » le 31 janvier 2006 relance l’affaire qui stagnait. Pourquoi réactiver une enquête alors que les accusations le concernant sont déjà infirmées par la justice ? Officiellement, Nicolas Sarkozy ne savait rien de l’affaire. Pourtant, ses sources sont multiples.

Le livre « Un fiasco français » (Denoël) révèle que son avocat Thierry Herzog est également celui de Thales, dans le dossier des frégates. Ainsi, selon le livre, l’avocat pouvait connaître chaque avancée de Van Ruymbeke révélant la manipulation du corbeau. Par ailleurs, Gergorin a été informé de l’existence d’enquêtes par un proche du ministre. Enfin, le 7 juin 2005, le ministre s’est fait remettre le dossier de la DST sur l’affaire.

4. L’audition de Villepin est-elle capitale ?

Officiellement, aucune charge n’est retenue contre le Premier ministre. Il sera entendu le 21 décembre en qualité de « témoin ». Cependant, un proche du dossier estime que « les dernières mises en examen peuvent être des contre-feux afin que Villepin, toujours dans le viseur des jugesne, ne se méfie pas lors de son audition ».

5. L’affaire est-elle close ?

Les mis en cause n’ont pas dit leur dernier mot. Lahoud écrit un livre sur ses liens avec Sarkozy. De son côté, Denis Robert travaille sur un livre sur le système informatique de Clearstream. Gergorin n’a lui toujours pas révélé le nom de sa source. Enfin, chaque rebondissement est susceptible de générer de nouvelles demandes d’annulation de la procédure.

mercredi 10 janvier 2007